Le secrétaire exécutif du réseau IJACOD, Jean Victor Ouédraogo. (DR)

Burkina : Une centaine de journalistes et communicateurs à l’école du PNUD

Une centaine de journalistes venue des 13 régions du Burkina ont pris part les 29 et 30 janvier 2019 à Ouagadougou, à l’atelier d’échanges sur le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et son intervention au Burkina. Organisé par le Réseau ‘’Initiatives des journalistes africains pour la coopération et le développement (IJACOD), en collaboration avec le PNUD, cet atelier avait pour but de permettre aux hommes de médias d’avoir une meilleure connaissance du PNUD et son domaine d’intervention au Burkina.


Le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), l’une des agences onusiennes les plus anciennes existant depuis 1965, reste pourtant peu connue par les populations. Pour corriger cette situation, le Réseau ‘’Initiatives des journalistes africains pour la coopération et le développement (IJACOD) a organisé, en collaboration avec le PNUD, un atelier d’échanges avec les journalistes sur l’institution et son intervention au Burkina Faso. Aujourd’hui au Burkina, a rappelé le directeur pays du PNUD Burkina Faso, Corneille Agossou, les hommes de médias occupent une place importante dans la consolidation de la démocratie et la construction d’une société pacifique. Pour pouvoir donc sensibiliser, informer et éduquer la population, il est important pour Corneille Agossou que les professionnels de l’information soient bien outillés afin de donner l’information juste et travailler de sorte à respecter l’éthique et la déontologie.
C’est ce qui a justifié l’organisation de cet atelier d’échanges avec les journalistes pour, d’une part, les faire découvrir le PNUD et ses domaines d’intervention, en général, et au Burkina Faso en particulier. D’autre part, les outiller afin qu’ils puissent, à terme, contribuer à la construction d’une société pacifique et au développement durable au Burkina, quand on considère le contexte socio-politique actuel fait d’insécurité, de radicalisation, d’extrémisme violent et de cohésion sociale menacée.
Grandes actions du PNUD
Concernant les grandes actions du PNUD, le chef de l’équipe en charge de la gouvernance et de la paix durable au sein du Bureau du PNUD au Burkina Faso, Dieudonné Kini, a souligné que son institution intervenait au Burkina sur trois grands axes. Le premier porte sur le renforcement des capacités institutionnelles. « A ce niveau, nous parlons de justice, de droits humains, de sécurité et de cohésion sociale et de réconciliation », a noté Dieudonné Kini.

Le directeur pays du PNUD, Corneille Agossou (milieu), a présidé l’ouverture des travaux d’échanges avec les journalistes. (DR)

Le deuxième domaine d’intervention est relatif aux questions environnementales, les questions de promotion d’énergie propre, de création d’emplois décents et de revenu au profit des populations vulnérables. Quant au troisième domaine d’intervention, il concerne les aspects de résilience et surtout de prévention et de gestion des risques de catastrophe naturelle ou socioéconomiques.
En termes de résultats, soutient M. Kini, « nous pouvons dire que dans le domaine de la justice, pour l’année 2018, nous avons, avec l’appui apporté à la Cour d’appel de Bobo, réussi à faire juger plus d’une centaine de personnes qui étaient détenues depuis longtemps sans jugement et dont certains ont passé plus de quatorze ans en détention sans accès à la justice ». En matière de dialogue social, poursuit-il, « nous avons travaillé à renforcer les capacités de l’Observatoire national des faits religieux ». Au regard du contexte actuel, cet Observatoire, a relevé Dieudonné Kini, a un important rôle à jouer dans le décryptage, dans le suivi des faits religieux sur l’ensemble du territoire et dans la résolution de certains conflits qui naissent au sein, soit des communautés religieuses, soit entre les différentes communautés religieuses. « Nous avons installé des points focaux dans au moins cinq régions. Au-delà du Bureau central qui existe au niveau de Ouagadougou, il en existe dans les régions des Hauts-Bassins, de l’Est, du Sahel, du Nord et de la Boucle du Mouhoun qui sont considérées comme étant des régions sensibles sur les questions religieuses », a-t-il renseigné.

Une vue des journalistes qui ont pris part à la formation. (DR)

A l’issue de cet atelier, les participants ont formulé des recommandations qui sont, entre autres, l’organisation d’une formation sur la gouvernance et le changement climatique, la signature d’un partenariat entre le PNUD et IJACOD… «  Connaissant la réactivité du PNUD, j’espère que ces recommandations ne vont pas dormir dans les tiroirs », a souhaité le secrétaire exécutif de IJACOD, Jean Victor Ouédraogo.
Le réseau IJACOD créé en 2003 et reconnu officiellement en 2014, il faut le rappeler, est une association à but non lucratif regroupant des journalistes, des communicateurs et des correspondants de presse africains engrangés par les différents acteurs de la coopération pour le développement.

Hannifah Sawadogo


PNUD en quelques chiffres

Interventions du PNUD au Burkina Faso depuis 1966, année de sa création.
Signature de l’Accord de Base le 19 juillet 1976, officialisant l’installation du PNUD au Burkina Faso.
Programme-Pays actuel approuvé par le Conseil d’Administration le 24 janvier 2018. Budget prévisionnel : 20,16 millions de dollars EU (ressources régulières) et 357 millions de dollars, autres ressources.

Commentaires
Numéro d'édition: 284

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.