L’un des principaux problèmes identifiés dans cette étude est que les médias, à travers l’Europe, n’indiquent pas clairement à leurs publics les antécédents et le statut juridique des personnes cherchant à entrer en Europe en tant que migrants ou réfugiés. (DR)

Débat sur la migration : Le rôle des médias européens

• 2.417 articles entre aout 2015 et mars 2018

• 293 articles mentionnent la Syrie

• Une étude de l’Observatoire européen du journalisme et de Otto Brenner Stiffung

Comment les médias européens couvrent-ils les reportages sur les migrants et les réfugiés ? L’Observatoire européen du journalisme et la Fondation Otto Brenner Stiffung ont réalisé une analyse pilote sur la question. Ils ont mis en lumière le rôle des médias dans le débat sur la migration. Il s’agit d’une étude comparative menée dans 17 pays dont L’Economiste du Faso a eu copie, le 13 janvier 2020.
Les médias racontent des histoires différentes sur les migrants et les réfugiés dans chaque pays. De fortes disparités en termes de quantité et de qualité de couverture ne sont pas seulement visibles entre l’Europe occidentale et l’Europe centrale, mais même en Europe occidentale. Le document de 57 pages révèle également de nombreux angles morts dans la couverture des migrants et des réfugiés.
L’étude a récupéré 2.417 articles pour six semaines d’étude sélectionnées entre août 2015 et mars 2018. L’étude révèle également des schémas de couverture fondamentalement différents entre l’Allemagne, l’Italie et la Grèce et tous les autres pays de l’UE d’échantillon. En Allemagne, en Italie et en Grèce, les migrants et les réfugiés sont présentés comme des sujets nationaux, reflétant le fait que ces pays sont principalement des destinations de migrants et de réfugiés.
Cependant, les médias de tous les autres pays de l’UE de l’échantillon traitent le sujet principalement comme un problème d›affaires étrangères – les événements liés à la migration ont lieu loin de chez eux, au-delà des frontières nationales.
Les médias en France, au Royaume-Uni et en Hongrie soulignent le rôle de premier plan de leurs dirigeants dans l’élaboration des politiques internationales. Les Allemands, en particulier, pourraient être surpris d’apprendre qu’il semble y avoir peu de pression publique dans d’autres pays pour trouver une «solution européenne» à la règlementation des procédures d’asile.

L’Afrique, principal point de référence en Italie
Les médias font également état de l’immigration en provenance de différentes parties du monde. L’Afrique est le principal point de référence en Italie et dans une certaine mesure, en France. Alors que tous les autres pays d’Europe occidentale se concentrent sur l’immigration en provenance du Moyen-Orient, le journal italien La Stampa, n’a pas publié un seul article consacré aux migrants ou aux réfugiés du Moyen-Orient. Pour les médias de Russie, de Pologne, de Biélorussie et d’Ukraine, les migrations et les flux de réfugiés en provenance d’Ukraine étaient également un sujet majeur.
L’un des principaux problèmes identifiés dans cette étude est que les médias, à travers l’Europe, n’indiquent pas clairement à leurs publics les antécédents et le statut juridique des personnes cherchant à entrer en Europe en tant que migrants ou réfugiés. La couverture est dominée par les débats politiques et les acteurs politiques (45%), ne laissant presqu’aucune place (4% des articles) à la couverture des informations économiques, culturelles, historiques et autres. Seul un tiers des articles (33%) établit clairement la distinction entre les réfugiés, qui ont un statut juridique protégé, et les migrants qui quittent leur pays d’origine pour des raisons économiques, sociales, éducatives et autres.
La plupart des articles (60%) confondent migrants et réfugiés ou restent flous. Seuls 778 des 2.417 articles récupérés pendant les semaines d’étude précisent d’où viennent les gens – 293 articles mentionnent la Syrie, les autres «Afrique» (64), le Myanmar (30), l›Albanie et l›Ukraine (18 chacun) et l›Afghanistan (16).
Mais il y a un changement au fil du temps: dans les premières semaines de notre analyse, le Moyen-Orient, en tant qu’origine, est particulièrement ciblé, et là où les gens sont clairement identifiés, il s’agit principalement de «réfugiés»; au cours des dernières semaines, nous trouvons de plus en plus de personnes identifiées comme des «migrants». Cependant, la part des articles qui n’identifient pas les personnes présentées comme réfugiés ou migrants reste élevée tout au long de notre période d’analyse.
Demander aux migrants et aux réfugiés quels sont leurs antécédents et leurs motivations, mais les migrants et les réfugiés ont tendance à être les spectateurs silencieux de la couverture migratoire. Alors que 26,6% des articles présentent en fait les migrants et les réfugiés comme principaux acteurs, 18% ne les couvrent qu’en tant que grands groupes anonymes.
Seulement 8% des articles présentent les migrants et les réfugiés en tant qu’individus ou familles, tandis que les citoyens et les acteurs de la société civile dans les pays de destination sont les principaux acteurs dans 18% des articles. Et très peu de migrants et de réfugiés présentés dans les articles sont également cités: les médias ont cité 411 locuteurs migrants et 4 267 locuteurs non migrants. Bien que les aides soient individualisées, celles qui reçoivent de l’aide ne le sont pas.

ESS


L’Exemple des médias aux USA

En ce qui concerne la représentation des migrants et des réfugiés, les médias européens pourraient apprendre des États-Unis, qui faisaient également partie de l’échantillon. «Alors que le Washington Post s’est concentré principalement sur l’immigration en provenance d’Amérique centrale au cours de la période d’étude, le New York Times a adopté une perspective plus globale et s’est concentré sur la «crise des réfugiés européens», explique le document. Les articles américains mettent en vedette un nombre particulièrement élevé de migrants et de réfugiés individuels, qui sont également cités, probablement en raison des traditions de reportage anglo-saxonnes et d’un code d’éthique (de la Society of Professional Journalists) qui stipule de «donner la parole aux sans-voix».

Commentaires
Numéro d'édition: 328

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.