Initiative «La Ceinture et la Route»: 37 pays réunis à Beijing

• Dans le cadre du 2e forum

• Pour discuter d’une coopération gagnant-gagnant

• Communication, connexions routières, flux commerciaux et relations entre les peuples au menu

Du 25 au 27 avril 2019 a eu lieu à Beijing, le 2e forum de «La Ceinture et la Route» pour la coopération internationale. Cette rencontre a regroupé plusieurs dirigeants, dont des chefs d’Etat et de gouvernement de 37 pays, ainsi qu’environ 5.000 délégués venus de plus de 150 pays et de 90 organisations internationales.
Dénommée aussi «La route de la soie», l’initiative de la République populaire de Chine incarne, selon le Président Xi Jinping, «un esprit de paix et de coopération, d’ouverture et d’inclusion, d’apprentissage mutuel et de bénéfices réciproques». En gros, il s’agit de renforcer la coopération avec tous les pays impliqués dans l’initiative dans un principe de gagnant-gagnant.
Dans son discours d’ouverture, le président chinois, Xi Jinping, a exhorté les parties présentes au forum à poursuivre la promotion de cette initiative visant à atteindre des objectifs de développement durable et de qualité, contribuant ainsi à améliorer la vie des habitants.
Dévoilée pour la première fois en septembre 2013 par le Président Xi Jinping, «la Ceinture et la Route» est un grand projet commercial et d’infrastructures reliant l’Asie à l’Europe et à l’Afrique.
Une fois achevée, elle créera un vaste réseau économique et commercial avec une population de 4,4 milliards de personnes et un produit intérieur brut de 21.000 milliards de dollars, soit 30% du PIB mondial.
«Loin d’être une tentative par la Chine de promouvoir son hégémonie dans le monde, accusation portée contre elle par bon nombre de géopoliticiens occidentaux, l’ancienne Route de la soie qui s’étendait sur des milliers de kilomètres», a dit Xi Jinping dans son discours introductif à la première conférence internationale de haut niveau sur l’Initiative une Ceinture et une Route les 14 et 15 mai 2017, incarne «un esprit de paix et de coopération, d’ouverture et d’inclusion, d’apprentissage mutuel et de bénéfices réciproques».
La Ceinture et la Route est une initiative axée sur des secteurs clés avec pour objectif de renforcer les politiques de communication, les connexions routières, les flux commerciaux, la circulation des monnaies et les relations entre les peuples.
Le premier forum a eu lieu en 2017. «Aujourd’hui, les amis venant du monde entier se retrouvent ici. Je serai ravie de travailler avec vous afin de créer une nouvelle hauteur dans le cadre de cette initiative. Grâce aux efforts de tous, un cadre d’interconnexion constitué de 6 corridors, 6 réseaux de multiples pays et ports a été mis en place. De nombreux projets de coopération réalisés. Cette initiative est désormais mise en œuvre avec des plans de coopération des Nations unies, de l’ACAN, de l’Union africaine et de l’Union européenne, de l’Union économique asiatique, etc. Ainsi qu’avec des stratégies de développement de différents pays», a déclaré le président chinois lors de son discours prononcé au 2e forum de la «Ceinture et la Route».
Et d’expliquer les axes choisis dans le cadre de l’initiative la Ceinture et la Route. Selon l’architecte de l’initiative «La Ceinture et la Route, l’industrie est le fondement d’une économie. «Nous devons approfondir la coopération industrielle de sorte que les projets de développement industriel des différents pays se complètent et se renforcent», déclare le président chinois. L’objectif doit être le lancement de grands projets.
Un autre axe de cette initiative, la finance, système circulatoire d’une économie moderne. La Chine entend, à travers cet axe, établir un système de sauvegarde financière stable et durable qui maintient sous contrôle les risques, créer de nouveaux modèles d’investissement et de financement, encourager une plus forte coopération entre le gouvernement et le capital privé et bâtir un système financier diversifié et un marché de capitaux à plusieurs niveaux.
A propos du financement des projets, le Président Xi Jinping a noté que la Chine travaillerait avec la BAII, la Nouvelle Banque de Développement des BRICS, la Banque mondiale et d’autres institutions de développement multilatérales en soutien.
Ensuite, l’infrastructure est le fondement du développement par la coopération afin de promouvoir la connectivité terrestre, maritime, aérienne et cyber spatiale.
L’objectif a été fixé de construire six grands corridors économiques dans le cadre de l’initiative la Ceinture et la Route et nous devons nous efforcer de l’atteindre.
Notons que l’initiative «la Ceinture et la Route» couvre près d’un quart du commerce mondial, et entend toucher 63 % de la population mondiale.
La Chine a investi plus de 50 milliards de dollars dans ce projet, et construit près de 56 zones économiques. 220 milliards d’euros ont déjà été investis en 2016 et 2017 pour construire 2.200 km de voies nouvelles dans l’Ouest, mais également au Kazakhstan, au Tibet et au Népal. La Chine finance également des lignes à grande vitesse en Europe centrale entre Belgrade et Budapest.

NK


Comment les sciences et technologies aident à construire l’initiative «Une Ceinture, une Route» ?

Le 19 avril, lors d’une conférence de presse tenue par le bureau de l’information du Conseil des affaires d’État. Bai Chunli, président de l’Académie chinoise des sciences, a annoncé que dans le cadre général de l’initiative « Une Ceinture une Route »(BRI), l’Académie chinoise des sciences avait investi plus de 1,8 milliard de yuans au cours des six dernières années, et que l’ampleur des échanges scientifiques et technologiques et de la coopération entre les pays situés le long de l’itinéraire de la BRI avait dépassé les 120.000 personnes.
Selon des statistiques préliminaires, l’Académie chinoise des sciences a formé près de 5.000 scientifiques et techniciens de haut niveau (dont plus de 1.500 étudiants en Master et Doctorat en sciences et ingénierie) pour les pays et les régions situés sur le parcours de l’initiative, dont beaucoup sont déjà rentrés dans leur pays et y sont devenus un nouveau moteur de la construction de la BRI. Par exemple, l’initiative dite «Programme des talents internationaux» (President’s International Fellowship Initiative, PIFI) a attiré près de 700 scientifiques et techniciens des pays et régions, qui sont venus en Chine pour des recherches postdoctorales ou des visites à court terme. Parallèlement, le projet de formation destiné aux pays en développement a financé à près de 1.000 chercheurs et responsables en sciences et technologies pour être formés en Chine.
En 2014 et 2017, l’Académie chinoise des sciences a créé le programme de «Bourses du président de l’Académie chinoise des sciences et académies des sciences des pays en développement (CAS-TWAS) et le programme de «Bourses de maîtrise de la BRI» pour aider les meilleurs étudiants des pays en développement pour étudier en Chine. Jusqu’à présent, plus de 1 000 étudiants ont bénéficié de l’aide.
En outre, plus de 100 projets de coopération scientifique et technologique ont été mis en place pour soutenir la construction de la «Route de la Soie verte». Début 2018, le projet spécial «Programme de bourses de maîtrise pan-Troisième pôle sur le changement environnemental et la construction de la Route de la Soie verte» a été mis en place.

Commentaires
Numéro d'édition: 296

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.