La délégation burkinabè est revenue de cette table ronde avec des intentions de financement d’un montant de 995 milliards FCFA pour injecter dans les infrastructures et l’agriculture. (Ph. DR)

Projet Cacao : Plus de 900 milliards FCFA obtenus par le Burkina Faso

• A titre d’intention de financement

• Dans les infrastructures et l’agriculture

• Les agropoles: Sourou, Bagré, Samendéni pris en compte

Abidjan, capitale économique de la Côte d’Ivoire, a abrité, du 16 au 18 juillet 2019, une table ronde sur le financement des projets du plan directeur de l’aménagement des Corridors pour l’anneau de croissance en Afrique de l’Ouest (Cacao), organisée par la Commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa), en collaboration avec l’Agence japonaise de coopération internationale (Jica), la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao). Le Burkina Faso, qui a pris part à cette table ronde, a obtenu de la part des partenaires techniques et financiers (PTF), des intentions de financement conséquent pour son développement. Sur 27 projets qui nécessitent un financement de plus de 2.810 milliards FCFA, le ministre des Infrastructures, Eric Bougouma, a fait savoir que le gouvernement burkinabè a obtenu plus de 995 milliards FCFA au profit des projets jugés hautement prioritaires pour le pays. Lesquelles priorités sont: l’agriculture, l’énergie, les routes et infrastructures, les transports, l’industrie et le commerce.
Dans un communiqué de la Direction de la communication du ministère en charge de l’agriculture, il ressort que ce département était porteur de 5 grands projets dont le financement à mobiliser est estimé à 1 067 milliards de francs CFA. Ce portefeuille est composé de l’appui à la mise en place de l’agropole du Sourou, du projet de développement de l’agropole de Samendéni, du Corridor de croissance du pôle de Bagré. Le projet de développement de la mécanisation agricole et de soutien au secteur hydraulique et la Centrale d’approvisionnement en intrants et matériels agricoles ont également été présentés à la table ronde.
Selon le ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydro-agricoles, Salifou Ouédraogo, les 3 agropoles suscités ont eu des intentions de financement de la part du secteur privé à hauteur de 850 milliards FCFA.
De l’avis du ministre, la mise en œuvre de ces projets va améliorer la production et la productivité agricoles à travers les aménagements hydro-agricoles, la mécanisation et l’accès aux intrants de qualité. Quant au ministre Eric Bougouma, celui-ci s’est réjoui du fait que le secteur industriel burkinabè va connaître un nouveau souffle avec l’aménagement et la viabilisation des zones industrielles de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso.
C’est ainsi que le port sec de Ouagadougou et les zones économiques spéciales de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso ont eu des intentions de financement du privé à hauteur de 13, 6 milliards FCFA, fait savoir le communiqué.
Dans le secteur de l’énergie, la construction de la ligne de transport d’énergie électrique interconnectée entre Kompienga et Porga au Bénin et la réalisation des pipelines multi-produits de transport d’hydrocarbures Ferkessédougou-Ouagadougou et Bulpe (Ghana)-Ouagadougou nécessitent la mobilisation de plus de 480,7 milliards de francs CFA.
D’autres projets routiers, ferroviaires et logistiques ont également été soumis à cette table ronde. Il faut noter que le plan Cacao concerne quatre pays de l’espace Uemoa (Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Togo et Bénin) et un hors-Uemoa, le Ghana. Son objectif est de soutenir des projets structurants pour booster l’économie de ces pays à partir des corridors
Abidjan-Ouagadougou; Téma-Ouagadougou; Lomé-Ouagadougou et Abidjan-Lagos. A cette table ronde, ces pays ont présenté 114 projets d’intention de financement.
A la fin des travaux, ils ont obtenu un montant global de 1.752 milliards FCFA, soit 1.400 milliards FCFA promis par les PTF et 352 milliards FCFA par le secteur privé. En sa qualité de chef de file des PTF, la BOAD a fait une contribution globale de plus de 1.000 milliards FCFA sous forme de financement direct, ou d’accompagnement ou en mode PPP.

Ambèternifa Crépin SOMDA


Projet Cacao: le Japon fortement engagé

L’élaboration du plan directeur de Cacao a été financée avec un montant d’environ 3 milliards F CFA par la Jica. Le plan directeur de Cacao est un projet qui découle de l’une des initiatives contenues dans la déclaration de la Ticad V qui s’est tenue à Yokohama au Japon, en juin 2013. C’est un véritable programme ambitieux pour la sous-région. Il est doté d’un montant global estimé à 36 milliards de dollars US. Il est planifié sur un horizon de 20 ans, soit de 2020 à 2040.


Projet Cacao, une enveloppe globale de plus de 20.000 milliards FCFA

A cette table ronde, il était attendu environ 20.022 milliards FCFA dans le cadre de la mobilisation de fonds pour le financement des 114 projets, dont le montant global pour le financement est estimé à 20.822 milliards FCFA, au profit de 5 pays membres de l’Uemoa. A savoir 27 projets pour le Burkina Faso, 42 pour la Côte d’Ivoire, 13 pour le Ghana, 12 pour le Bénin, 13 pour le Togo, et pour l’Uemoa. Un évènement similaire sera lancé l’année prochaine par la Cedeao.

Commentaires
Numéro d'édition: 309

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.