Budget 2021: Financé à 85,25% de recettes propres

• 2.110,974 milliards FCFA en recettes, contre 2.651,774 milliards FCFA en dépenses

• Les dépenses de personnel représentent 59% des recettes fiscales

• Défense et sécurité : 20,22% du budget

A l’issue de l’adoption du budget 2021 par l’Assemblée nationale le 19 octobre 2020, les recettes budgétaires se chiffrent à 2.110,974 milliards FCFA, contre 2.651,774 milliards FCFA. Il se dégage un déficit budgétaire de 540,8 milliards FCFA.
Les recettes budgétaires se composent de recettes propres et de recettes extérieures. Les recettes propres se chiffrent à 1.799,518 milliards FCFA en 2021 en accroissement de 7,61% par rapport à 2020. Elles sont constituées, en grande majorité, de recettes fiscales et dans une moindre mesure, de recettes non fiscales. Les recettes propres sont mobilisées par les régies de recettes, la Direction générale des Impôts (DGI), la Direction générale des Douanes (DGD) et la Direction générale du Trésor et de la Comptabilité publique (DGTCP).
Le montant des prévisions de recettes 2021 de la DGI se chiffre à 944,213 milliards FCFA. Les prévisions de la DGD se situent à 702,263 milliards FCFA et celles de la DGTCP à 203,042 milliards FCFA.
Les prévisions de la DGTCP sont en baisse par rapport à 2020 pour la simple raison qu’au titre de la licence 4G+, 32,500 milliards F CFA en 2021 seront versés par Orange Burkina et Telecel Faso, contre 51,500 milliards FCFA en 2020.
En effet, ces deux sociétés règlent de manière progressive la redevance pour le passage à la 4G. En 2021, Orange Burkina règle en 2021, un montant de 16 milliards FCFA représentant la dernière tranche, contre 24 milliards FCFA en 2020. Il est également attendu un montant de 16 milliards FCFA en 2021 au titre de la deuxième tranche de la redevance de Telecel Faso, contre 27,5 milliards FCFA en 2020.
Malgré ces différentes baisses, le Burkina Faso finance, en grande partie, son budget, puisque les recettes propres représentent 85,25% des recettes totales du budget de l’Etat en 2021, contre 81,27% en 2020.
Quant aux ressources extérieures, elles se chiffrent à 311,456 milliards FCFA en 2021, contre 385,518 milliards FCFA en 2020, soit une baisse de 19,21%.

Une prédominance des dépenses courantes

Les prévisions de dépenses du budget de l’Etat se chiffrent à 2.651,774 milliards FCFA en 2021.
On relève une prédominance des dépenses courantes dans le budget 2021.
Les dépenses courantes se chiffrent à 1.775,048 milliards FCFA, représentant 66,94% des dépenses totales. Elles sont en hausse par rapport à 2020, où elles se situaient à 65,21% des prévisions totales.
La prédominance des dépenses courantes s’explique essentiellement par l’évolution des dépenses de personnel qui sont passées de 845,900 milliards FCFA en 2019 à 878,000 milliards FCFA en 2020 et à 950,000 milliards en 2021.
Les dépenses d’acquisition des biens et services se chiffrent à 198,500 milliards FCFA et représentent 7,49% des dépenses totales.

La part des dépenses de personnel dans les dépenses totales est de 35,83% en 2021. Elles absorbent 52,79% des ressources propres du budget de l’Etat en 2021. Rapportées aux recettes fiscales, les dépenses de personnel représentent 59,95% en 2021, contre 60,99% en 2020.
Les dépenses d’investissements exécutés par l’Etat se chiffrent à 856,725 millards FCFA en 2021, en hausse de 58,746 milliards FCFA par rapport à 2020.
La charge financière de la dette est évaluée à 173,60 milliards FCFA en 2021, comparée à 2020, elle est en progression de 40,70%.
L’analyse des allocations budgétaires par secteur indique que le secteur de l’enseignement regroupant le préscolaire, le primaire, le secondaire, le supérieur, la recherche scientifique, la formation professionnelle et technique absorbe 29,92% des prévisions budgétaires de 2021, soit 588,851 milliards FCFA.
La santé bénéficie de 13,52% des prévisions budgétaires en 2021, soit 266,080 milliards FCFA. « Cette allocation servira à financer, entre autres, les produits, appareils et matériels médicaux, les services ambulatoires, hospitaliers et de santé publique », a expliqué le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Lassané Kaboré.
Le secteur du développement rural, composé des ministères en charge de l’agriculture, des ressources animales, de l’environnement et de l’eau et assainissement, bénéficie d’une allocation budgétaire de 123,904 milliards FCFA, soit 6,30% des prévisions budgétaires totales.
La part du budget de l’Etat allouée aux secteurs de la défense et de la sécurité est passée de 12,49% en 2016 à 20,22% en 2021, a précisé le ministre.
Le budget de l’Etat, exercice 2021, prend en compte l’organisation
des élections municipales prévues en 2021.
Elie KABORE

 

Encadré

Les restes à recouvrér

Lors de l’arbitrage des prévisions de recettes de la Direction générale des Impôts, les députés se sont intéressés à la situation des restes à recouvrer (RAR) de cette régie. Selon l’état qui a été fait, le stock des RAR cantonné au 31 décembre 2018 s’élève à 463,342 milliards FCFA pour le budget de l’Etat, 15 milliards FCFA pour celui des collectivités et 106 milliards FCFA pour les autres budgets. Le stock des RAR de l’exercice 2019 passe de 158 milliards FCFA à 149 milliards FCFA au 31 août 2020.
Les députés ont préconisé que des dispositions idoines soient prises afin qu’une solution définitive soit trouvée à la problématique des RAR.

Commentaires
Numéro d'édition: 364

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.