De Bonnes Sources

• Orpaillage : 600 millions FCFA pour promouvoir les bonnes pratiques
Le 16 juillet 2019, le ministère des Mines et des Carrières a signé une convention de financement du secteur aurifère artisanal. L’accord a été paraphé avec l’Ambassade de France au Burkina Faso et porte sur un montant de 600 millions FCFA.
L’enveloppe permettra d’exécuter un projet-pilote d’encadrement des orpailleurs durant deux ans. Concrètement, ce sont deux sites d’exploitation artisanale de l’or qui vont bénéficier d’un encadrement de 2019 à 2020. Le projet sera exécuté par l’Agence nationale d’encadrement des exploitations minières artisanales et semi-mécanisées (ANEMAAS), avec pour objectif, de promouvoir les bonnes pratiques dans le secteur de l’orpaillage, tout en minimisant ses impacts négatifs sur l’environnement et la santé humaine.

• BCB: où en est l’ouverture du capital ?
Le gouvernement burkinabè et son partenaire libyen qui se partagent jusque-là, l’actionnariat de la Banque commerciale du Burkina (BCB) avaient décidé d’associer à sa gestion, un partenaire de référence en début 2018. Ils étaient à la recherche d’un investisseur privé. Dans le numéro 248 de L’Economiste du Faso, nous annoncions deux candidats en lice. Il s’agissait, en fait, du Groupe Coris et d’un autre investisseur, le Groupe Vista Bank. Ces deux groupes postulaient à la prise de contrôle de 40% du capital de BCB.
Les résultats auraient dû être connus depuis juillet 2018. Mais jusque-là, rien d’officiel. BCB recherchait «un investisseur privé, notamment un groupe bancaire africain, asiatique, européen, américain ou une institution financière sous-régionale de financement de développement ayant une expérience en Afrique de l’Ouest; l’objectif étant d’intégrer la banque à un réseau où elle pourrait bénéficier de l’assistance technique, notamment en matière de systèmes d’information, de maîtrise du risque et de normes professionnelles du métier bancaire»

• Etablissements d’enseignement privés et laïcs: les patrons en congrès du 25 au 27 juillet
L’Union nationale des établissements d’enseignement privés laïcs (UNEEP-L) organise son 14e Congrès du 25 au 27 juillet 2019 au Centre national Cardinal Paul ZOUNGRANA à Ouagadougou, sur le thème « Les défis du système éducatif burkinabè : la contribution de l’UNEEP-L ».
Plus de quatre cent (400) fondateurs membres des treize (13) régions du Burkina Faso sont attendus. Au menu, bilan du mandat du précédent bureau et élection d’un nouveau Bureau exécutif national (BEN).

• Drame à l’Unité anti-drogue: des têtes sont tombées, mais on attend la cause
Le Commissaire de police Bélem W. Richard, chef de la Division Unité anti-drogue de la Police nationale a été relevé de ses fonctions après le drame de la nuit du 14 au 15 juillet 2019 qui a vu la mort de onze (11) personnes interpellées et gardées à vue par l’Unité anti-drogue (UAD) de la Police nationale. 72 heures après, c’est le Commissaire de police, Ouédraogo/Traoré Néné Ami, Directrice de la police judiciaire, qui est suspendue de ses fonctions de directeur de la police judiciaire. L’affaire préoccupe à un haut niveau. Si ce n’est pas la première fois que des personnes décèdent dans les locaux de la police, le nombre parait ici important. D’où de nombreuses questions sur les causes. En attendant les résultats des enquêtes, l’hypothèse d’une asphyxie circule actuellement dans certains milieux.

• Titres fonciers: les promoteurs immobiliers en règle
Le 15 juillet 2019, le Directeur général des impôts informait le public sur les promoteurs immobiliers qui ont introduit un dossier de cession définitive de terre. Cette procédure entre dans le cadre des dispositions des articles 6 et 7 de la loi n°057-2008/AN du 20 novembre 2008 portant promotion immobilière au Burkina Faso et celles des articles 407 et 408 de la loi portant Réorganisation agraire et foncière au Burkina Faso. Des dispositions qui stipulent que tout promoteur immobilier et ou foncier doit acquérir ses terres en pleine propriété pour la réalisation de son programme. A la date du communiqué, ils étaient 12 à être en règle. Il s’agit de Abdoul’Service International; BTM Immobilier; Cat-SARL; Etablissements Barro Boubacar Gelpaz Immo; Saha Immobilier BTP SA; SIIWP Wend Panga; Socogib; Sonatur; Sosid-Immo SA et SRTC. Notons que le pays compte plus de 100 sociétés immobilières répertoriées.

Commentaires
Numéro d'édition: 308

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.