Ministère du Commerce : Les actions phares en 2018

• 1,180 milliard FCFA de financements aux PME/PMI

• Création de 12.206 entreprises au niveau des CEFORE

• Le ministre Harouna Kaboré s’exerce à la redevabilité

«En dépit des circonstances particulièrement difficiles qui ont prévalu en 2018, marquées, entre autres, par la précarité du contexte sécuritaire, les régulations budgétaires et la faiblesse des appuis budgétaires de la part de nos partenaires techniques et financiers, nous avons su faire preuve de détermination dans la réalisation des activités programmées, toute chose qui nous a permis d’engranger des résultats tangibles et forts appréciables».
Ainsi s’exprimait Harouna Kaboré, ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat au cours de la conférence de presse organisée le 7 janvier 2019, sur le bilan 2018. Ce bilan a été structuré autour des actions programmées dans le cadre du Plan national de développement économique et social (PNDES) et de la lettre de mission 2018 que le Premier ministre lui a adressée. Sur la base de cette lettre de mission, Harouna Kaboré, au cours de cet exercice de redevabilité, a indiqué avoir établi un Programme d’actions prioritaires (PAP) adossé à 4 objectifs stratégiques, à savoir rendre le commerce plus dynamique, accroître le potentiel du secteur informel, faire de l’artisanat un secteur porteur de croissance encouragée par une promotion d’entreprises artisanales de référence ayant des effets d’entraînement et promouvoir la création d’industries de transformation de nos produits locaux et stimuler leur consommation. Mais quel bilan peut-on faire de la mise en œuvre des actions du département au cours de l’année 2018 ? Le tableau ci-après donne quelques résultats des réalisations ?

E.K.

Parmi les acquis en matière de promotion de la production agricole locale au Burkina Faso, on peut citer la promotion du port du pagne tissé lors des manifestations d’envergure nationale, la consommation de 1.046 bidons d’huile Savor, 135 cartons de savon SN-CITEC, 520 cartons de sucre SN-SOSUCO et 60 tonnes de riz de Bagré dans les garnisons du pays et la consommation de plus de 68,26% de produits locaux dans les cantines scolaires.

Commentaires
Numéro d'édition: 281

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.