Verdict

Le verdict du putsch manqué de septembre 2015 est enfin tombé le 2 septembre dernier. Près de trois ans après les faits, les personnes impliquées dans ce coup de force d’une fraction de l’armée, notamment les anciens RSP, connaissent leur sort. Les cerveaux du putsch et leur premier carré d’exécutants ont pris des peines allant de 20 ans à 10 ans de prison ferme.
Le Général Gilbert Diendéré a la peine la plus lourde. Une des conséquences attendues de ces condamnations fermes des militaires reconnus coupables sera leur radiation des rangs de l’armée. Ceci est valable pour tous ceux qui ont pris au-delà de 6 moins de prison ferme.
Un vrai gâchis pour ces professionnels des armes qui vont croupir des années dans les geôles burkinabè, alors que leur pays aurait pu effectivement profiter de leur expertise, par ces temps où les terroristes sèment la terreur dans le Nord du pays. Le cerveau du putsch y a lui-même fait allusion à la barre.
Ils paient donc tous pour leur erreur, en attendant d’éventuels recours en appel et l’issue de ceux-ci. La Justice burkinabè, elle, a passé son chemin. C’est peut-être la seule vraie satisfaction de cette affaire, qu’elle soit allée jusqu’au bout. Pour le reste, on ne peut plus faire machine arrière, le mal est déjà fait. Et cela doit servir de leçon. Reste à recoller tous les cœurs brisés au nom de la réconciliation.

Par Abdoulaye TAO

Commentaires
Numéro d'édition: 310

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.