De Bonnes Sources

• Budget 2019 : hausse des recettes de 153,378 milliards FCFA
L’Assemblée nationale a adopté la loi de finances rectificative du budget 2019. Après ajustements, les recettes budgétaires dans la loi de finances rectificative se chiffrent à 2.107,942 milliards FCFA, contre 1.954,564 milliards FCFA dans la loi de finances initiale, soit une hausse de 153,378 milliards FCFA. Cette hausse est consécutive à l’augmentation des recettes fiscales de 125,500 milliards FCFA. Dans cette somme, 120 milliards FCFA proviennent de la prise en compte des recettes liées à l’acquisition de la licence 4G par ONATEL et Orange. Ces sociétés avaient jusqu’en 2021 pour payer chacune 80 milliards FCFA. Si ONATEL a versé l’intégralité de la somme, Orange a versé 40 milliards FCFA. Les recettes extraordinaires connaissent également une hausse. Elles passent de 257,564 milliards FCFA à 270,442 milliards FCFA, consécutive à l’augmentation des dons projets et programmes. A ce niveau, on observe que le Trésor français et l’Agence française de développement ont accordé 5,904 milliards FCFA au Burkina Faso, sous la forme d’appuis budgétaires.

• Mine d’or de Youga: la production en baisse de 6% au 3e trimestre 2019
La société Avesoro resources Inc a annoncé dans un communiqué rendu public le 10 octobre 2019, que ses résultats de production préliminaires pour le trimestre clos le 30 septembre 2019 n’étaient pas reluisants. En effet, la société note qu’au cours de cette période, 14.619 onces ont été produits ; ce qui constitue une baisse de 6% par rapport au deuxième trimestre de 2019. Selon le communiqué, cette baisse serait liée à « un incident de sécurité qui a entravé la disponibilité de la flotte minière ». Cet incident de sécurité fait référence à l’incendie d’une partie des installations par les populations environnantes, suite au décès d’une personne causé par un agent de sécurité de la mine.

• Gouvernement/secteur privé: 48 h à Bobo
Le traditionnel rendez-vous entre le gouvernement et le secteur privé se tient cette semaine à partir du 14 octobre, dans la ville de Sya. Au cours de ce dialogue de 48h heures, les hommes d’affaires conduits par la Chambre de commerce et le syndicat des patrons vont présenter au gouvernement, leurs attentes pour le développement de l’économie nationale et des entreprises. Ce sera également l’occasion de faire le point des mesures déjà initiées par les parties dans ce sens.

• Immigration en zone UEMOA: Côte d’Ivoire et Burkina terres d’accueil
Lors du Forum sur les 25 ans de l’UEMOA, il a été présenté aux participants, un aperçu des flux migratoires dans la zone. L’immigration intra-zone (UEMOA) est estimée à 77,3%. Et le stock total des immigrés intra-zone (UEMOA) est estimé à 3.195.207. Le Stock total des immigrés internationaux dans l’UEMOA, quant à lui, est estimé à 4.135.140. Le premier pays d’accueil des immigrés intra-zone est la Côte d’Ivoire, avec un stock estimé à 2.050.856, soit environ 64,2%. La 2de destination des immigrés intra-zone: Burkina Faso, avec 20,0%, suivent ensuite le Bénin (4,4%) et le Mali (3,9%).

• Zone Franc: escale à Paris sur la route de Brettons Wood

Les pays membres de la zone Franc se sont concertés à Paris le 10 octobre dernier, dans le cadre de la rencontre d’automne des ministres des Finances de la zone. Les ministres concernés sont ceux des Finances de France, la zone UEMOA, de la zone CEMAC et des Comores. Cette rencontre a lieu deux fois l’an. Cette réunion se tient dans un contexte marqué ces dernières années, par le débat sur la création d’une nouvelle monnaie, indépendante du Trésor français. La rencontre de Paris se tient à quelques jours des réunions d’automne de la Banque Mondiale et du FMI.

• Assises de la coopération décentralisée: les enjeux pour le Sahel
Du 10 au 11 octobre 2019, des Maires, responsables de collectivités des 5 pays du Sahel, notamment Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad, ont pris part aux 1res Assises sahéliennes de la coopération décentralisée à Poitiers, en France. Des conférences porteront sur les enjeux au Sahel, la décentralisation, sur les modalités de travail en zone de conflits et sur le Tchad.
Nées du souhait commun des collectivités sahéliennes et françaises de poursuivre et consolider les partenariats malgré un contexte sécuritaire qui rend de plus en plus difficiles les déplacements au Sahel, ces assises ont pour principaux objectifs de travailler à la construction d’une «Alliance des collectivités pour le Sahel» comme la mutualisation et la mise à l’échelle de projets dans la zone sahélienne. Les associations et réseaux européens de collectivités sont associés à la démarche. Quatre thématiques ont été retenues sous forme d’ateliers: Appui à la décentralisation et renforcement de la gouvernance; Education, formation, employabilité et mobilité des jeunes; Agriculture, développement rural et sécurité alimentaire; Énergie et climat.

• 21 milliards pour valoriser la plaine de la Léraba
C’est le montant de la convention signée entre le Burkina Faso et la BAD pour la valorisation de la plaine de la Léraba dans l’ouest du Burkina Faso. Dénommé Projet d’aménagement et de valorisation de la plaine de la Léraba (PAVAL), l’objectif global est d’assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans la région des Cascades. Le PAVAL consiste à l’aménagement d’un périmètre irrigué de 1.000 ha avec une production additionnelle de 7.500 tonnes par an de produits vivriers (riz, maïs…) et de 14.000 tonnes par an de produits maraîchers. Avec ce projet, 1.500 emplois seront créés, et une hausse des revenus des producteurs va passer de 330.000 à 550.000 FCFA par an et 50% des femmes auront accès à la terre, selon un communiqué du ministère en charge de l’agriculture.

Commentaires
Numéro d'édition: 315

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.