De Bonnes Sources

• Bourse. la BRVM se rapproche du NASDAQ

Le NASDAQ et la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) ont signé, le 6 mars dernier, un accord pour la fourniture d’une technologie de surveillance du marché à la BRVM. La BRVM mettra en œuvre la technologie de NASDAQ afin de surveiller les activités de négociation inter-marchés et multi-actifs.Cette collaboration reposera sur l’utilisation technologie de surveillance du marché de renommée mondiale, «SMARTS», La BRVM cherche à mettre en œuvre sa stratégie de croissance pour la période 2019 -2020, notamment en cherchant des possibilités de tirer profit des nouvelles technologies pour créer «un marché des capitaux encore plus fort et plus sain dans notre sous-région», peut-on lire sur le communiqué de la BRVM. NASDAQ (NASDAQ : NDAQ) est un fournisseur mondial de premier plan de services de négociation, de compensation, de technologie d’échange, de cotation, d’information et de services aux sociétés ouvertes.

• Coton: sortir de la spirale de la baisse de production
Le gouvernement semble prendre la situation de la baisse de la production de coton à bras-le-corps. Les contreperformances se succèdent et le Burkina a perdu sa place de premier producteur africain. La baisse des rendements inquiète. C’est donc la grande mobilisation. Du 11 au 13 mars 2019, se tient à Ouagadougou, un atelier sur la relance durable de la production cotonnière au Burkina Faso. L’objectif visé par cet atelier, qui réunira plus de 200 participants, est de proposer un plan stratégique avec des actions et des mesures à court, moyen et long termes, pour une relance durable de la production cotonnière dans notre pays.

• Energie: 5 contrats pour le back-up solaire
2.466.235.045 F CFA TTC. C’est le montant total des contrats engagés par le gouvernement pour la production d’énergie solaire au profit des ménages et des entreprises. Les 5 attributaires sont : Aliothsysteme Energy, Sirea Afrique, Planete Technologie, Groupement Ind-Move/Poly solar et PPS Sarl.

• Fespaco 2019: 4.000 festivaliers, 124 réalisateurs et 62 pays représentés
Ouagadougou a accueilli, du 23 février au 2 mars 2019, la 26e édition et cinquantenaire du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) sous le thème «Confronter notre mémoire et forger l’avenir d’un cinéma panafricain dans son essence, son économie et dans sa diversité».
Selon le bilan fait par le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme en Conseil des ministres du 6 mars 2019, l’édition 2019 a enregistré plus de 500 séances de projection de films à Ouagadougou et dans les communes environnantes, la participation de plus de 4.000 festivaliers, de 124 réalisateurs en compétitions et de 62 pays représentés. Le Conseil a félicité les populations pour leur sens de l’accueil et du respect des consignes de sécurité, le comité d’organisation et les Forces de défense et de sécurité pour leur professionnalisme et leur abnégation au travail qui ont permis la tenue de ce cinquantenaire dans d’excellentes conditions. En rappel, l’Etalon d’or est revenu au réalisateur Joël Karekezi pour son film «The Mercy of the jungle» (la miséricorde de la jungle).

• Administration publique: le dispositif d’enregistrement et de traitement des plaintes lancé
Le dispositif d’enregistrement et de traitement des plaintes des usagers de l’administration publique a été officiellement lancé le 5 mars 2019, par le ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Remis Fulgance Dandjinou.
Désormais, les usagers de l’administration publique ont dorénavant une tribune pour porter leurs plaintes et suggestions pour le bon fonctionnement des services publics au Burkina Faso.  www.plainte.gov.bf est la plateforme mise en place à cet effet. Une fois la plainte ou la suggestion déposée en ligne ou auprès des services d’accueil des ministères et institutions, elle sera traitée. L’administration dispose de 10 jours calendaires maximum pour répondre à une plainte.

• SEMAFO : Une trésorerie de 110 millions $ en 2018
2019 prévoit une production record des flux de trésorerie et des activités de développement. Le 5 mars 2019, la société de production d’or canadienne, Semafo, a annoncé ses résultats financiers et opérationnels pour le 4e trimestre 2018. Semafo exploite deux mines au Burkina Faso, Boungou et Mana. Il ressort de ces résultats, un flux de trésorerie lié aux activités opérationnelles de 110,2 millions $ comparativement à 107,0 millions $ à la même période en 2017.
Une production d’or annuelle consolidée de 244.600 onces, comparativement à 206 400 onces à la même période en 2017. La vente d’or a été de 296,7 millions $ comparativement à 259,0 millions $ à la même période en 2017. «Tous les domaines, dont l’exploration, le développement, la construction et les opérations ont fait de 2018 une année solide et jeté les bases d’un succès pour 2019, a affirmé Benoît Desormeaux, président et chef de la Direction de SEMAFO».

• Assises internationales du journalisme: rendez-vous le 13 mars à Tours
La ville de Tours (France) accueille du 13 au 15 mars 2019, les Assises internationales du journalisme. Un lieu ouvert aux journalistes et aux éditeurs, aux étudiants et enseignants, aux chercheurs et aussi aux citoyens. Durant trois jours, les Assises proposent des ateliers, des débats et des soirées spéciales autour des grands thèmes de l’actualité nationale et internationale mais aussi des expositions, des projections, des ateliers d’éducation aux médias, un salon du livre du journalisme sans oublier des remises de Prix. En 2018, l’association décide de créer une déclinaison automnale des Assises internationales du journalisme à Tunis, sous la forme d’une biennale, dont la première édition s’est tenue les 15, 16 et 17 novembre 2018. L’Economiste du Faso, qui a pris part à cette première édition à Tunis, sera au rendez-vous de Tours.

• Farhat Bouazza, l’Ambassadeur du Maroc était chez le PM
Présent au Burkina Faso depuis 2011, le doyen de la diplomatie au Burkina Faso, l’Ambassadeur du Maroc,  Farhat Bouazza, a été reçu par le Premier ministre le 22 février dernier. L’objectif de cette visite était, de prime abord, de féliciter le Premier ministre Christophe Dabiré pour le choix porté sur sa personne, ensuite, de faire le bilan de la coopération bilatérale entre le Burkina Faso et le Maroc et des perspectives d’élargissement de cette coopération à d’autres domaines. Cette coopération pourrait s’élargir à des secteurs comme l’agriculture et l’énergie solaire. Le Burkina Faso étant l’un des plus grands producteurs de coton, la coopération pourra concerner également le textile. Sur le solaire, l’Ambassadeur marocain, Farhat Bouazza, a indiqué que: «Les perspectives de collaboration prendront en compte l’énergie solaire, car le Maroc est en train de construire la plus grande centrale solaire au monde, mais aussi sur le textile ; en dépit de cela, je souhaiterais qu’une plus grande coopération s’instaure dans le domaine de l’industrie pharmaceutique». Sur la qualité des rapports entre les deux pays, le diplomate a marqué sa satisfaction : «Depuis 2011 , la qualité de la coopération entre les deux pays n’a pas évolué négativement, au contraire, elle passe de bien à meilleure».

Commentaires
Numéro d'édition: 289

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.