Le consultant indépendant, Fidèle Bama : « Nous n’avons pas tenu compte du taux d’exécution compte tenu de la complexité de cette étude ». (DR)

PNDES: Le rapport d’évaluation indépendante en validation

• Une évaluation réalisée trois ans après la mise en œuvre du Plan

• Des avancées notoires constatées en dépit du contexte particulier

• Climat des affaires et corruption minent la croissance économique

Trois années après la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social, et conformément au décret relatif à la disposition de suivi et d’évaluation du PNDES, une évaluation à mi-parcours doit être réalisée. Une procédure à laquelle s’est tenue le Secrétariat permanent du Plan national de développement économique et social, à travers un atelier de validation.

Le consultant indépendant, Fidèle Bama : « Nous n’avons pas tenu compte du taux d’exécution compte tenu de la complexité de cette étude ». (DR)

Cet atelier s’est tenu le 29 mai 2020 à Ouagadougou, sous la présidence du vice-président du Comité technique national du PNDES, Seglaro Abdel Somé. Il s’est agi de valider le rapport de l’évaluation indépendante des 3 premières années de mise en œuvre du PNDES.

Selon ce dernier, « l’objectif global de cette évaluation est de fournir aux acteurs du suivi et de sa mise en œuvre, une analyse indépendante de la performance enregistrée ainsi que des attributs tels que la pertinence, la cohérence du plan au regard des évolutions du contexte ». Cette évaluation s’est faite par un processus participatif et inclusif. En effet, la méthodologie et les outils de collecte de données ont été soumis au Conseil national de la statistique pour l’obtention du visa statistique.

Le consultant indépendant, Fidèle Bama, qui a rédigé le rapport, s’est exprimé sur la question des performances du PNDES. Il a déclaré « qu’il y a des avancées notables dans le domaine de la santé, il y a eu des appuis pour les enfants et les femmes, dans le domaine de l’éducation, le nombre des écoles sous paillotes a régressé ».

Ce dernier a, par ailleurs, souligné qu’il subsistait des domaines qui méritent qu’on y prête attention. Il s’agit, notamment, du climat des affaires où les résultats du pays ont régressé dans le classement Doing Business où il faut encore faire des efforts ; il y a aussi la corruption qui plombe la croissance économique.

S’agissant des difficultés dans la mise en œuvre du PNDES, il est ressorti, entre autres, le déblocage tardif des ressources, la multiplication des grèves dans plusieurs secteurs de la Fonction publique et la faiblesse des capacités techniques de certaines maîtrises d’ouvrage déléguées.

Le présidium . (DR)

Contexte de mise en œuvre et acquis

Selon la revue technique du comité technique national du PNDES, le Plan a été mis à mal en 2019 par un environnement international et national difficile. En effet, sur le plan international, l’exacerbation des tensions commerciales et géopolitiques entre les grandes économies de la planète, et les incertitudes liées aux conséquences du Brexit ont occasionné un fort recul de la croissance de certains pays développés.

Aussi, sur le plan national, malgré la conjecture économique nettement plus favorable aux pays de l’UEMOA, l’accentuation des attaques terroristes avec leurs effets dépressifs sur les investissements a entraîné une croissance économique de 5,7%, contre une croissance escomptée de 6%.

En raison de l’accroissement des recettes fiscales et de la contraction de l’investissement public, le déficit budgétaire a été ramené à 3% du PIB en 2019, contre 4,9% en 2018. Cependant, en dépit des difficultés, de nombreux acquis ont été engrangés en 2019.  Dans le cadre de l’amélioration de l’accès des populations à la santé, un certain nombre de réalisations ont été faites, il s’agit, notamment, de l’inauguration du CHR de Ziniaré, la construction et l’équipement de 59 CSPS sur l’ensemble du territoire. L’opérationnalisation du Centre des opérations de réponses aux urgences sanitaires (CORUS) qui a contribué à la gestion de plusieurs crises sanitaires.

Concernant la dynamisation du secteur de l’industrie et de l’artisanat, grâce au dynamisme du secteur minier, la part de la valeur ajoutée de l’industrie dans le PIB s’est située à 20,53% en 2019 pour une cible de 21,5% attendue en 2020. Toutefois, le développement de l’activité de manufacture tarde à se faire sentir quand bien même de nombreuses initiatives sont en cours d’exécution.

Le secteur agro-sylvo-pastoral a connu également un progrès, notamment, dans la production halieutique, avec une quantité de poissons estimée à 28.365 tonnes en 2019, contre 27.700 en 2018. En revanche, les résultats en matière de production végétale et agricole restent en dessous des ambitions affichées en 2019.

Quant au secteur de l’Education, en plus de la résorption et la construction des salles sous paillotes, il y a eu le recrutement sur mesures nouvelles de 1.000 instituteurs adjoints certifiés et la mise à disposition de 2.740 autres.

Rachid OUEDRAOGO (Collaborateur)

                                     Encadré:

Rôle du Secrétariat permanent du PNDES

Le SP/PNDES est conçu pour être « l’organe administratif et technique de coordination et d’impulsion des réformes ». Il vient en appui au CNP/PNDES. Pour ce qui constitue ses principales missions, il est chargé de « réaliser les travaux nécessaires au suivi et à l’évaluation globale de la mise en œuvre du PNDES », « d’appuyer les CSD et les CRD dans l’accomplissement de leurs missions » et « d’élaborer et de mettre en œuvre la stratégie de communication sur le PNDES ».

Commentaires
Numéro d'édition: 347

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.