Banques: Coris bank international, classé 7e de l’Union

• Selon le rapport annuel de la Commission bancaire

• Ecobank, 1er de la région

• Suivi du Groupe Société Générale

Dans la liste des principaux groupes bancaires exerçant dans l’UMOA, Coris bank international (CBI) occupe la 7e place et la première au niveau national, selon le rapport annuel 2018 de la Commission bancaire de l’UMOA. Avec six entités, CBI cumule 5,0% des bilans de l’Union, détient 2,3% des guichets de l’UMOA, 2,9% des GAB, 3,6% des comptes bancaires de la clientèle et emploie 2,9% des salariés. Il concentre 8% du résultat net global provisoire du secteur bancaire. Dans ce classement des établissements affiliés à un groupe bancaire, l’on compte 29 groupes. Ces entités concentrent 86,6% des actifs bancaires, 60,9% des guichets, 84,4% des GAB, 83,4% des comptes bancaires de la clientèle, 77,9% des employés et réalisent 96,9% du résultat net global provisoire.
Premier au classement des groupes bancaires opérant dans l’UMOA depuis plusieurs années, le Groupe Ecobank concentre 13,2% des actifs. Il est présent dans tous les pays de l’Union, détient 6,6% du réseau, 21,2% des GAB, 12,6% des comptes bancaires de la clientèle et emploie 9,6% des effectifs. Cette entité contribue à hauteur de 17,7% à la formation du résultat net global provisoire du système bancaire.
Le Groupe Société Générale occupe la deuxième place, avec une part des actifs de 10,1%. Présent dans cinq pays de l’UMOA, il totalise 4,6% des guichets, 5,1% des GAB, 10,5% des comptes bancaires de la clientèle, emploie 9,1% des salariés et totalise 11,9% du résultat net global provisoire.
Installé dans 7 pays de l’Union, le Groupe Bank of Africa (BOA) se positionne au troisième
rang avec 9,6% du total des bilans. Il concentre 8,5% des guichets, 7,8% des GAB, 17,3% des comptes bancaires de la clientèle, 8,5% des agents et réalise 14,8% du résultat net global provisoire.
Avec 9,3% de part de marché et quatrième au classement des groupes bancaires, le Groupe Atlantic Business International (ABI) est présent dans tous les pays de l’Union, avec huit (8) filiales et une (1) succursale. Il détient 5,9% du réseau, 4,8% des GAB, 7,8% des comptes bancaires de la clientèle et emploie 6,6% des salariés. Le Groupe concentre 9,7% du résultat net global provisoire du secteur bancaire de l’Union.
A la cinquième place, avec un cumul de 7,5% des actifs, le Groupe Attijariwafa bank dispose de six filiales et trois succursales. Il détient 8,2% du réseau, 8,9% des GAB, 8,7% des comptes bancaires de la clientèle et 9,1% des employés. Le Groupe cumule 11,0% du résultat net global provisoire.
Le Groupe NSIA Banque, avec deux filiales et trois succursales, occupe la sixième place et
représente 5,3% du total des bilans de l’Union, 3,7% des guichets, 5,8% des GAB, 5,3% des comptes bancaires de la clientèle et 5,6% des salariés. Sa contribution au résultat provisoire d’ensemble est de 2,1%.
Oragroup, UBA et BSIC ferment la marche
Avec huit établissements, Oragroup apparaît au huitième rang et possède 4,8% des actifs
bancaires, 2,9% du réseau, 4,3% des GAB et 1,6% des comptes bancaires de la clientèle. Il emploie 4,0% des salariés et réalise 4,7% du résultat net global provisoire.
La part de marché du Groupe BNP Paribas ressort à 4,0% à fin décembre 2018.
Neuvième au classement avec quatre (4) filiales, le Groupe détient 2,7% des guichets, 5,9% des GAB, 3,7% des comptes bancaires de la clientèle, 4,7% des employés et 5,6% du résultat net global provisoire du secteur bancaire de l’Union.
United Bank for Africa (UBA), avec sa dixième place, concentre 3,6% du total des actifs de l’Union, couvre 1,8% du réseau, 3,6% des GAB, 4,7% des comptes bancaires de la clientèle et 2,7% de l’effectif total des employés du secteur. Il réalise 4,3% du résultat net global provisoire.
Avec quatre (4) entités, le Groupe Banque de développement du Mali (BDM) contribue pour 2,9% du total des actifs, 4,6% du réseau, 3,6% des GAB, 1,8% des comptes bancaires de la clientèle, 2,2% des salariés et 3,3% du résultat net global provisoire. Il occupe le onzième rang au classement des groupes bancaires en activité dans l’UMOA.
Le Groupe Banque sahélosaharienne pour l’industrie et le commerce (BSIC) ferme la liste des Groupes détenant chacun au moins 2% des actifs du système bancaire, avec sept (7) unités. Il cumule 2,6% des actifs bancaires de l’Union et dispose de 3,1% des guichets, 4,1% des GAB, 1,9% des comptes bancaires de la clientèle, 3,8% des salariés et 0,3% du résultat net global provisoire.

6e selon la taille du bilan, du volume des dépôts et des crédits
Le rapport annuel 2018 a aussi classé les établissements de crédit de l’UMOA en activité au 31 décembre 2018, selon la taille du bilan, le volume des dépôts et des crédits. Dans ce tableau, CBI est classé 6e, avec un bilan estimé à 1.025.838 millions FCFA. La banque burkinabè est 9e avec un volume des dépôts de 594.297 millions F CFA et 8e sur 547.231 millions F CFA de crédits. La 2e banque nationale dans le classement est la filiale Ecobank Burkina. Classée 9e avec un total bilan de 925.069 millions F CFA, 8e avec un volume des dépôts de 696.233 et 14e en termes de crédit avec 393.077 millions FCFA. Bank of Africa Burkina Faso arrive à la 3e place dans le classement national et 12e en région, avec un total bilan de 790.804 millions F CFA. A la suite de BOA Burkina, il y a la Société Générale Burkina Faso (18e) ; Banque Atlantique (26e ); UBA (30e ); BICIAB (50e ) ; BSIC (60e ); Orabank Côte d’Ivoire, succursale Burkina (68e ); International bank (81e ). Wend Kuni Bank international, la dernière née des banques au Burkina, est classée 116e. La dernière-née des institutions financières du pays consolide un total bilan de 23.276 millions F CFA. Dans ce classement, c’est la Banque régionale des marchés, succursale du Niger, qui arrive en dernière position (124e). Elle est la seule dont le bilan descend sous la barre des 10.000 millions, soit 9.335 millions F CFA.

JB


Part de l’Etat dans les banques

25.094 millions FCFA. C’est le montant du capital que possède l’Etat burkinabè dans les 15 établissements de crédits agréés du pays. Une participation qui varie selon les banques et autres établissements financiers. C’est à la Banque commerciale du Burkina (BCB) que l’on retrouve la grande participation de l’Etat avec 8.604 millions F CFA, suivie de la BICIA-B (2.500 millions F CFA) ; la Banque Atlantique (2.248 millions) et IB Bank, ancien BHBF (2.028 millions FCFA).
1.871 millions F CFA de part de participation se retrouvent dans Coris Bank international, contre 1.900 millions à UBA Burkina et 1.920 millions à la SGBF. La Banque de l’Union Burkina Faso (434 millions) et Ecobank (393 millions) complètent le tableau de répartition du capital de l’Etat dans les banques.
Notons cependant que BOA Burkina, BSIC, Oragroup Côte d’Ivoire, succursale Burkina, CBAO et WBI n’appartiennent qu’à des privés. Pour l’année 2018, aucune participation de l’Etat n’y a été constatée.

Commentaires
Numéro d'édition: 319

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.