Après le traitement réservé aux travailleurs de Balogo, ceux de Youga craignent de connaitre le même sort. (DR)

Mine d’or de Youga : Les activités d’exploitation arrêtées depuis le 7 juin

• Les employés rejettent les nouvelles conditions de travail

• Un horaire de 14 jours de travail pour un jour de repos refusé

• Des salaires horaires proposés en lieu et place de salaires mensuels

Les activités d’exploitation de l’or de la mine de Youga seraient arrêtées depuis le 7 juin 2019. Et pour cause, la société Avesoro Resources INC, qui exploite le site, a mis fin aux contrats de travail d’une bonne partie des travailleurs. Avesoro a ensuite recruté un sous-traitant turc, Orkun Group Sarl, pour externaliser certaines activités, dont le garage et la mine. Les travailleurs ont été réorientés vers cette dernière mais ils refuseraient de signer les nouveaux contrats proposés au regard des nouvelles conditions.
La contractualisation des activités de la mine a été confirmée par la société dans un communiqué de presse publié le 10 juin 2019 et qui précise que : « Sur une initiative du président de la société, M. Mehmet Nazif Günal, les activités de Youga seront sous-traitées dans le but de réduire davantage les coûts miniers ». Selon une source interne, entre avril et juin 2019, environ 500 travailleurs ont perdu leurs emplois dans cette mine. Soit ils ont été licenciés, soit ils ont vu leur contrat à durée déterminée non renouvelé.
Une compression du personnel qui a été confirmée par la société qui avance un autre chiffre : «Dans le cadre de cette initiative, l’effectif des employés burkinabè a été réduit d’environ 300 employés dont la plupart étaient employés au sein du département des mines », à en croire le communiqué du 10 juin.
Pour un travailleur qui a vu son contrat de travail non renouvelé, la compression trouve son explication par le fait qu’à Youga, des expatriés sont de plus en plus recrutés pour remplacer les nationaux aux différents postes, même au niveau des ouvriers.
En début juin, les travailleurs des sections garage et mine sont informés que désormais, ils auront comme employeurs la société Orkun. Pour Avesoro, ce sous-traitant minier « est actuellement en négociation pour réengager les travailleurs à la section mine », selon les termes du communiqué du 10 juin.
Toute chose que les travailleurs ont refusée pour 2 principales raisons. D’abord, Orkun proposerait un programme de travail de 14 jours de travail contre un seul jour de repos. En termes simples, le travailleur, dans le mois, travaille pendant 30 jours mais ne dispose que de 2 jours de repos. Youga étant à 180 Km de Ouagadougou, il est évident qu’aucun travailleur de cette ville ne pourra rejoindre Ouaga et repartir sur le site en un seul jour. Face au refus des travailleurs, la société aurait proposé 13 jours de travail contre un jour de repos, ce qui n’a toujours pas rencontré l’assentiment des travailleurs.
Ensuite, en lieu et place d’un système de rémunération basé sur un taux mensuel, Orkun proposerait un taux horaire. A la fin du mois, chaque travailleur recevra une rémunération calculée sur ce taux horaire en fonction du nombre d’heures de présence sur le site. Les travailleurs rejettent ces propositions et refusent de travailler depuis le 7 juin 2019, ce qui a entraîné la suspension des activités d’extraction à Youga. Toutefois, la production d’or a continué à être alimentée par les stocks de minerai existants. Mais jusqu’à quand ? Pour Avesoro, le stock serait épuisé le 12 juin 2019.
Dans un autre communiqué en date du 12 juin 2019, Avesoro Resources INC a annoncé que des négociations se poursuivaient entre « Orkun Group Sarl et les anciens employés du service d’extraction en vue de leur réembauche ». Ce même communiqué précise que le premier responsable de Avesoro travaille en étroite collaboration avec la Direction d’Orkun pour résoudre la situation. « La société reste confiante quant à une conclusion positive à court terme. Toutefois, les opérations de traitement de l’or ont été temporairement suspendues à Youga. Les opérations minières et de traitement reprendront dès que ces négociations auront abouti », précise le communiqué.
Les déboires des travailleurs de la société Avesoro n’ont pas commencé maintenant.
Avesoro a racheté les mines d’or de Youga et de Balogo en décembre 2017. Selon la législation nationale, Balogo étant hors du périmètre de Youga, il a été créé une société de droit burkinabè du nom de Netiana Mining compagny pour l’exploitation de Balogo. Mais depuis février 2019, Netiana Mining compagny a arrêté l’exploitation de Balogo et aurait vidé une bonne partie des travailleurs dont les contrats à durée déterminée n’étaient pas arrivés à expiration. Pourtant, le Conseil des ministres du 22 décembre 2016 qui a octroyé le permis minier à la société Netiana Mining Company SA avait estimé ses réserves minières à 2,3 tonnes d’or avec une teneur moyenne de 8,85 grammes par tonne sur une superficie de 2 km². La durée de l’exploitation était d’environ 42 mois. L’exploitation devait créer une centaine d’emplois directs et indirects et générer des recettes fiscales estimées à 25,722 milliards FCFA.
Après l’octroi du permis, la Mine a signé sa convention minière avec le gouvernement comme le stipule l’article 96 du Code minier : « Le permis d’exploitation de grande ou de petite mine est assorti d’une convention minière conclut entre l’Etat et le titulaire du permis ». Une convention dont la signature a été autorisée par le Conseil des ministres du 25 octobre 2017. Le traitement du minerai de Balogo se faisait par la société Burkina Mining Company SA, établie à Youga. La durée de l’exploitation semble n’avoir pas été respectée.
Après le traitement réservé aux travailleurs de Balogo, ceux de Youga craignent de connaitre le même sort.

Elie KABORE


Série de concertations autour du problème

Il aura fallu cet arrêt de travail sur le site de Youga pour mettre en branle des négociations. Une série de concertations a eu lieu la semaine dernière, autour du problème. Sur instruction de la Direction générale du Travail, l’Inspection régionale du Travail de Tenkodogo a séjourné sur le site où elle a rencontré les travailleurs et la Direction de la Mine. Le ministère des Mines s’est également rendu sur le site.

Commentaires
Numéro d'édition: 303

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.