Un maquis installe à proximité du lycée municipal de Sig-Noghin. (DR)

Occupation anarchique des commerçants : Il faut assainir le cadre scolaire pour de meilleurs rendements

• L’occupation anarchique comme gangrène du système éducatif

• Les parents d’élèves tirent sur la sonnette d’alarme

Il est commun de constater dans les alentours des établissements scolaires de Ouagadougou, une pléthore d’activités commerciales de tous genres. Des débits de boissons aux maisons closes, il existe autant d’activités malsaines qui nuisent à l’éducation des élèves. Après avoir attiré l’attention sur la question des occupations anarchiques aux abords des établissements scolaires en 2018, la Coordination des associations des parents d’élèves de la région du Centre a réitéré l’action. En effet, elle a organisé, en collaboration avec la Mairie de Ouagadougou, une visite sur le terrain pour faire le constat, accompagnée d’une conférence de presse découlant de ce constat le mardi 28 janvier 2020. Les visites ont concerné le lycée municipal de Sig-Noghin , le lycée de Bogodogo et le lycée Rimvougre .
Le président de la Coordination des associations des parents d’élèves de la région du Centre, Adama Yaro, s’est indigné du constat amer. Selon lui : « L’école qui doit être sanctuarisée et réservée à la préparation de l’avenir de notre pays a été progressivement prise en otage par des marchands à la recherche du gain à tout prix ». Il a, par ailleurs, souligné que le développement continu de certaines activités illicites avaient un impact sur la qualité de l’éducation. La Coordination des associations des parents d’élèves de la région du Centre a appelé l’Etat à prendre des mesures pour interdire ces types de commerces autour des établissements scolaires.
En effet, autour des lycées et collèges, nous avons fait le constat sur les installations commerciales ; il s’agit, notamment, de maquis, de restaurants, de kiosques PMUB et de cabarets. Une bonne partie de ces commerçants y sont installés sans autorisation, d’autres par contre, prétendent payer des droits d’exploitation aux Mairies des Arrondissements concernés. Aux alentours du lycée Sig-Noghin de l’Arrondissement 03, on dénombre 35 occupants dont deux ont présenté des autorisations. Au niveau du lycée municipal de Bogodogo de l’Arrondissement 10, il y a 4 occupants dont aucun n’a présenté d’autorisation. Le lycée municipal Rimvougre de l’Arrondissement 11 détient la palme avec 162 occupants dont aucun n’a présenté d’autorisation, en dehors des reçus de contribution à l’aménagement du domaine public.
La propriétaire du cabaret aux alentours du lycée Rimvougre, Pouya Laurentine, face aux questions des journalistes, a déclaré ne pas être capable de distinguer les élèves de sa clientèle habituelle. Par ailleurs, elle a déclaré être dans ses pleins droits, car elle est installée dans une portion de sa parcelle. Cette situation a attiré l’attention sur la proximité des lycées municipaux avec les zones d’habitation spontanées communément appelées non loties. Ces zones échappent à la règlementation sur les installations, d’où l’une des difficultés.
Après avoir reçu un ultimatum pour déménager leurs commerces, un sentiment d’hostilité se lit sur les visages des commerçants installés à proximité des écoles visitées. Certains déclarent n’avoir pas d’autres endroits où déplacer leurs commerces et réclament à la Mairie un terrain et une compensation.

Rachid OUEDRAOGO (Collaborateur)


L’occupation des alentours des établissements scolaires est règlementée

La sécurisation du domaine scolaire (enceinte dans laquelle se déroulent les activités scolaires) est une condition sans laquelle le bon déroulement des activités scolaires peut être compromis, au préjudice des acteurs du système éducatif. Malencontreusement, il est de constat que les domaines scolaires font de plus en plus l’objet d’intrusions violentes de la part de tiers.
Il est aussi courant de constater des installations anarchiques de débits de boissons à moins de 400 m des écoles. C’est pour sécuriser les espaces scolaires et garantir davantage la quiétude et la sérénité indispensables au bon déroulement des activités scolaires, que le décret n°2016-926/PRES/PM/MATDSI/MJDHPC/MINEFID/MENA du 03 octobre 2016 portant protection du domaine scolaire a été pris comme une règlementation spécifique protégeant les domaines scolaires, notamment dans l’article 12.

Commentaires
Numéro d'édition: 330

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.