De Bonnes Sources

• DGI : un taux de recouvrement de 97,19% en 2019
La Direction générale des Impôts (DGI) a organisé, le 17 janvier 2020 à Bobo-Dioulasso, une conférence de presse sous le thème : « Amélioration de la qualité du service au contribuable pour une mobilisation optimale des recettes fiscales intérieures ». 5e du genre, elle a servi de cadre pour le Directeur général des Impôts, Moumouni Lougué, de faire le bilan de l’année 2019 et informer sur les perspectives 2020. Au titre de l’année 2019, sur une prévision de 869 milliards FCFA, elle a mobilisé 844 milliards FCFA pour le compte du Budget national, soit un taux de réalisation de 97,19%. Comparativement à 2018, on note une hausse de 121 milliards FCFA, soit un taux de 16,74%. Le Directeur général des Impôts a qualifié cette performance d’exceptionnelle. Au profit des budgets des collectivités, elle a mobilisé 29,92 milliards FCFA, sur une prévision de 36 milliards FCFA. Comparativement à 2018, on note une hausse de 2,3 milliards FCFA, correspondant à un accroissement de 8,32%. Ces résultats ont été atteints au terme d’une année éprouvante marquée par la crise sécuritaire et la crise sociale au sein du ministère en charge des finances. Mais la DGI a fort heureusement pu remonter la pente pour atteindre ces résultats, a reconnu Moumouni Lougué. L’année 2019 a aussi été marquée par la poursuite de la modernisation des procédures fiscales et du recouvrement des restes à recouvrer. Sur ce dernier point, 31,18 milliards FCFA ont été recouvrés en fin 2019, sur un stock de 363,32 milliards FCFA en fin 2018.

• Dette souveraine, un marché en forme
Entre 3500 et 4000 milliards de francs CFA, c’est le montant prévisionnel de levée de fonds sur le marché des titres publics. C’est l’annonce faite par le Directeur général de l’agence Umoa-Titres, Adrien Diouf, lors des deuxièmes Rencontres du marché des titres publics tenues du 8 au 10 janvier dernier à Dakar, au Sénégal. Ce marché est en plein boom, il est de plus en plus sollicité par les Etats pour financer leurs projets de développement. Le programme d’émissions du Burkina couvre un montant de 700 milliards réparti en bons du Trésor et obligations du Trésor. L’UMOA-Titres a été créée sur l’initiative de la BCEAO par le Conseil des ministres de l’UEMOA, afin d’aider l’ensemble des pays de l’Union à lever des ressources nécessaires sur les marchés des capitaux pour financer leur plan de développement, dans l’optique de combler leur déficit budgétaire annuel.

• Mine: Essakane nomme un Directeur Pays

Tidiane Barry vient d’être nommé Directeur pays de IAMGOLD Essakane SA depuis le 13 janvier 2020.

Rejoignant IAMGOLD en 2009 à Essakane en tant que directeur des affaires corporatives ; il a occupé plusieurs responsabilités en l’occurrence celui de directeur générale adjoint avant d’être promu directeur de la chaîne d’approvisionnement mondiale d’IAMGOLD Corporation au Canada.

Il est également responsable de la Chambre des mines du Burkina.

• Eco: les anglophones boudent
Les ministres des Finances et de l’Economie et des gouverneurs des Banques centrales respectives de la zone monétaire de l’Afrique de l’Ouest (ZMAO), composée des 6 pays anglophones de la CEDEAO, se sont réunis le 16 janvier dernier. Planchant sur les annonces faites en décembre 2019 par l’UEMOA d’adopter l’Eco en juillet 2020, la réunion extraordinaire de la CEDEAO se dit préoccupée par cette décision unilatérale : «  Le Conseil de convergence de la ZMAO tient à souligner que cette décision n’est pas conforme avec la décision des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO d’adopter «  l’Eco » comme monnaie unique indépendante ». Il a invité les pays membres à un strict respect de la feuille de route révisée du programme de monnaie tout en invitant à organiser un sommet extraordinaire sur cette question. En décembre dernier, le président de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement avait annoncé que les pays de l’UEMOA passeraient de FCFA à l’Eco en juillet 2020.
Cette décision est complétée par des réformes comme l’éviction des représentants de la France du Conseil d’administration de la BCEAO, ainsi que le rapatriement des réserves de la zone logées à la banque de France.

Commentaires
Numéro d'édition: 328

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.