C’est la découverte du composé anti-paludisme, l’artémisinine, qui a valu à la scientifique chinoise Tu Youyou le prix Nobel de physiologie ou médecine en 2015.

Lutte contre le paludisme : De nouvelles percées dans le traitement

• Des propositions pour faire face à la résistance à l’artémisinine

• Par l’équipe du prix Nobel de médecine Tu Youyou

• Qui a découvert l’artémisinine

L’équipe de la lauréate chinoise du prix Nobel de physiologie ou médecine, Tu Youyou, a annoncé, le 17 juin 2019, qu’elle avait obtenu de nouvelles percées dans le traitement de la résistance à l’artémisinine, qui constitue le plus grand défi technique que le monde ait à relever pour lutter contre le paludisme. Selon l’Organisation mondiale de la santé, «la résistance à l’artémisinine se définit comme l’élimination tardive du parasite suite à un traitement à l’artésunate».
Après plus de trois ans de recherche scientifique, l’équipe de Tu Youyou vient de proposer de résoudre le problème de la résistance à l’artémisinine en prolongeant notamment la durée du traitement de 3 à 5, voire 7 jours et en remplaçant les médicaments auxiliaires résistants aux médicaments contenus dans la thérapie combinée à l›artémisinine, a rapporté l’Agence de presse chinoise, Xinhua. Les associations médicamenteuses à base d’artémisinine (ACT) sont les principales thérapies antipaludiques proposées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et la principale arme mondiale contre le paludisme, mais la résistance généralisée aux parasites résistant à l’artémisinine a inquiété les scientifiques du monde entier.

Ignorée du reste du monde alors qu’elle est utilisée en Chine depuis plus de 2 000 ans dans la médecine traditionnelle, l’«Artemisia annua» a vécu une renaissance dans les années 70, lorsque la scientifique chinoise Tu Youyou est parvenue à isoler son principe actif, l’artémisinine.

Des recherches ont montré que dans les pays de la sous-région du Grand Mékong, tels que le Cambodge, la Thaïlande, le Myanmar et le Vietnam, le parasite présent chez les patients sous traitement périodique contre le paludisme montre des signes de lenteur dans son élimination et génère une résistance à l’artémisinine.
La résolution de la résistance à l’artémisinine revêt une grande importance, car l’artémisinine reste le principal médicament utilisé pour lutter contre le paludisme. Selon l’équipe de Tu Youyou, en raison de son faible coût, ce traitement convient aux personnes vivant en Afrique, frappées par la pauvreté.
L’artémisinine, un médicament antipaludique hautement efficace, sûr et peu toxique, est devenue le premier choix de la communauté internationale pour le traitement du paludisme.
C’est la découverte du composé anti-paludisme, l’artémisinine, qui a valu à la scientifique chinoise Tu Youyou le prix Nobel de physiologie ou médecine en 2015. Selon le rapport mondial sur le paludisme publié par l’OMS le 19 novembre 2018, environ 219 millions de cas de paludisme sont survenus dans le monde en 2017, et 15 pays d’Afrique subsaharienne et l’Inde abritent près de 80% de la charge mondiale du paludisme.
Les recherches de Tu Youyou ont récemment été publiées dans le New England Journal of Medicine (NEJM).

JB

 

Commentaires
Numéro d'édition: 304

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.