Versement des primes Covid-19: Les raisons du retard

• Deux réquisitions se chevauchent

• Mais les divergences sur les prises en charge aplanies

• Le dossier mis en paiement bientôt

 

Au moment où nous tracions ces lignes, le ministère de la Santé était dans l’attente du ok du ministère des Finances pour passer au paiement des sommes dues pour la période de réquisition. (DR)

Le 5 juin dernier, les travailleurs du Centre hospitalier universitaire de Tengandogo (CHUT), le quartier général de la prise en charge des malades de la Covid-19, ont exprimé leur mécontentement face au retard dans le paiement de la prise en charge du personnel réquisitionné dans le cadre de la lutte contre la pandémie. Leur grief : un groupe de réquisitionnés a été désintéressé par deux fois alors que le gros de la troupe attend toujours. Le directeur de cabinet du ministère de la Santé a dû se déplacer sur le site de l’hôpital pour tenter d’apaiser la tension en donnant les informations à sa disposition. On retiendra de son intervention que les listes du personnel concerné par les réquisitions ont été transmises pour traitement avant paiement au service du ministère des Finances. Et à ce niveau, certaines listes ont été ajournées en attendant plus d’informations de la part du ministère de la Santé. Seul le personnel réquisitionné de la thématique « prise en charge »  ont pu passer à la caisse pour le reliquat du mois de mars et les émoluments des mois d’avril et de mai.

Le Comité national de gestion de l’épidémie de Covid-19 a mis en place 10 Commissions thématiques : prise en charge, laboratoire, finances, communication, logistique, recherche et analyse, sécurité, planning et information, PCI, surveillance.

Au moment où nous tracions ces lignes, le ministère de la Santé était dans l’attente du ok du ministère des Finances pour passer au paiement des sommes dues pour la période de réquisition.

Les échanges entre les deux ministères ont permis d’accorder les violons finalement sur le type de prise en charge : il fallait faire le tri entre ceux qui ont été mobilisés 7jours/7, ceux qui ne travaillaient pas les jours fériés et les weekends. Ces préalables, comme l’a reconnu un cadre du ministère de la Santé, visent à éviter les perceptions indues avec leur corollaire  d’ordre de recettes en cas de contrôle ou d’inspection. Il faut donc mettre « cette lenteur » sous le compte du principe de précaution et de vérification et ne pas payer les yeux fermés. Car, il nous revient que la première réquisition concernait 47 personnes venues de différents voire de la province. Parmi celles-ci, certaines n’ont pas rejoint ou ont rejoint tardivement le groupe à cause, entre autres, de la psychose créée autour de la maladie.  On était début mars avec l’annonce officielle du premier cas au Faso. Cette première réquisition, qui date du 12 mars, mettait ainsi en place l’embryon de l’équipe de prise en charge directe des cas suspects et des malades. Le bâtiment 15 servait alors de QG pour la prise en charge des patients. C’est seulement le 21 mars qu’un arrêté signé du Premier ministre officialisait la réquisition de l’hôpital de Tengandogo. Cette réquisition précisait que «  le centre hospitalier universitaire de Tengadogo, ses Ressources humaines, ses bâtiments et l’ensemble de ses infrastructures » sont requis pour le compte du CORUS et cela, jusqu’à la fin de la pandémie. Et l’arrêté ajoute que «  la réquisition s’étend à tout le personnel sanitaire et administratif nécessaire à la lutte contre la Covid-19 ».

Ce retard dans le traitement a créé de l’impatience, voire une certaine suspicion comme si l’administration centrale avait des choses à cacher. Là-haut, on rassure que ce sont les procédures. o

JP

 

Encadré:

Liste incomplète 

La toute première réquisition était à personne dénommée et le contrôle de présence et de prise de service n’a, semble-t-il, pas posé de problème. Tel n’est pas le cas de la réquisition du CHUT avec tout son personnel et ses infrastructures. Lorsqu’il a été demandé de transmettre la liste pour les paiements du mois, la Direction générale a transmis la liste de tout son personnel, omettant ceux de la première réquisition.  La liste a été traitée au ministère de la Santé pour transmission en tenant compte des groupes thématiques. Un quiproquo s’est présenté sur la pertinence de certaines thématiques au sein de Tengandogo. Les parties se sont parlé et tout semble être rentré dans l’ordre. Cela explique en partie le retard de paiement.

Commentaires
Numéro d'édition: 349

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.