Placement à rendements élevés : La réaction des sociétés concernées

Nisfaso, Globumi, Ontega trading Finance, Avatrade finance et Sofato sont cités dans le communiqué du CREPMF comme étant des sociétés qui font appel à l’épargne publique sans pour autant se conformer à la règlementation communautaire. L’Economiste du Faso a tenté de joindre quelques-unes parmi elles pour recueillir leur point de vue par rapport au communiqué qui les met à l’index.
Hasard du calendrier, la publication du communiqué a trouvé le responsable de Nisfaso, Souleymane Mohamed Ouédraogo, à Abidjan. Il nous a déclaré avoir été reçu au niveau du Conseil régional dans la matinée du 14 mai 2019. Il leur a expliqué la nature de l’opération que sa structure mène actuellement pour augmenter son capital. Cette entreprise a publié dans le journal Courrier confidentiel sur une pleine page «un appel à l’épargne publique» pour un montant de 490 millions répartis et 24.500 actions d’une valeur de 20.000 F CFA chacune et pour lesquelles elle promet un fort rendement. Après les échanges, les représentants du CREPMF lui auraient promis un retour par courrier sous quarante-huit heures.  Quant à Globumi, nos tentatives de rentrer en contact avec ses premiers responsables sont restées vaines. Le Dg Hippolyte Sombié était absent. Son DGA, Solomane Diallo, qui devait nous recontacter, ne l’a pas encore fait au moment où nous bouclions cette édition. Cependant, nous avons des informations qui indiquent que cette structure qui fait dans le trading en ligne et qui a lancé une crypto monnaie a pris contact avec l’Antenne nationale de la Bourse régionale des valeurs mobilières à Ouaga (BRVM). C’est le cas également pour les initiateurs de la campagne d’«actionnariat populaire» pour lancer la société Faso Tomate, une usine de transformation. Ceux-ci ont pris langue avec la Direction nationale de la BRVM ainsi qu’avec la Société burkinabè d’intermédiation financière (SBIF). Le détail des rencontres n’est pas encore connu, mais il nous revient que l’objectif était d’échanger des informations sur la règlementation en matière d’appel à l’épargne publique.

FW


Groupe Breba Finances: où en est le dossier ?

Le dernier scandale relatif à une arnaque d’épargnants burkinabè date de 2015, avec l’affaire Breba Finances. L’affaire a été portée sur la place publique par un collectif de 550 personnes qui parlaient au nom des 4.000 victimes de cette entreprise. Ils réclamaient le remboursement de leur investissement d’une valeur de 3,6 milliards de francs CFA. Selon leur porte-parole, Beyon Neya, joint au téléphone le 15 mai dernier, aucune des plaintes déposées au niveau de la Justice n’a encore abouti.
Breba Finances offrait en 2015 sur sa plateforme Social Binvestement, trois produits de trading avec de haut rendement: «Other trading», «instant trade» et le «hebdo 10». Ce dernier était considéré comme le produit phare. Les épargnants pouvaient souscrire à un montant allant de 100.000 à 2.500.000 francs CFA. «Hebdo 10 consiste à investir un montant allant de 100.000 à 2.500.000 francs CFA. La société utilisait ce capital pour trader et rémunérer l’investissement. Ainsi, elle proposait à l’investisseur d’effectuer un retrait de 10% de son capital à partir de la 2e semaine, pendant 5 mois. Ce qui fait un intérêt de 100%».
Mais l’affaire a tourné court avec des difficultés de paiement des investisseurs qui attendent toujours de récupérer leur mise sans aucune garantie aujourd’hui.

Commentaires
Numéro d'édition: 299

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.