Loi de finances rectificative 2020: Une baisse des recettes de 9,04%

• Représentant 201,966 milliards FCFA

• Les 27,500 milliards FCFA de la 4G de Telecel Faso atténuent le choc

• Baisse des dépenses budgétaires de 10,375 milliards FCFA

Les recettes totales de l’Etat dans le budget 2020 passent de 2.233,316 milliards F CFA dans la loi de finances initiale à 2.038,850 milliards FCFA dans le projet de loi de finances rectificative adopté par le Conseil des ministres du 17 juin 2020. En attendant son adoption par l’Assemblée nationale, il se dégage une baisse des recettes totales de 9,04%, représentant une valeur de 201,966 milliards FCFA. Cette baisse des recettes est la conséquence de la pandémie de Covid-19 apparue au Burkina Faso en début mars 2020.

Pour le gouvernement : « Cette loi de finances rectificative vise à répondre aux nouveaux impératifs imposés par l’épidémie de la maladie du Coronavirus. Cela se traduit par une importante baisse des recettes propres, l’apparition de nouvelles priorités à satisfaire afin de faire face à l’épidémie et la réponse aux conséquences de la Covid-19 sur l’ensemble de l’économie ».

Un tel contexte qui impose donc de nouveaux défis nécessite de nouvelles stratégies pour y faire face. Afin de parvenir à une nouvelle configuration du budget qui tienne compte des réalités du moment, des ajustements budgétaires s’imposent au niveau des prévisions de recettes totales de l’Etat qui sont constituées des ressources ordinaires et des ressources extraordinaires.

Les prévisions de ressources ordinaires passent de 1.894,780 milliards FCFA à 1.672,280 milliards FCFA, soit une baisse de 222,500 milliards FCFA, représentant 1,74%. Il faut rappeler que la baisse au niveau des régies de recettes, qui se chiffre à 230 milliards FCFA, a été atténuée en partie par la confirmation du versement en 2020 de la première tranche de la redevance de la société de téléphonie mobile «Telecel Faso», pour le passage de la 3G à la 4G d’un montant de 27,500 milliards FCFA, contre un montant de 20 milliards FCFA  budgétisé dans la loi de finances initiale, d’où un surplus de 7,500 milliards FCFA.

L’importante baisse des ressources ordinaires serait liée principalement au ralentissement de l’activité économique intérieure, d’une part, et la baisse des importations, d’autre part. A ces éléments s’ajoute également l’incidence des mesures d’allègements fiscaux prises dans le sens d’atténuer les effets néfastes de la Covid-19 sur les entreprises.

S’agissant des ressources extraordinaires, elles enregistrent une augmentation de 28,033 milliards FCFA, soit un taux de 8,28%. Toutefois, une baisse des dons projets a été enregistrée. Ils passent de 262,016 milliards FCFA à 208,833 milliards FCFA, soit une baisse de 53,182 milliards FCFA, d’un taux de 20,30%. En effet, face au ralentissement général de l’activité économique dans tous les secteurs, il était indiqué pour beaucoup de projets et programmes de revoir leur programmation afin de garantir une meilleure absorption des ressources dans le cadre annuel de l’exécution du budget de l’Etat.

Les dons programmes enregistrent une augmentation de 81,22 milliards FCFA. Cet important accroissement des appuis budgétaires est le résultat de l’accompagnement des partenaires techniques et financiers dans le cadre de la solidarité internationale pour faire face aux effets de l’épidémie du Coronavirus.

Elie KABORE

 

Encadré:

Baisse des dépenses budgétaires de 10,375 milliards FCFA

Les ajustements des prévisions de dépenses ont été opérés dans le sens d’une annulation des besoins jugés moins prioritaires afin d’offrir plus d’espace budgétaire pour la prise en compte des nouvelles priorités dans le cadre des ouvertures de dépenses. Les dépenses budgétaires connaissent également une baisse entre le budget initial et le projet de budget en cours de révision. Elles passent de 2.518,456 milliards FCFA dans la loi initiale à 2.508,081 milliards FCFA dans le projet de loi de finances rectificative. Il se dégage une baisse de 10,375 milliards  FCFA entre les 02 budgets. Cette légère baisse correspond à 0,4%.

Le déficit budgétaire se situerait à 469,231 milliards FCFA, contre 285 140 milliards FCFA pour la loi de finances initiale, soit une baisse de 184,091 milliards FCFA correspondant à 39,23%.o

Commentaires
Numéro d'édition: 350

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.