Dr Pascal Nadembega affirme que les Européens intoxiquent les Africains en leur faisant croire que leur médecine traditionnelle est dépassée, alors qu’eux-mêmes conseillent son usage à leurs malades (Ph. DR)

Vertus de la médecine traditionnelle burkinabè : Les révélations du Dr Pascal Nadembega, directeur de la pharmacopée traditionnelle

Au détour d’une interview qu’il nous a accordée le 30 avril 2019, Docteur Pascal Nadembega, directeur de la pharmacopée traditionnelle, après avoir confié que les firmes pharmaceutiques empêchent le développement de la médecine traditionnelle, donne quelques astuces méconnues du grand public. Voici quelques-unes.

Pourquoi on dit qu’en Afrique, une femme enceinte ne doit pas consommer des œufs?
C’est tout simplement parce que les œufs contiennent des allergènes tout comme l’arachide, le sésame…. Les allergènes provoquent la création des anticorps du bébé que la femme enceinte ne peut pas supporter. Car l’enfant qu’elle porte est immune déprimé, c’est-à-dire que son système immunitaire n’est pas encore développé. Face à cela, le bébé va réagir et créer des anticorps prêts pour attaquer. Et une fois que ce bébé va grandir, il devient allergique à tout. Il va avoir des problèmes respiratoires, (les sinusites), la toux.
Nos grands-parents, pour prémunir le bébé de tout cela, préconise à une femme enceinte de ne pas manger des œufs. Les Européens intoxiquent les Africains en leur faisant croire que c’est dépassé, alors qu’eux-mêmes conseillent cette pratique à leurs femmes. En Afrique, quand les grands-parents donnent des interdits, c’est qu’il y a une vérité derrière.

Des produits contre les ulcères, les hémorroïdes, le VIH/Sida, les hépatites, la rétention urinaire, l’éjaculation précoce, les migraines, pour les enfants qui pissent encore au lit, contre les maux de dent, la dysenterie, la colopathie, le lavage des mains…tous ces médicaments sont issus de la pharmacopée traditionnelle burkinabè. (Ph. DR)

Pourquoi les Africains ne doivent pas consommer les pâtes alimentaires ?
Savez-vous que les pâtes alimentaires ne sont pas adaptées pour nous qui consommons les céréales. Et pour cause, nous n’avons pas d’enzymes pour digérer les pâtes alimentaires. C’est de cette façon, vous voyez chaque fois des gens qui ont tout temps le ventre gonflé et émettent beaucoup de gaz. Sur cette question, ceux qui ont le pouvoir de l’information ne vous la donnera jamais.
Parce que si vous la donner, cela va freiner les gros montants financiers que les firmes pharmaceutiques peuvent avoir en vous vendant des produits contre les maux de ventre dus à la consommation des pâtes alimentaires.

Les vertus du Bissap ?
Les Burkinabè consomment beaucoup le Bissap. Savez-vous qu’il est beaucoup utilisé dans la pharmacopée européenne? Vous allez voir, c’est écrit «hibiscus sabdariffa», le nom scientifique, c’est un médicament contre l’hypertension.
Si vous prenez un verre, vous allez voir que vous allez pisser et si vous prenez un comprimé de furosemide ou de Lasélis, vous aurez le même effet. Ils viennent prendre notre bissap pour aller le transformer en gélule et nous le ramènent pour consommation. Alors que le même bissap se trouve derrière juste les concessions.

Composition des produits chimiques ?
On fabrique un produit de synthèse, vous enlevez un chlore ici, vous ajouter un hydrogène, ensuite, vous enlevez un hydrogène et vous mettez du fylrio que c’est pour augmenter sa puissance, or, dans le même temps, il détruit des cellules.
On prend une molécule naturelle et on la modifie, une fois dans le corps humain, il ne peut que causer des dégâts. Alors qu’au niveau de la médecine traditionnelle, on parle de phyto-complexe, c’est-à-dire que c’est un ensemble de combinaisons qui travaille pour résoudre un problème.

Le meilleur médicament contre la fièvre typhoïde se trouve au quartier Samandin
Le meilleur médicament contre la fièvre typhoïde se trouve au quartier Samandin.
Voici des produits naturels que l’Etat peut standardiser et permettre que les pharmacies les vendent au profit des malades aux côtés des produits conventionnels.
Au Ghana, ils ont autorisé la vente des produits naturels tant que la toxicité est réduite, et c’est ainsi que là-bas, on retrouve des pharmacies dédiées aux produits naturels. Ils ont même construit une université de médecine traditionnelle où on forme des phytothérapeutes.

Le Burkina Faso dispose d’un vaccin contre le paludisme depuis 1996
« Moi, j’ai su avec un Européen qui a débarqué ici au Burkina Faso, qu’il y avait un produit naturel contre le paludisme en vente ici à Ouagadougou, en face de Planète Champion, combien de Burkinabè le savent ? Or, depuis 1996, le Burkina Faso dispose d’un vaccin contre le paludisme.
Cette découverte est connue des autorités étatiques.
Le vaccin contre le paludisme, si une femme enceinte prend ce produit, le bébé est déjà immunisé. Il a fait les essais cliniques au centre médical de Nanoro et il a breveté son produit auprès de l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI).
Un Etat sérieux qui laisse mourir des enfants malades de paludisme alors qu’il est assis avec le vaccin ou des produits naturels pour les sauver, il préfère prendre l’argent empoché, si ce n’est pas du terrorisme, je ne sais pas quoi dire. Trouver la solution qui est sous votre nez que de passer votre temps à importer à des coûts de milliards des moustiquaires imprégnées.
Que l’Etat mette l’argent dans la médecine traditionnelle, on va trouver les remèdes contre tous les maux dont souffre la population burkinabè. o
Rassemblé par Ambèternifa
Crépin SOMDA

Commentaires
Numéro d'édition: 300

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.