Entreprises

Projet mil : Les acteurs initiés aux technologies agricoles

L’importance de l’agriculture n’est plus à démontrer, c’est la raison pour laquelle, le gouvernement burkinabè, dans sa stratégie de développement rural, a réaffirmé sa volonté de moderniser l’agriculture afin d’accroître et de diversifier les productions agricoles, pastorales et forestières.
Afin d’y parvenir, il a opté pour la promotion de l’utilisation des semences certifiées de variétés améliorées. C’est dans cette optique que l’Ambassade de la République populaire de Chine, à travers le programme mil, et en partenariat avec le ministère de l’Agriculture, a, dans le cadre de l’assistance technique et financière, initié une formation en technologie agricole au profit des acteurs de l’agriculture.
Durant 21 jours, 100 agents et producteurs provenant des 13 régions du Burkina Faso ont été initiés aux technologies agricoles. A l’issue de ces 21 jours de formation, les «meilleurs élèves» ont été primés à l’occasion d’une cérémonie organisée le mercredi 30 octobre 2019 à Ouagadougou.
Les lauréats, en plus de leurs attestations, ont reçu d’autres lots. Cette cérémonie a connu la participation de plusieurs personnalités, notamment les experts chinois, le conseiller politique de l’Ambassade de la République populaire de Chine, Xu Fei, le chef de la délégation chinoise, Zhao Hanqing, le Coordonnateur national du Programme de coopération agricole du Burkina Faso, Sanou Gaoussou.
La formation a consisté à initier les participants à la gestion des champs de mil perlé et la production des semences, la protection des plantes, la gestion de l’eau et des parcelles. Les participants ont, notamment, été formés à l’utilisation des machines agricoles sur le modèle de production chinois.

Photo de famille des experts chinois et des lauréats avec leurs attestations. (DR)

Sur la question de la formation, le conseiller politique de l’Ambassade de la République populaire de Chine, Xu Fei, a insisté sur la nécessité d’une telle initiative à travers une métaphore. Selon lui: «Il vaut mieux enseigner à une personne comment pêcher plutôt que de lui donner du poisson». Le chef de la Zone d’appui technique (ZAD) de Loumbila et par ailleurs lauréat, a estimé que ces nouvelles aptitudes leur seraient très utiles, particulièrement dans la lutte contre les ravageurs.
En rappel, la volonté du gouvernement de promouvoir l’utilisation des semences de variétés améliorées s’est traduite, entre autres, par l’adoption en 2006, de la loi portant règlementation des semences végétales, l’élaboration d’une stratégie de développement durable du secteur semencier. Mais aussi la distribution de semences à prix subventionnés au profit des agriculteurs vulnérables depuis 2008. Toutes ces activités entreprises par l’Etat burkinabè ont permis, dans la durée, de hisser le secteur semencier burkinabè à une position appréciable dans la sous-région.
Le secteur semencier fait partie intégrante des domaines de coopération avec la Chine populaire, notamment, l’amélioration des variétés locales, l’introduction et le développement des nouvelles variétés de mil hybrides, de maïs, de riz et de soja. Notons que le mil représente 20% environ de la production céréalière nationale. Son rendement moyen est estimé à 700 kg/ha. Les variétés hybrides de mil présentent plus d’avantages tels que la résistance à la sécheresse, le haut rendement et la bonne adaptabilité. Le rendement théorique maximal peut aller jusqu’à 12 tonnes par hectare. En rappel, ce projet qui a la plus longue durée parmi ceux de la coopération agricole Burkina-République populaire de Chine a démarré au début de l’année 2019, ce, pour une durée de 3 ans.

Rachid OUEDRAOGO (Collaborateur)


 

3 régions concernées par le projet

Le projet d’assistance technique pour la démonstration du mil au Burkina Faso consiste à mettre une base de préparation de semences d’une superficie de 65 hectares à Loumbila, et à implanter un centre de recherche sino-burkinabè sur le mil en s’appuyant sur ladite base, puis de former le personnel burkinabè et fournir le matériel nécessaire.
Pour cette campagne agricole 2019-2020, trois régions ont été retenues pour la mise en place et la conduite des démonstrations. Il s’agit, notamment, de la région des Hauts- Bassins, du Centre-Sud et du Centre-Est.

Commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page