De Bonnes Sources

• Restes à recouvrer: 31,18 milliards FCFA mobilisés en 2019
La Direction générale des Impôts (DGI) a mobilisé 31,18 milliards FCFA au 31 décembre 2019, au titre des restes à recouvrer, sur un stock de 363,32 milliards FCFA en fin 2018, soit un taux de 10% de recouvrement. «Un taux record depuis la mise en route du processus d’assainissement des restes à recouvrer, et cette dynamique sera maintenue, voire se renforcer au cours de l’année 2020», a reconnu le Directeur général des Impôts, à la faveur de la rentrée fiscale 2020. En rappel, la DGI a mobilisé 38 milliards FCFA en 2018 et 32 milliards FCFA en 2017.

• Lutte contre la fraude: 19 cas de fraude fiscale ont fait l’objet de plaintes en Justice en 2019
Dans le cadre de la lutte contre la fraude fiscale, la Direction générale des Impôts (DGI) a effectué 952 vérifications de comptabilité, contre 904 en 2018, pour des montants définitifs notifiés de 59,6 milliards FCFA. Elle a, par ailleurs, intensifié les enquêtes fiscales au cours de l’année écoulée, ce qui a permis de déceler 19 cas de fraude fiscale qui ont fait l’objet de plaintes en Justice. La traque aux importateurs et exportateurs inconnus des fichiers de la DGI a abouti à la désactivation de 439 numéros IFU toujours en 2019.

• Médias publics: les patrons reconfirmés
Le Conseil des ministres du 22 janvier a maintenu à leur poste de Directeur général de la Télévision nationale du Burkina et du quotidien national Sidwaya, Pascal Y. Thiombiano et Mahamadi Tiegna. C’est une dénomination technique imposée par le nouveau statut dérogatoire accordé à ces médias. D’autres mesures sont à venir, notamment, au niveau de l’administration financière.
On se rappelle que parmi les scenarii proposés pour sauver les médias publics figurait l’option 3 qui consistait à : maintenir la forme juridique actuelle d’Etablissement public de l’Etat (EPE), sur une période de 3 ans minimum et 5 ans maximum, en ouvrant des négociations avec le gouvernement afin d’obtenir un statut dérogatoire à celui des EPE permettant de bénéficier de grilles indiciaires et indemnitaires spécifiques et d’une autorisation de gestion suivant les règles de droit privé.
• Coris Bank International: vers le renforcement des filiales Baraka
Le président du Groupe Coris, Idrissa Nassa, était aux Iles Barhein, où il a rencontré Adnan Ahmed Yousif et Abdelilah Betalik, respectivement président de Albaraka Banking et Secrétaire général du CIBAFI. Il aurait été question, lors de cette rencontre, des perspectives pour renforcer les capacités d’intervention du Groupe CORIS en matière de finance islamique. Avec Coris Baraka, le Groupe que dirige Idrissa Nassa fait office de leader dans ce secteur.

• Immobilier et téléphonie mobile: une enquête parlementaire
L’Assemblée nationale a voté la mise en place d’une Commission d’enquête parlementaire sur le secteur immobilier et sur celui de la téléphonie, lors de sa session du 23 janvier dernier.
Ce sont deux secteurs capitalistiques qui font l’objet de beaucoup de récriminations de la part des Burkinabè. Sur l’immobilier, la Commission enquête sur le système et les pratiques de la promotion immobilière. 268 sociétés dénombrées. Respectent-elles les règles et procédures ? S’acquittent-elles des droits et taxes ?
Concernant les sociétés de téléphonie mobile, les députés de la Commission d’enquête auront 60 jours pour investiguer sur la qualité des réseaux, le système de facturation des clients objet de beaucoup de récriminations. Ils feront également le point sur la fiscalité appliquée aux entreprises.

• Forum sur les droits humains: les atteintes à l’index
Comment éviter, à l’avenir, des atteintes graves aux droits humains ? C’est entre autres sujets abordés par l’ensemble des Défenseurs des droits humains (DDH) les 23 et 24 janvier 2020 à Ouagadougou, au détour d’un Forum national des défenseurs des droits humains. Pour les DDH, selon les articles 4, 12, 13 et 14 de la loi 039 et conformément au premier article de la Constitution qui garantit les droits aux citoyens dans l’égalité, c’est à l’Etat burkinabè d’assurer et de protéger tous les Burkinabè sans exception. Cette initiative est de la Commission nationale des droits humains en collaboration avec le PNUD.

Commentaires
Numéro d'édition: 329

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.