Sociétés d’Etat: qui sont les bons élèves ?

• La SONABHY, la SONABEL et la LONAB

• Ont contribué le plus au PIB de l’Etat en 2018

• 343 agents à recruter pour 2019

Les entreprises publiques burkinabè ont enregistré une amélioration de leur chiffre d’affaires global. Il est passé de 1.123,350 milliards F CFA en 2017 à 1.268,515 milliards F CFA en 2018. Cette amélioration est due essentiellement à l’accroissement du chiffre d’affaires de la SONABHY de 82,869 milliards F CFA.
Quant à la valeur ajoutée globale qui mesure la contribution des sociétés d’Etat à la formation du Produit intérieur brut (PIB) de notre pays, elle est passée de 178,260 milliards en 2017 à 209,724 milliards F CFA en 2018, soit un accroissement de 31,464 milliards F CFA en valeur absolue et de 17,65% en valeur relative.
Cette contribution au PIB est soutenue principalement par la SONABHY à hauteur de 22,283 milliards F CFA, la SONABEL à hauteur de 5,726 milliards F CFA et la LONAB à hauteur de 3,344 milliards F CFA. Ce sont donc les 3 meilleurs élèves cette année, lors de l’AG des sociétés d’Etat en fin juin 2019.
Voici les détails de leurs résultats.

Société nationale burkinabè d’hydrocarbures (SONABHY)

La Société nationale burkinabè d’hydrocarbures (SONABHY) a été créée sous forme de société d’Etat par Kiti n°85-035/CNR/PRES/PRECO du 09 octobre 1985, avec un capital social de 3.000.000.000 F CFA. Elle a pour principales missions : l’importation et le stockage des hydrocarbures liquides et gazeux ; le transport, le conditionnement, la vente et la distribution de ces produits ; la construction d’infrastructures de stockage en vue de garantir au Burkina Faso, une sécurité énergétique suffisante et l’appui à la recherche d’énergie de substitution ainsi que la vulgarisation des techniques d’utilisation ou de consommation d’énergie.
Pour l’importation et le stockage des hydrocarbures, l’Etat burkinabè lui accorde un monopole de droit. L’exercice 2018 de la SONABHY s’est déroulé sous la direction de Hilaire Kaboré, nommé par décret n°2017-0411/PRES/PM du 05 juin 2017. Il totalise un (01) an sept (07) mois au sein de la société à la date du 31 décembre 2018.


L’effectif total du personnel de la SONABHY est passé de 385 à 377 agents entre 2017 et 2018, entraînant une diminution de la masse salariale de 473,221 millions F CFA. La SONABHY prévoit de recruter 195 agents en vue de remplacer le personnel sous le régime de contrat à durée déterminée (CDD) par du personnel sous le régime de contrat à durée indéterminée (CDI).

Evolution des grandes masses du bilan
L’analyse des masses du bilan de la société montre une amélioration des grandes masses du bilan entre 2017 et 2018. En effet, les ressources stables sont en hausse de 10,929 milliards par rapport à l’exercice 2017, suite essentiellement au résultat net de l’exercice 2018.
L’actif circulant et le passif circulant ont suivi la même tendance haussière respectivement, de 77,769 milliards et de 17,064 milliards F CFA entre 2017 et 2018, suite à l’augmentation des stocks finaux et aux dettes fournisseurs d’exploitation principalement. Par ailleurs, la trésorerie nette est négative de 92,716 milliards F CFA en 2018, contre -38,557 milliards F CFA en 2017, suite au recours bancaire pour le paiement des fournisseurs d’hydrocarbures. L’analyse du tableau ci-dessus indique que l’équilibre financier de la SONABHY est satisfaisant entre 2017 et 2018. En effet, le ratio de financement des emplois stables est passé de 4,20 en 2017 à 4,57 en 2018. Ce qui traduit que les ressources stables couvrent entièrement les emplois stables.
Le chiffre d’affaires, la valeur ajoutée, l’excédent brut d’exploitation et le résultat des activités ordinaires ont augmenté respectivement, de 82,869 milliards, de 22,283 milliards, de 22,705 milliards et de 10,334 milliards FCFA. Cette performance est due essentiellement à l’accroissement des quantités d’hydrocarbures vendues.
Ainsi, le résultat net est passé de 26,976 milliards en 2017 à 38,612 milliards F CFA en 2018, soit une hausse de 43,13%. La performance économique de la SONABHY s’est consolidée en 2018. En effet, le taux de partage de la valeur ajoutée et le poids de l’endettement se sont améliorés entre 2017 et 2018.
Quant à la durée moyenne du crédit clients, elle est supérieure à celle du crédit fournisseurs entre 2017 et 2018. Ce qui signifie que la SONABHY accorde plus de temps à ses clients pour le règlement des créances que ses fournisseurs ne lui en donnent. Par conséquent, elle doit travailler davantage à inverser cette tendance afin de résorber les tensions de trésorerie.

Société nationale d’électricité du Burkina (Sonabel)

La Société nationale d’électricité du Burkina (SONABEL) est une société d’Etat créée par décret n°76/344/PRES/MTP/URB du 15 septembre 1976. Par décret n°2013 693/PRES/PM/MME/MEF/MICA du 13 août 2013, son capital social est passé de 46.000.000.000 à 63.308.270.000 F CFA.
La mission principale assignée à la SONABEL est la production, l’importation, l’exportation, la distribution et, à titre de monopole, le transport de l’énergie électrique sur l’ensemble du territoire national ainsi que celui de la distribution dans le premier segment du sous-secteur de l’électricité. Dans ce cadre, elle assure la fourniture de l’électricité dans les conditions de continuité et de qualité requises par les textes en vigueur et respectueuses des normes environnementales.
L’exercice 2018 de la SONABEL s’est déroulé sous la direction de François De Salle Ouédraogo, nommé par décret n°2015-036/PRES-TRANS/PM/MME du 16 janvier 2015. Il totalise quatre (04) ans à la date du 31 décembre 2018 au sein de la société. Toutefois, il convient de noter qu’il a été remplacé par Baba Ahmed Coulibaly, nommé en Conseil des ministres du 27 mars 2019.
L’effectif total du personnel de la SONABEL a connu un accroissement de 84 agents pour faire face à l’insuffisance du personnel aux différents postes de travail. Aussi, la masse salariale a connu une augmentation de 1,592 milliard F CFA en 2018, consécutive à l’application de la délibération n°008/CA/SONABEL portant adoption du protocole d’accord signé le 8 février 2018 entre la Direction générale de la société et les syndicats sur leur plateforme revendicative minimale d’une part, et aux avancements statutaires acquis par le personnel, d’autre part.
Les dettes sociales d’un montant de 1,763 milliard F CFA sont constituées des cotisations à reverser aux organismes de sécurité sociale et aux établissements financiers ainsi que des dettes provisionnées sur congés payés.
La SONABEL envisage de recruter au titre de l’année 2019, 111 agents pour faire face à l’extension du réseau et aux départs à la retraite.
Point sur les prises de participation dans le capital social d’autres entreprises
La SONABEL a une participation d’un montant de 50.000.000 F CFA, représentant 5% dans le capital social de la Société d’économie mixte Bagrépole. Cette prise de participation a été entérinée par décret n°2018-1002/PRES/PM/MCIA/MINEFID du 2 novembre 2018.

Conventions règlementées
La SONABEL n’a pas signalé la signature d’une convention règlementée au cours de l’exercice 2018. Toutefois, elle a relevé l’existence de 5 conventions conclues au cours des exercices antérieurs et dont l’exécution s’est poursuivie au cours de l’exercice 2018. Il s’agit de :
– la convention de maîtrise d’ouvrage déléguée publique d’un montant de 9,920 milliards F CFA relative aux travaux d’électrification au profit de 87 chefs-lieux de Communes rurales. L’effet produit en 2018 est de 337.583.414 F CFA ;
– la convention de financement du programme de renforcement des capacités de production électrique d’un montant de 17 milliards F CFA. L’effet produit en 2018 est de 1.372.307 F CFA ;
– la convention de rééchelonnement des échéances de remboursement de 2012 à 2014 des prêts et dons faits par les Partenaires techniques et financiers (PTF) rétrocédés à la SONABEL en prêt d’un montant de 16,277 milliards F CFA. L’effet produit en 2018 est de 0 F CFA ;
– la convention de financement du projet de production solaire photovoltaïque de Zagtouli d’un montant de 63 millions d’euros. L’effet produit en 2018 est de 1.980.155.083 F CFA ;
– la convention de maîtrise d’ouvrage déléguée publique d’un montant de 685.861.220 F CFA relative à la réalisation des travaux d’électrification rurale des localités de Pâ et de Koumbia. L’effet produit en 2018 est de 20.331.410 F CFA.

Evolution des grandes masses du bilan
L’analyse bilan montre une amélioration d’ensemble des grandes masses du bilan de la SONABEL entre 2017 et 2018. Cette situation se traduit par :
– une hausse des ressources stables et des emplois stables respectivement, de 14,269 milliards et de 13,953 milliards F CFA et se dégage un fonds de roulement ;
– une hausse de l’actif circulant et du passif circulant respectivement, de 7,057 milliards et de 10,291 milliards F CFA, suite à la hausse des créances clients et des dettes fournisseurs d’investissements.
Toutefois, la trésorerie nette a connu une baisse de 11,678 milliards F CA consécutive à la diminution du montant des Dépôts à terme (DAT) et de celui du compte «autres établissements financiers».
L’analyse du tableau montre une amélioration de tous les soldes significatifs de gestion de la SONABEL entre 2017 et 2018. En effet, le chiffre d’affaires, la valeur ajoutée, l’excédent brut d’exploitation et le résultat des activités ordinaires ont augmenté respectivement, de 15,195 milliards, de 5,726 milliards, de 3,574 milliards et de 4,159 milliards F CFA du fait de l’accroissement du volume d’activités et de la reprise des subventions d’investissement, suite à l’application du SYSCOHADA révisé. Par contre, les charges du personnel ont fortement progressé en passant de 19,941 milliards à 22,093 milliards F CFA entre 2017 et 2018, soit une augmentation de 2,152 milliards F CFA due essentiellement à la mise en œuvre du protocole d’accord signé entre la Direction générale et les syndicats sur leur plateforme revendicative minimale et aux avancements statutaires. Le résultat net de la SONABEL est ainsi passé de 6,916 milliards en 2017 à 9,104 milliards F CFA en 2018, soit une hausse de 2,188 milliards F CFA. Hormis le taux de croissance du chiffre d’affaires et le ratio de partage de la valeur ajoutée, les autres ratios de performance économique de la SONABEL se sont relativement améliorés entre 2017 et 2018. En effet, le poids de l’endettement s’est amélioré en passant de 14,29% en 2017 à 12,85% en 2018, suite à la baisse des frais financiers.
Par ailleurs, le taux de partage de la valeur ajoutée s’est dégradé entre 2017 et 2018, en passant de 34,92% à 35,17%. Ce qui montre que la SONABEL a consacré 35,17% de sa valeur ajoutée à la rémunération du personnel en 2018, contre 34,92% en 2017.
La durée moyenne des crédits clients de la SONABEL est supérieure à celle des crédits fournisseurs entre 2017 et 2018, montrant que la société accorde plus de délais à ses clients pour le règlement des créances que ses fournisseurs ne lui en accordent pour régler ses dettes. A cet effet, la SONABEL doit prendre des dispositions pour inverser cette tendance en vue d’éviter des tensions de trésorerie.
En conclusion, la situation économique et financière de la SONABEL s’est consolidée en 2018, suite à l’extension du réseau des abonnés. Toutefois, il convient d’inviter la société à travailler davantage à une meilleure maîtrise de ses charges de personnel et à poursuivre la mise en œuvre des dispositions du Code de bonnes pratiques de gouvernance des sociétés d’Etat.
La SONABEL a enregistré, au titre de 2018, dans le compte «report à nouveau», le retraitement comptable de la digue du barrage de Bagré concédée par l’Etat à la SONABEL, l’incidence de la modification du mode de calcul de l’indemnité de départ à la retraite (provision) et de la constatation d’opérations dont le fait générateur est antérieur à 2018.
Provisions pour renouvellement des immobilisations : 13.607.224.955 F CFA (Barrage de Bagré)
Correction d’écritures : 253.838.161 F CFA
Incidence indemnité départ à la retraite : -10.683.429.799 F CFA
Report à nouveau créditeur : 3.177.633.317 F CFA.

Loterie nationale burkinabè (Lonab)

La Loterie nationale burkinabè (LONAB) a été créée le 10 mai 1960 sous la forme d’un Etablissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) par l’ordonnance n°67-025/PRES/MFC du 10 mai 1967. Elle a été transformée par la suite en société d’Etat par le décret n° 94-415/PRES/MICM/MEFP du 21 novembre 1994, portant transformation de la Loterie nationale burkinabè (LONAB) en société d’Etat, avec un capital social de 1.000.000.000 F CFA.
Elle est spécialisée dans l’organisation des jeux de hasard. Sa mission principale est de mobiliser les ressources financières à l’organisation des jeux de hasard pour soutenir le développement économique et social du Burkina Faso. La LONAB s’inscrit dans le référentiel national de développement qu’est le Programme national de développement économique et social (PNDES), notamment en ses axes n°2, «développer le capital humain», et n°3, «dynamiser les secteurs porteurs pour l’économie et l’emploi».
L’exercice 2018 de la LONAB s’est déroulé sous la direction de Touwindé Simon Tarnagda, nommé par décret n°2017-0410/PRES/PM du 05 juin 2017. Il totalise un an 7 mois au sein de la société à la date du 31 décembre 2018.


L’effectif total du personnel de la LONAB au 31 décembre 2018 est de 309 contre 316 agents en 2017, soit une baisse de 7 agents. Par contre, la masse salariale est en hausse de 1,176 milliard F CFA. La LONAB prévoit de recruter 37 agents en 2019, pour faire face aux départs à la retraite et renforcer l’effectif de la société. L’incidence financière de ces recrutements est estimée à 201.816.813 F CFA.
Point sur les prises de participation dans le capital social d’autres entreprises
La LONAB a relevé avoir des participations dans le capital social de 5 entreprises, à savoir Ludic Lydia, la Banque Atlantique Burkina Faso, Bagrépole, Safine-SA et la Banque agricole du Faso.
Il convient de noter que ces prises de participation ont été régularisées par décret n°2018-1002/PRES/PM/MCIA/MINEFID du 02 novembre 2018.

Conventions règlementées
La LONAB a signalé la signature de 2 conventions règlementées au cours de l’exercice sous revue, à savoir :
– un protocole d’accord conclu en décembre 2018 avec le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation portant sur la subvention du Fonds national pour l’éducation et la recherche (FONER) couvrant la période 2018-2022 d’un montant total de 1.250.000.000 F CFA, soit une subvention annuelle de 250.000.000 F CFA;
– un protocole d’accord conclu en novembre 2018 avec le ministère de la Sécurité en soutien au Programme d’urgence pour le Sahel pour une durée de 4 ans et d’un montant total d’un milliard F CFA, et dont cinq cent millions F CFA ont été décaissés au titre de l’exercice sous revue. Par ailleurs, la société a relevé la signature d’une convention conclue au cours d’exercices antérieurs et dont l’exécution s’est poursuivie en 2018. Il s’agit d’un contrat de bail signé en 2003 avec le ministère de la Défense, à travers la Direction centrale de l’intendance militaire en vue de l’élargissement de son réseau de ventes.

Evolution des grandes masses du bilan
L’analyse des masses du bilan indique une amélioration d’ensemble des grandes masses du bilan entre 2017 et 2018, excepté l’actif circulant. En effet, les capitaux propres et les ressources stables sont en hausse respectivement, de 7,579 milliards et de 8,736 milliards F CFA entre 2017 et 2018, suite essentiellement au résultat bénéficiaire enregistré et aux emprunts au cours de l’exercice 2018. La trésorerie nette s’est également accrue de 6,054 milliards F CFA.
Par contre, l’actif circulant a enregistré une baisse en passant de 6,981 milliards à 6,149 milliards F CFA entre 2017 et 2018, due principalement à la diminution des stocks et encours ainsi que des créances «fournisseurs avances versées».
Excepté le résultat financier, tous les autres soldes significatifs de gestion de la LONAB se sont améliorés au cours de l’exercice sous revue. En effet, la valeur ajoutée, l’excédent brut d’exploitation et le résultat d’exploitation ont augmenté respectivement, de 3,344 milliards, de 2,765 milliards et de 3,117 milliards F CFA, suite à l’augmentation du chiffre d’affaires de 15,877 milliards F CFA entre 2017 et 2018.
Ainsi, le résultat net a poursuivi la même tendance haussière en passant de 13,400 milliards à 15,619 milliards F CFA entre 2017 et 2018, soit une augmentation de 16,56%. L’analyse du tableau ci-dessus montre que la performance économique de la LONAB s’est consolidée, excepté les taux de croissance du chiffre d’affaires et de la valeur ajoutée entre 2017 et 2018.

Ainsi, le ratio de partage de la valeur ajoutée est passé de 20,15% en 2017 à 19,82% en 2018 dû essentiellement à l’augmentation moins que proportionnelle des charges de personnel par rapport à la valeur ajoutée au cours de l’exercice sous revue.
En somme, les performances économiques et financières de la LONAB se sont consolidées en 2018. Par ailleurs, il convient d’inviter la société à poursuivre la mise en œuvre des outils du Code de bonnes pratiques de gouvernance des sociétés d’Etat et de veiller à la mise en œuvre des recommandations des missions d’audits réalisées.

NK

 

Commentaires
Numéro d'édition: 308

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.