L’Ambassadeur de la République populaire de Chine, Li Jian : «Je reste persuadé que l’amitié entre la Chine et le Burkina Faso sera profitable à tous». (DR)

Coopération sino-africaine : Les bras ouverts de la Chine

• La mise en œuvre des acquis du sommet de Beijing au programme

• La Chine se dit disposée à coopérer avec égalité, avec les USA

En prélude à la réunion des coordonnateurs sur la mise en œuvre des acquis du sommet de Beijing et du forum sur la coopération sino-africaine qui a eu lieu du 24 au 25 juin 2019, l’Ambassade de la République populaire de Chine au Burkina Faso a animé une conférence de presse. Ce point de presse s’est tenu le 21 juin 2019 à Ouagadougou. Une conférence de presse qui a été l’occasion pour l’Ambassadeur de la Chine de se prononcer sur les relations sino-burkinabè et notamment, sur les tensions commerciales qui existent entre la Chine et les Etats-Unis d’Amérique. Selon l’Ambassadeur de la République populaire de Chine, Li Jian, parlant de la rencontre des coordonnateurs : « La tenue de cette réunion est un symbole fort de l’ouverture de la Chine au monde entier, de sa ferme résolution à partager sans réserve le fruit de sa croissance et de défendre avec conviction le principe du multilatéralisme ». La réunion des coordonnateurs a aussi eu pour objectif de concrétiser les acquis du sommet de Beijing. Les acquis de ce sommet sont, entre autres, les 8 initiatives annoncées  par le président chinois Xi Jing Ping, notamment sur la promotion industrielle, l’interconnexion des infrastructures, la facilitation du commerce, le développement vert, le renforcement des capacités, mais aussi sur la santé les échanges humains et culturels, la paix et la sécurité. Cette rencontre a mobilisé environ 80 officiels africains parmi lesquels les représentants de 24 ministères des Affaires étrangères, dont celui du Burkina Faso.
Les enjeux ont été de mettre en synergie les actions et renforcer le consensus dégagé. L’Ambassadeur de la République populaire de Chine, Li Jian, a, par ailleurs, relevé le contraste entre la coopération gagnant-gagnant entre la Chine et les pays africains et les relations commerciales tendues entre la Chine et les Etats-Unis. A ce propos, il a confié que les frictions économiques et commerciales forcées entre la Chine et les Etats-Unis n’étaient ni à l’avantage du monde, ni à ses propres intérêts.

Les journalistes venus nombreux ont interrogé l’Ambassadeur de la Chine sur les enjeux du partenariat. (DR)

Il a réaffirmé  « la disponibilité de la Chine à toute négociation basée sur le principe de l’égalité ». Pour ce dernier, la Chine reste disponible à résoudre le problème avec les Etats-Unis à travers des dialogues d’égal à égal tout en respectant les préoccupations et les intérêts communs des deux pays.
En marge des activités prévues, il a été organisé à Chansha, dans la province du Hunan, la première édition de l’exposition économique et commerciale Chine-Afrique.

Rachid Ouédraogo (Stagiaire)


Une guerre commerciale sino-américaine

Depuis des mois, Pékin et Washington s’affrontent sur le plan commercial sans trouver d’issue au conflit qui les oppose. Un conflit qui affecte aussi le reste du monde .L’origine du conflit est que les États-Unis veulent réduire leur déficit commercial vis-à-vis de la Chine, évalué en 2018 à 378,73 milliards de dollars [338,29 milliards d’euros]. En gros, les Chinois exportent beaucoup plus vers les États-Unis que le contraire, et ça, Donald Trump n’aime pas. Le président américain a jugé déloyales les pratiques commerciales de la Chine. Il s’agit notamment, de subventions accordées par Pékin à ses entreprises, de transfert forcé de technologies américaines et même de “vol” de propriété intellectuelle. Washington emploie depuis le début, la manière forte, à coups de droits de douane sur les produits chinois. Et Pékin a répliqué sur le même terrain. Le 5 mai dernier , Donald Trump avait annoncé une augmentation des droits de douane de 10 % à 25 % sur 200 milliards de dollars de biens chinois à compter du 10 mai, menaçant même d’imposer des taxes punitives sur la totalité des importations chinoises (539,5 milliards de dollars en 2018 [481,9 milliards d’euros]) en cas d’échec des négociations. Une annonce qui a bien évidemment à nouveau irrité Pékin.

Commentaires
Numéro d'édition: 305

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.