DBS: • Financement de la jeunesse : création d’un Fonds unique

• Relance économique : des « obligations de relance » pour les Etats

• Coton : la Côte d’Ivoire vise 500.000 tonnes cette année

• Financement de la jeunesse : création d’un Fonds unique

• Relance économique : des « obligations de relance » pour les Etats

Les Etats membres de l’UEMOA poursuivront leur relance économique amorcée depuis l’apparition de la Covid-19. Après les succès des bons sociaux Covid-19, voici les « Obligations de relance ». Faisant suite à l’initiative de la BCEAO visant la création d’un nouveau guichet dit « Guichet de Relance » permettant aux banques de mobiliser des ressources auprès de celui-ci pour une durée de 6 mois, UMOA-Titres a procédé, en collaboration avec les Etats membres de l’UMOA, à la structuration de titres de créances à moyen et long terme dits « Obligations de Relance ». Techniquement, la BCEAO va ouvrir un guichet de refinancement dénommé « Guichet de Relance » à la disposition des banques commerciales. Ces « obligations de relance » seront stipulées pour une maturité de six mois et assorties d’un taux d’intérêt de 2%, indique-t-on.

• Coton : la Côte d’Ivoire vise 500.000 tonnes cette année

La production de coton en Côte d’Ivoire en 2020/21 devrait être légèrement supérieure à celle de la campagne précédente pour atteindre un peu plus de 500.000 tonnes, a déclaré Laurent Fihox, directeur de la communication de l’Organisation interprofessionnelle agricole de la filière coton. Notons que pour cette campagne, le Burkina annonce une production de 696.636 tonnes.

• Financement de la jeunesse : création d’un Fonds unique

Le gouvernement, à en croire le discours de politique générale du Premier ministre, envisage la création d’un Fonds unique qui va regrouper tous les Fonds actuels qui financent les projets des jeunes. L’option prévue est de regrouper  les ressources de tous ces Fonds en seul lieu et d’ouvrir des guichets spécifiques : les Fonds suivants logés au ministère en charge de la jeunesse sont concernés par la refonte. Il s’agit du Fonds d’appui à la promotion de l’emploi (FAPE); du Fonds d’appui au secteur informel (FASI), du Fonds d’appui aux initiatives des jeunes (FAIJ), du Fonds d’appui à la formation professionnelle et à l’apprentissage (FAFPA). A ces Fonds, il faudra ajouter le Programme d’autonomisation économique des jeunes et des femmes (PAE/JF) qui vient de s’achever et dont la prochaine phase rejoindrait le Fonds unique.

• Développement agricole : «investissement sans précédent»

La poursuite des investissements dans la promotion des agropoles est  maintenue par le gouvernement. Le Premier ministre annonce un investissement sans précédent dans le secteur sans pour autant donner les montants.

C’est ainsi qu’il a annoncé la poursuite de la mise en œuvre  du développement des agropoles du Sourou, de Samendéni et du Sahel, par la mobilisation des investisseurs privés ; la réhabilitation des infrastructures hydroagricoles, notamment, les grands périmètres irrigués comme Bama, Banzon et Sourou ainsi que les ouvrages hydrauliques agricoles sinistrés ; le démarrage du processus de création du pôle de croissance du Sud-Ouest qui sera bâti autour de la réalisation des barrages de Ouessa et de la Bougouriba.

• Formation sur le contenu local des mines : l’Ambassadrice du Canada salut l’initiative

« Contenu local et Responsabilité sociale de l’entreprise dans le secteur minier » est le thème de la formation organisée par le Projet d’amélioration de la surveillance de l’industrie extractive en Afrique francophone subsaharienne (PASIE) du 2 au 4 février 2021 à Ouagadougou.

Une formation saluée par Carol McQueen, Ambassadrice du Canada au Burkina Faso. Le gouvernement du Canada attache un grand intérêt à toute action contribuant à un développement inclusif et durable profitant aux communautés impactées par l’exploitation minière, a indiqué l’Ambassadrice. «Pour ce développement, les organisations de la société civile ont un grand rôle à jouer. C’est en cela que je salue l’initiative de cette formation sur la thématique « e contenu local et la responsabilité sociale », un mécanisme vertueux qui contribue à favoriser, dans un climat apaisé, le développement local harmonieux dans un contexte sanitaire et sécuritaire déjà bien difficile pour le pays », a-t-elle poursuivi.o

Commentaires
Numéro d'édition: 378

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.