Elections 2020: La CODEL fait le point de sa mission observatoire

• Les constats et recommandations de la convention

• 3.800 citoyens ont été mobilisés

A l’issue des élections législatives et présidentielle du 22 novembre 2020, beaucoup de voix se sont élevées quant à la sincérité et la régularité du scrutin. Dans le cadre de son programme de monitoring des élections, la Convention des organisations de la société civile pour l’observation domestique des élections (CODEL) a réalisé plusieurs activités de veille électorale et de plaidoyer pour contribuer à la transparence des élections.  Pour faire le point sur sa participation à l’observation du scrutin,  la CODEL a organisé un point de presse le 24 novembre 2020, dans son Quartier général (QG) à l’Hôtel Splendid (Ouagadougou).

La CODEL a déployé les grands moyens pour le monitoring de ces élections. En effet, selon Me Halidou Ouédraogo, président de la CODEL, son organisation demeure la plus grande mission d’observation des élections avec 3.800 citoyens mobilisés sur toute l’étendue du territoire. Ses équipes ont fait quelques observations liées à l’organisation du scrutin.

Le constat de la CODEL

La non-disponibilité du matériel électoral dans certaines zones, notamment, au bureau de vote n°2 de Titao ; l’absence ou l’arrivée tardive de forces de l’ordre dans certains bureaux de vote dans la région du Nord ; l’absence des noms de certains électeurs sur la liste électorale sont, entre autres, les dysfonctionnements enregistrés par la CODEL… A cela, le président ajoute que dans certaines zones, plus de 35 électeurs ont voté avec des bulletins destinés à une autre province. Cela, à cause de la distribution erronée des bulletins de vote pour les législatives. Il affirme que sur plus d’une quarantaine d’alertes données par les observateurs, 90% ont été résolues par la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Le président de la CODEL, tout en déplorant la persistance de plusieurs dysfonctionnements dans l’organisation matérielle des élections, appelle l’ensemble des acteurs en compétition à suivre les voies de recours légales en cas de contestation des résultats.

Les recommandations

Lors de la conférence de presse, la CODEL a invité la CENI à poursuivre son travail de compilation dans la sérénité et dans le respect des délais fixés dans le Code électoral ; à poursuivre les efforts de communication avec tous les acteurs dans le souci d’instaurer un climat de confiance. Pour les prochaines échéances, elle recommande à la CENI d’améliorer le système de déploiement du matériel électoral et d’améliorer la communication concernant la carte et l’identification du bureau de vote pour mieux orienter l’électeur. La CODEL a aussi lancé un appel aux partis politiques/candidats à renforcer l’éducation au vote et à respecter les dispositions du Code électoral relatives à la corruption électorale. La CODEL recommande aux organisations de la société civile (OSC) de poursuivre le travail de veille citoyenne et de monitoring de façon générale. Quant aux leaders d’opinion, ils doivent poursuive le travail de sensibilisation pour des élections apaisées et pour la cohésion sociale. Tout en invitant la diaspora à se mobiliser massivement pour les phases de révision des listes électorales, la CODEL encourage les médias à continuer à donner l’information vraie et juste au public dans le respect de l’éthique et de la déontologie. Elle a fait des suggestions qui méritent d’être prises en compte dans le cadre des réformes électorales :

Inscription dans le Code électoral de l’interdiction de matériel servant à prendre des photos ou à filmer dans l’isoloir ;

Mise en place d’une police des élections chargée de lutter contre la fraude électorale ;

Encadrement plus rigoureux de la délivrance des dérogations pour le vote.o

Issouf TAPSOBA (Stagiaire)

Encadré

« L’opposition utilisera les voies de recours légales »

Au soir de la proclamation des résultats provisoires de l’élection présidentielle de 2020 par la CENI, les candidats signataires de l’accord politique de l’opposition ont fait une déclaration à l’opinion nationale et internationale.

Dans cette déclaration lue par le président de la Conférence des candidats de l’opposition signataires de l’accord politique de Ouagadougou, Tahirou Barry, l’opposition « prend acte des résultats provisoires proclamés par la CENI et se réserve le droit d’utiliser les voies légales de recours pour traiter des irrégularités relevées au cours du déroulement du processus électoral et tout particulièrement au cours du scrutin du 22 novembre 2020 ».  Elle réaffirme aussi sa volonté de préserver la paix, la stabilité et la sécurité au Burkina Faso en plaçant l’intérêt supérieur de la Nation au-dessus de toute autre considération. Dans cette démarche de paix, Tahirou Barry s’est rendu ensuite au siège du MPP, le parti du candidat Roch Kaboré, nouveau président du Faso, pour le féliciter.  o

Commentaires
Numéro d'édition: 369

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.