Droits et taxes douanières: Plus de 2.200 milliards déclarés en 2019

• Dont 1.854 milliards FCFA pour les exportations

• Sur l’ensemble des 5 corridors du pays

• 1.475 milliards F CFA en termes d’importations de mise à la consommation

Un corridor douanier correspond à une route, sur laquelle des moyens de transport autorisés circulent d’un point à l’autre avec des marchandises dont les droits et taxes dus doivent être acquittés par l’administration douanière locale. La première tâche dévolue à la Douane au niveau des postes frontières est la prise en charge des marchandises au départ de celles-ci avant l’emprunt du corridor.

Pour acquitter les droits et taxes à destination, l’administration des Douanes finale doit connaître plusieurs points : valeur des marchandises, origine, position tarifaire et la quantité transportée.

Au Burkina Faso, il existe 5 corridors douaniers. Il s’agit de celui du Bénin, de la Côte d’Ivoire, du Mali, du Niger et du Togo. En 2019, 5.749.289.148 kg de marchandises ont transité entre ces corridors, pour une valeur en douane de 2.283,8 milliards F CFA. Ces statistiques de la Direction générale des Douanes (DGD) concentrent les exportations définitives et les importations de mise à la consommation. 1.854,8 milliards FCFA. C’est la valeur en douane des exportations définitives du pays en 2019. Par corridor douanier, les types de produits les plus exportés sont disparates. Chaque corridor douanier avec ses spécificités. Le coton est exporté via la frontière Bénin et Togo, le zinc via la Côte d’Ivoire, les tourteaux de graines de coton transitent via le Mali et les barres en fer ou en acier par le Niger.

En volume et en valeur en douane, c’est le corridor à la frontière avec la Côte d’Ivoire qui est le plus utilisé pour les exportations. En 2019, 504.792.634 kg de produits sont passés par cet axe, pour une valeur en douane de 230 milliards F CFA. En termes de valeur en douane, la Côte d’Ivoire est suivie par le Togo, le Bénin, le Mali et ensuite le Niger. Ces 5 postes frontières ont engendré 424 milliards FCFA en 2019.

Les importations de mise à la consommation

Si le corridor ivoirien est le premier en termes d’exportations des produits burkinabè vers l’extérieur, pour 2019, la première porte d’entrée des importations est le Togo. Le corridor douanier du Togo a ainsi enregistré 2.358.301.141 kg de produits pour une valeur en douane de 617,4 milliards FCFA. Le top 5 des produits importés via le Togo sont : le gasoil, le super carburant, le riz en brisures, le fuel-oil lourd et le clinker.

A la suite du Togo, le corridor ivoirien arrive deuxième avec une valeur en douane de marchandises importées via ce poste frontière de 604,6 milliards FCFA. Ces marchandises sont, entre autres, le gasoil, le super carburant, les médicaments, les produits liés à l’énergie électrique, le tabac à fumer, etc.

Avec une recette de 206,9 milliards F CFA, le corridor béninois est le 3e plus rentable pour le Burkina Faso. Les produits qui passent via ce poste sont, entre autres, le carburant, le butane liquéfié et les véhicules à moteur.  Le Mali suit avec une valeur en douane de marchandises déclarées de 32 milliards F CFA. Du corridor malien, le Burkina reçoit de l’engrais, des « présentations sous formes de tablettes, pains ou cubes », des huiles lubrifiantes, des médicaments et du poisson congelé.

Le corridor nigérien vient en dernier. En 2019, notre pays a reçu des marchandises, dont le carburant, mais aussi des bouteilles, bonbonnes et flacons en verre, des boîtes, caisses, casiers en plastique et des meubles. La valeur de ces marchandises : 14.453.615.650 de F CFA.

Au total donc, en termes d’importations de mise à la consommation, la Douane a enregistré sur ces 5 corridors, des marchandises d’une valeur de 1.475,5 milliards F CFA en 2019. o

NK

 

Encadré

61, 7 milliards F CFA de taxes douanières sur le riz brisures

On le sait, le Burkina Faso importe du riz et notamment, le riz brisures. La grande portion de ce produit provient du Togo. La valeur déclarée en Douane pour le riz en 2019 est de 51,9 milliards F CFA. Le corridor ivoirien est aussi une autre porte d’entrée du riz brisures au Burkina Faso, avec une valeur en Douane de 9,1 milliards F CFA. La dernière voie d’entrée de ce riz sur le territoire burkinabè est le poste frontière du Bénin. A ce niveau, la valeur en Douane enregistrée est de 736.578.090 F CFA.  Ainsi, au cours de l’année 2019, ce sont 61.797.739.873 F CFA qui ont été payés en taxes douanières pour le riz brisures, pour un volume de 460.152.086 kg. o

Commentaires
Numéro d'édition: 354

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.