Pour Adama Badolo, directeur général des impôts, les détenteurs des anciens IFU n’auront plus besoin d’une nouvelle immatriculation. Ils doivent simplement mettre à jour leurs informations. (DR)

Identifiant financier unique : La DGI lance une nouvelle version

• Lutte contre les utilisations inappropriées de l’IFU

• Dévoiler les identités des actionnaires des sociétés

• Plus possible de se faire identifier plusieurs fois !

La nouvelle version du logiciel d’immatriculation des usages de l’administration financière, dénommée Identifiant financier unique (IFU), a été lancée par le Direction générale des impôts (DGI), le 19 novembre 2018. C’était au cours d’une cérémonie officielle présidée par Seglaro Abel Somé, secrétaire général du ministère de l’Economie, des Finances et du Développement (MINEFID).
Adama Badolo, directeur général des impôts, a justifié l’adoption de cette nouvelle version du logiciel. C’est en 2006 que le ministère en charge de Finances avait institué l’identifiant financier unique et un logiciel pour sa gestion. En 10 ans, près de 108.000 numéros IFU ont été attribués.
Cependant, la DGI a été confrontée à un certain nombre d’insuffisances au nombre desquelles la multiplicité d’identifications pour une même personne. C’est ce qui a amené la DGI à concevoir et à développer la version 3.0 du logiciel.

Seglaro Abel Somé, secrétaire général du MINEFID, a procédé au lancement de la nouvelle version du logiciel d’immatriculation des usagers de l’administration financière, dénommée Identifiant financier unique (IFU). (DR)

La DGI a donc commandité un audit sur tout le processus d’immatriculation et sur le logiciel.
L’audit, réalisé avec l’appui de la Banque mondiale à travers le Projet gouvernance économique et de participation citoyenne (PGEPC), n’a pas relevé d’insuffisances dans le système de codification. Au vu de ces bons résultats, il a proposé son maintien. Toutefois, il a fortement recommandé la mise à jour du logiciel en prenant en compte plusieurs innovations (lire encadré).
Ce nouveau logiciel ne remet pas en cause l’ancien IFU. Les détenteurs des anciens IFU n’auront plus besoin d’une nouvelle immatriculation. Ils doivent simplement mettre à jour leurs informations.
Suite à un appel d’offres, le cabinet ICP a été retenu pour le marché de conception du logiciel. Après plusieurs mois de dur labeur, la nouvelle version a été remise à la DGI qui a procédé à de multiples tests.
Ce travail, selon Adama Badolo, a été rendu possible grâce à la franche collaboration de la DGI avec d’autres structures comme la Direction générale des services informatiques (DGSI), la Direction générale des douanes (DGD), la Direction générale du contrôle des marchés et des engagements financiers (DGCMEF) du ministère en charge des Finances et la Maison de l’Entreprise du Burkina Faso (MEBF).
La nouvelle version du logiciel vise à harmoniser l’immatriculation des usagers de l’administration financière. Elle contribuera à limiter les contrefaçons et l’usage du faux. Les nombreuses insuffisances dans la gestion du portefeuille des contribuables seront surmontées grâce à ce logiciel; dans ce sens qu’une personne ne peut plus se faire identifier plusieurs fois. Afin de limiter le faux, les certificats d’immatriculation, qui seront délivrés, comporteront des éléments de sécurité et d’authentification dont la signature et la photo. Samuel Yaméogo de l’équipe projet a présenté la nouvelle version du logiciel. Elle offre la possibilité aux agents utilisateurs d’y avoir accès hors connexion, afin de travailler dessus. Une fois que l’agent sera connecté, les mises à jour permettent de prendre en compte les saisies réalisées.
Plusieurs nouveautés ont été introduites dans le logiciel. L’usager doit déclarer le nombre de salariés qu’il a. Le logiciel offre la possibilité d’inscrire plusieurs numéros de téléphone et d’adresses mails. La photo est obligatoire pour les personnes physiques. Désormais, la liste des actionnaires de la société et leurs numéros IFU seront saisies, ainsi que l’identité de la personne qui effectue la déclaration d’impôt pour le compte de l’entreprise. La version 3.0 du logiciel IFU permet une géolocalisation du contribuable.
Samuel Yaméogo a procédé, au cours de cette cérémonie, à une simulation d’immatriculation d’un nouveau contribuable, sous le regard des invités dont les directeurs généraux des entreprises et des banques.
Prenant la parole, Seglaro Abel Somé, secrétaire général du ministère de l’Economie, des Finances et du Développement (MINEFID), a indiqué que l’IFU est bien connu par les entreprises et les contribuables. «Il présente un nouveau design, offre de meilleures commodités de gestion de l’immatriculation et permet de disposer désormais de certificats d’immatriculation sécurisés et faciles à authentifier», a-t-il indiqué.
La nouvelle version du logiciel va améliorer et aplanir les difficultés apparues dans l’utilisation et la gestion de l’ancienne version. Elle va contribuer à lutter contre les doublons et l’utilisation inappropriée du logiciel causant des désagréments. Cette nouvelle version va améliorer l’identification et la gestion du portefeuille des contribuables, foi du secrétaire général du MINEFID.
Adama Badolo, directeur général des impôts, a invité l’ensemble des acteurs, qui ont œuvré pour que le projet soit une réalité, à continuer à soutenir sa mise en œuvre.

Elie KABORE


Les innovations du logiciel IFU/version 3.0

La version 3.0 du logiciel IFU est plus sécurité. Elle comporte 4 grandes fonctionnalités majeures. Elle permet une classification plus étendue des contribuables en plusieurs catégories: grossistes, demi-grossistes, détaillants, importateurs, exportateurs, industriels, etc. Elle prévoit la saisie des coordonnées pour une géolocalisation plus exacte du contribuable. A partir de son smartphone, l’agent des impôts peut se rendre chez le contribuable sans difficultés. L’enregistrement des actionnaires, avec leurs numéros IFU, permet un recoupement d’informations pertinentes lors des contrôles. La séparation de la saisie de la validation permet de restreindre l’accès et l’utilisation du logiciel selon le profil et les délégations de pouvoirs. L’intégration de la photo d’identité par les contribuables personnes physiques vise, entre autres, une meilleure identification du contribuable.

Commentaires
Numéro d'édition: 275

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.