Palabres

Que c’est devenu plus difficile de diriger ce pays! Et ce n’est pas le gouvernement Paul Kaba Thiéba dira le contraire. L’insurrection a libéré la parole, et les réseaux sociaux l’ont amplifiée au point où les gouvernants prêtent désormais toute oreille à ce qui s’y passe et s’y dit.
La parole s’est démocratisée, et n’importe quel quidam peut s’immiscer dans le débat public et donner son point de vue.
C’est un pas de géant en matière de liberté d’expression, avec son cortège d’injures, de diffamation et d’atteintes à la vie privée.
Les gouvernants n’en sont point épargnés. Ils doivent avoir la lucidité de faire le tri entre critiques objectives et attaques personnelles. Cette parole libérée alimente aussi une certaine forme de contestation, qu’elle soit politique, sociale ou syndicale.
Elle s’est traduite dans un premier temps, sur le terrain, par une défiance de l’autorité ; si fait que toute action ou idée nouvelle ou tout projet de réforme est battu systématiquement en brèche, au point de donner l’impression d’une certaine dictature qui confine le gouvernement à l’inaction.
Les réformes qui fâchent sont ainsi reléguées aux calendes grecques quand elles ne sont pas vidées de leur contenu initial, juste pour ne pas effaroucher une certaine opinion. Cela a été le cas au ministère de l’Economie et des Finances; et ce sera peut-être le cas encore avec les réformes en cours à la Fonction publique sur la remise en plat des rémunérations.
Il ne faudrait pourtant pas que cet acquis démocratique qu’est la parole libérée plombe la gouvernance.

Par Abdoulaye TAO

Commentaires
Numéro d'édition: 270

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.