Editorial

Perspectives

Le Conseil des ministres du 5 février 2020 a annoncé officiellement, les dates des prochaines échéances électorales. Ce sera le 22 novembre sur l’ensemble du territoire national. Des élections couplées : présidentielle et législatives.
Autant dire que la chasse aux électeurs est désormais ouverte, surtout avec l’ouverture, ce 10 février, de la révision nationale de la liste électorale. Le parti au pouvoir, dans ce genre de figure, comptera sur la prime du sortant. Il a un bilan à brandir comme résultat de son action. Il a aussi eu le temps de rassembler un butin de guerre pour battre campagne.
Mais la partie ne sera pas simple et elle risque d’être compliquée (on ne le souhaite pas) à cause de la volatilité de la situation sécuritaire. Ce sera une donne essentielle en termes de participation et en termes de choix du candidat à Kosyam. Les programmes politiques des candidats devraient en tenir forcément compte. Mais déjà, l’opposition resserre ses rangs, pour proposer «une alternance alternative» à un pouvoir qu’elle a souvent critiqué de n’être pas à la hauteur du drame que vit le peuple. Résultats dans 9 mois.

Abdoulaye TAO

Commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page