Le coordonnateur d’UFC-Dori, François Paul Ramdé : «Faire de la culture maraîchère dans le Sahel, aussi vraisemblable que cela puisse paraître, est une réalité de nos jours». (DR)

14e Journées du maraîcher du Sahel : Atteindre l’autosuffisance alimentaire

• Une préoccupation de l’Union fraternelle des croyants de Dori

• Débattue lors de la foire annuelle des produits maraîchers

• Plus de 450 millions FCFA injectés chaque année dans l’économie de la région

Comment atteindre le développement et l’auto-suffisance alimentaire dans le Sahel ? Telle était la préoccupation de l’Union fraternelle des croyants de Dori (UFC) en organisant du 1er au 2 mars, la 14e édition des Journées du maraîcher du Sahel.
La cérémonie de lancement a eu lieu le 1er mars 2019 à Dori, sous le thème: «UFC-Dori, 50 ans d’efforts pour la paix et le développement au Burkina Faso».
La cérémonie, riche en couleur, s’est déroulée aux sons des rythmes du terroir. Après le rite symbolique de coupure du ruban, s’en sont suivies la visite de la foire et la dégustation des mets locaux. Le Secrétaire général de la région du Sahel, représentant du gouverneur de la région du Sahel, Vincent Sawadogo, qui a, par ailleurs, procédé au lancement de la cérémonie, a témoigné sa satisfaction à l’endroit de l’UFC-Dori, pour toutes ses réalisations. Pour ce qui est de l’hydraulique villageoise, a-t-il ajouté, plus d’une centaine de puits à grand diamètre et de boulis pastoraux et maraîchers ont été réalisés: «Aujourd’hui, UFC-Dori comptabilise à son actif, 26 boulis maraîchers aménagés et exploités à des fins de productions maraîchères, avec une moyenne annuelle de production de 900 tonnes, générant plus de 450 millions FCFA injectés chaque année dans l’économie de la région», a-t- il précisé .
Les journées du maraîcher ont permis d’accroître la visibilité des produits maraîchers, de valoriser de manière optimale les périmètres maraîchers, de raffermir les relations entre les acteurs afin de fluidifier la chaîne de consommation, et d’accroître les revenus des producteurs.

Visite guidée de la foire. (DR)

Une base pour lutter contre les violences inter-religieuses
Le coordonnateur de UFC-Dori, Francois Paul Ramdé, a notamment insisté sur l’aspect fondamental de l’Union fraternelle des croyants de Dori : «Les fondateurs de cette union ont eu raison. Il y a 50 ans, on ne voyait pas l’intérêt d’une telle organisation, maintenant, elle a créé un soubassement pour lutter contre les violences inter-religieuses».
Selon ce dernier, grâce à UFC-Dori, après 50 ans, la quantité de production a grandement évolué, d’une part, et d’autre part, il y a eu une évolution de la cohésion sociale, parce que, a-t-il estimé: «les populations ont appris à faire la production maraîchère ».
Le représentant du ministre délégué auprès du ministre de l’Economie, des Finances et du Développement (MINEFID), par ailleurs parrain de la cérémonie,  N’Souako Kohoun, a souligné l’adéquation entre les actions de UFC-Dori et celles du gouvernement: «Je tiens à marquer la cohérence des actions de l’UFC-Dori avec nos orientations politiques de développement».
En effet, ce dernier a insisté sur le fait que les actions de UFC-Dori répondent aux orientations du PNDES à son axe 2: développer le capital humain, et à son axe 3: dynamiser les secteurs porteurs pour l’économie et l’emploi.
La 14e édition des Journées du maraîcher a suscité de l’engouement de la part des maraîchers, environ 20 groupements ont été représentés à la foire. Ces producteurs ont exposé leurs produits composés, entre autres, de salade, de pomme de terre, d’oignons, de courgettes, de choux. Selon le représentant des producteurs, Kindado T. Timothée, «autrefois, la saison des pluies une fois passée, nous n’avions pas de culture maraîchère, nous avions beaucoup de difficultés, mais grâce à l’UFC, nous sommes soulagés, l’UFC-Dori a transformé des zones jadis arides en zones de culture fertile».

Ouédraogo Rachid (Stagiaire)


L’Union fraternelle des croyants en bref

L’Union fraternelle des croyants de Dori (UFC-Dori) est une ONG interconfessionnelle qui a été créée en 1969, dans les circonstances dramatiques de la famine, par le père Lucien BIDAUD.
Elle est l’union entre chrétiens et musulmans engagés à œuvrer ensemble pour le bien- être des communautés dans la région du Sahel.
Elle a pour mission de promouvoir le développement intégral de l’Homme à travers les volets dont le dialogue pour la paix et le développement socioéconomique.

Commentaires
Numéro d'édition: 289

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.