Le ministre des Mines et des Carrières, Oumarou Idani, a présidé la cérémonie de lancement de la caravane de presse à Bobo-Dioulasso. (DR)

Mois de la redevabilité: Des journalistes découvrent le secteur minier

• Les performances obtenues dans le secteur minier sous le PNDES présentées

• 2 mines d’or et une carrière industrielle visitées

• Des opportunités dans le domaine des emplois et des achats de biens et services

Le ministre des Mines et des Carrières, Oumarou Idani, a présidé la cérémonie de lancement de la caravane de presse à Bobo-Dioulasso. (DR)

Le ministère des Mines et des Carrières organise du 4 au 27 septembre 2020, le mois de la redevabilité dans le secteur minier. Une des activités entrant dans ce cadre a été la caravane de presse organisée au profit des journalistes de la presse nationale sur des sites miniers et de carrières. Oumarou Idani, ministre des Mines et des Carrières, a lancé la caravane de presse le 11 septembre 2020 à Bobo-Dioulasso. Il a justifié la tenue de cette activité ainsi : depuis quelques années, le mois de septembre au Burkina Faso est considéré comme celui de la promotion minière symbolisé par la Semaine des activités minières de l’Afrique de l’Ouest (SAMAO) qui est en passe de devenir un salon minier de référence dans la sous-région et en Afrique. Malheureusement, avec les contre-coups conjugués des crises sécuritaire et sanitaire, la 5e édition, initialement prévue pour se tenir du 24 au 26 septembre 2020, a été ajournée.

Pour le ministre : « Il nous est apparu nécessaire d’organiser une session de rattrapage sous la forme d’une prestigieuse caravane de presse à vocation de permettre aux femmes et aux hommes de médias de toucher du doigt les réalités du secteur burkinabè et de pouvoir mieux jouer leur rôle d’interface entre tous les acteurs de la vie nationale ». Il se trouve que cette période coïncide avec la fin du Plan national de développement économique et social (PNDES/2016-2020) et la fin du mandat du Président Roch Marc Christian Kaboré. « Y-a-t-il une meilleure occasion de faire le bilan de nos performances et peut-être de nos contreperformances dans la mise en œuvre du PNDES dans sa dénomination Mines et Carrières ? D’où le concept du mois de la redevabilité dans le secteur minier », s’est interrogé Oumarou Idani. Quelles sont les performances obtenues dans le secteur minier dans la période du PNDES ? Pour le ministre des Mines et des Carrières, sur les 17 mines en production actuellement, 10 sont entrées en production entre 2016 à 2020. En outre, 214,4 tonnes d’or ont été produites durant la période PNDES.

La contribution au Produit intérieur brut (PIB) a été évaluée à 10,85% en moyenne et 944 milliards FCFA de recettes ont été versés dans le budget national. Sur le plan des recettes d’exportation, 4.870 milliards FCFA ont été enregistrés sur la période. Le financement local par le secteur n’est pas en reste. Plus de 20 milliards FCFA reviennent au financement du développement local par an.

Les journalistes ont visité la mine de Waghion Gold dans la région des Cascades. Cette mine est exploitée par la société Teranga Gold. (DR)

Les emplois directs sont passés de 10.000 à 51.000 entre le début et la fin du PNDES. Ce sont 438 permis de recherche qui sont valides durant la période.

Le lancement de la caravane a été suivi par deux communications, dont l’une a porté sur  « La problématique du contenu local dans le secteur minier au Burkina Faso ; état des lieux et perspectives » et l’autre sur « Le bilan de la réforme du sous-secteur de l’artisanat minier et le processus de déconcentration de l’Agence nationale d’encadrement des exploitations minières artisanales et semi-mécanisées (ANEEMAS) ».

Dr Ilboudo Ousmane, Secrétaire permanent de la SAMAO, a présenté la communication sur le contenu local.

Le Burkina Faso est classé 2e en Afrique dans sa capacité à drainer des investissements directs étrangers. Des opportunités d’affaires existent.

A titre d’exemple, les sociétés minières dépensent 456, 5 milliards FCFA par an dans l’achat des biens et services. Seulement 15% de cette somme revient à des nationaux. Et Dr Ilboudo Ousmane de remarquer que la réussite du contenu local est liée au développement industriel du pays. Au niveau des emplois, sur les 10.814 emplois directs, 95% sont des nationaux. C’est la raison pour laquelle, le ministère élabore actuellement une stratégie nationale du contenu local dans le secteur minier. Plusieurs ateliers d’élaboration de la stratégie ont eu lieu. La stratégie sera validée par divers acteurs dans les jours à venir. Le grand défi sera sa mise en œuvre.

Sur  la réforme du sous-secteur artisanal, Salofou Trahoré, Directeur général de l’ANEEMAS, a cité le guichet unique des formalités, la préservation de l’environnement, la délivrance de la carte d’artisan minier. A la date du 30 juin 2020, 1.988 artisans miniers ont été identifiés par la délivrance d’une carte d’artisan minier.o

Elie KABORE

 

Encadré

Contenu local : Des opportunités d’affaires à saisir

Le document provisoire de la stratégie nationale du contenu local dans le secteur minier prévoit comme activités, l’élaboration d’une loi sur le contenu local, l’adoption d’une liste minière de biens et services locaux, la création d’une bourse de sous-traitance pour la publication en ligne des offres des sociétés minières. La stratégie propose de faire coter les actions des sociétés minières sur la Bourse régionale des valeurs mobilières pour permettre aux nationaux de non seulement participer aux levées de fonds pour l’expansion des projets en cours (double cotation), mais aussi de participer aux levées de fonds pour le démarrage des projets d’exploitation. o

Commentaires
Numéro d'édition: 359

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.