Source : Loi de finances rectificative de la loi de finances pour l’exécution du budget de l’Etat/exercice 2018 (novembre 2018).

Masse salariale : Une augmentation de 69,26 milliards de FCFA

• 6 milliards de FCFA pour les FDS

• 5 milliards de FCFA pour le recensement de la population

En termes de dépenses, les 2.441,317 milliards de FCFA de prévisions initiales ont été ramenés à 2.191,933 milliards de FCFA dans ce projet de loi de finances rectificative, soit une baisse de 249,384 milliards de FCFA représentant 10,22%. D’où provient cette baisse ? Le recouvrement des recettes fiscales a connu des difficultés. En l’absence de nouvelles recettes pour combler le gap constaté au cours de l’exécution du budget 2018, le gouvernement a opté pour les rajustements à la baisse de 10,22% afin d’éviter un grave déficit qui viendrait compromettre la soutenabilité du budget. Les annulations de crédits concernent principalement les dépenses d’acquisition de biens et services (5,8 milliards de FCFA), les dépenses de transferts courants (45,4 milliards de FCFA), les dépenses d’investissements exécutées par l’Etat (311,768 milliards de FCFA) et les dépenses de transferts en capital (7 milliards de FCFA). Toutefois, le gouvernement a procédé à des régularisations de dépenses urgentes déjà exécutées de 2,279 milliards de FCFA. Ces dépenses urgentes ont concerné l’organisation des examens et concours au niveau du ministère de l’Education pour 1,5 milliard de FCFA, la prise en charge de l’unité de coordination du Second Compact à hauteur de 737 millions de FCFA, l’opérationnalisation de l’école polytechnique de Ouagadougou pour un montant de 42 millions de FCFA.
De nouvelles dépenses ont aussi été créées pour prendre en charge les secteurs prioritaires. Il s’agit essentiellement d’un complément de crédits de 4,5 milliards de FCFA, destiné à prendre en charge la gratuité des soins de la mère et de l’enfant, 4 milliards de FCFA pour le ministère de la Défense, 2 milliards de FCFA pour celui de la Sécurité, 5 milliards de FCFA ont été reversés pour l’Institut national de la statistiques et de la démographie pour l’opération de recensement général de la population et de l’habitat et 20 milliards de FCFA destinés à l’opérationnalisation de la caisse de dépôt et de consignations. Afin de prendre en charge l’incidence des différents engagements pris par le gouvernement face aux différences grèves, la masse salariale a été revue à la hausse dans le budget revu de 2018. Elle passe de 630,730 milliards de FCFA dans le budget initial à 700 milliards de FCFA dans le budget revu, soit une augmentation de 69,26 milliards de FCFA.

E K

Commentaires
Numéro d'édition: 274

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.