Ça craint !

Il faut le prendre comme un avertissement. La sortie du porte-parole du gouvernement après le premier Conseil des ministres du gouvernement Dabiré II. Le gouvernement s’inquiète de la montée en puissance des cas de contamination au virus de la Covid-19. 

Les statistiques du 19 janvier font état de 139 nouveaux cas, portant le total national à 9553 cas pour 106 décès. Une accélération de la contamination qui appelle nécessairement à des mesures de riposte. A demi-mot, le gouvernement annonce des mesures si la tendance ne s’inverse pas, et ce n’est pas demain la veille. Trop de relâchement au niveau des populations. Il faut craindre que la nouvelle campagne de sensibilisation soit sans impact majeur.

Le gouvernement, qu’il le veuille ou pas, sera contraint de prendre des mesures, au risque d’être taxé d’incurie. La question: quel type de mesures prendre pour ne pas plomber une fois encore l’économie nationale ?

Il n’est pas sûr que les Burkinabè soient prêts à vivre les affres d’une nouvelle quarantaine.  Le gouvernement hésite, mais il faudra bien choisir entre la facture humaine et le désastre économique. o

Par Abdoulaye TAO

Commentaires
Numéro d'édition: 376

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.