De Bonnes Sources

• Flux financiers illicites : des fausses factures vraiment salées
84 milliards de dollars par an, soit à peu près 23 millions de dollars par jour. C’est la somme que fait perdre aux trésors africains les fausses facturations. Dans son dernier rapport rendu public le 28 janvier dernier, le Global financialintegrity déclare que les fausses facturations seraient l’une des principales sources des flux financiers illicites en provenance des pays en développement. Elles privent la plupart de ces Etats de recettes en devises, de recettes fiscales et d’autres revenus qui auraient pu servir à la construction d’infrastructures, à l’éducation, la santé, etc. L’Economiste du Faso reviendra sur ce rapport dans nos prochaines éditions.

• Corruption: le Burkina recule dans le classement de Transparency International (TI)
L’indice de perception de la corruption (CPI 2018), le baromètre de l’ONG Transparency International a été dévoilé le 29 janvier. Le Burkina est classé 78e sur 180 pays. Il est en recul de 4 places par rapport au classement 2017. Le continent est celui qui a la plus mauvaise note en termes de classement par région. Mais dans le lot des pays africains, certains s’illustrent bien avec des notes au-dessus de la moyenne sur 100. Ce sont Seychelles (66) Botswana(61), Cap Vert(57), Rwanda (), Namibie (53), Ile Maurice (51). Le premier pays dans la zone UEMOA est le Sénégal, avec 45 points. Il est à la 67e place du classement mondial.

• Autoroute Bouaké-frontière Burkina Faso: les études préliminaires restituées
L’information vient de nos confrères d’Abidjan.net. Un atelier de restitution des études préliminaires de l’autoroute Bouaké-frontière Burkina Faso et Mali s’est tenu le 30 janvier dernier, à Abidjan. Ainsi, l’étude ouvre le tracé optimal de l’autoroute, soit 430 km divisés en 3 sections : Bouaké-Ferké : 250 km, Ferké-frontière Burkina Faso: 80 km et Ferké-Mali : 100 km. Plusieurs variantes de tracés seront proposées et discutées. Le cabinet en charge de l’étude attend le tracé qui sera validé par les autorités pour débuter l’étude d’avant-projet détaillé.
Notons que le coût de cette infrastructure est estimé à 1,299 milliard F CFA.

• Forces armées nationales : le nouveau commandement installé
Moumina Chériff Sy a été installé dans ses fonctions de ministre de la Défense nationale et des Anciens combattants, le 25 janvier 2018. Le 31 janvier 2019, il installait le Général Moïse Minoungou dans ses fonctions de chef d’Etat-Major général des armées. Le défi de la lutte contre le terrorisme reste le plat de résistance de leur travail quotidien. En effet, la période de leur installation a été marquée par une recrudescence des attaques armées sanglantes contre les Forces armées et des populations civiles. La base du détachement militaire basé à Kompienbiga, dans la région de l’Est, a été attaquée dans la nuit du 30 janvier, occasionnant un blessé. 4 militaires ont été tués dans l’attaque du Groupement des Forces anti-terroristes de Nassoumbou, dans la région du Sahel, le 28 janvier 2019. 12 civils ont été tués le 10 janvier 2019, dans le village de Gasseliki, village de la région du Sahel, suite à une attaque armée.

• Insécurité : le gouvernement et les miniers en concertations
Les sociétés minières et le gouvernement ont eu des échanges le 31 janvier dernier, autour de l’épineuse question de la sécurité des sites d’exploitation et d’exploration.
Ce secteur est en proie à une recrudescence des attaques ces derniers mois, la dernière en date est l’assassinat d’un chef d’entreprise canadien. Pour les miniers, il est nécessaire pour le gouvernement de protéger et de défendre les investissements miniers dans cette situation, au nom de sa mission régalienne. Si cette protection n’est pas effective, cela refreinerait l’ardeur des investisseurs. Le ministre de la Sécurité, qui a participé à la réunion, a pris bonne note des préoccupations. L’opérationnalisation de l’ONASSIM, l’Office chargé de cette mission au niveau du gouvernement, est également attendue. L’enjeu pour le Burkina est de rassurer les investisseurs par des actions concrètes.

Commentaires
Numéro d'édition: 284

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.