USCCPA: La formation en vie coopérative et en gouvernance

Dans le cadre du partenariat entre l’UPA-DI et l’USCCPA, il y a eu une formation sur la vie coopérative et la gouvernance du 14 au 15 mai 2018, à Dédougou. En rappel, l’UPA est une structure paysanne canadienne qui, dans le cadre du partenariat paysan à paysan, accompagne depuis plusieurs années les agriculteurs et agricultrices de la Boucle du Mouhoun dans la commercialisation des produits agricoles et dans l’approvisionnement en intrants et en matériel agricole.
C’est l’occasion pour moi de dire un grand merci aux formateurs Louis Beauchemin, Daniel Morin et Bienvenu Zonou. La méthode utilisée était participative, et nous a permis de faire le diagnostic de notre société en tant qu’agriculteurs. Dans l’histoire du Burkina Faso, il y avait le village et la famille. Au sein du village, on travaillait à défendre l’intégrité commune et le vivre-ensemble était le mot d’ordre pour l’épanouissement de tous. Dans ce sens, il y avait des coutumes et des initiations pour que tout le monde tienne le même langage.
La famille était l’entité qui regroupait plusieurs progénitures de plusieurs frères travaillant tous dans les mêmes champs. La récolte servait à nourrir toute la famille et, s’il y avait un surplus, une réserve était faite pour prévenir les mauvaises campagnes.
La gouvernance était hiérarchisée. Les anciens constituaient un groupe à la tête duquel il y avait le patriarche. Les bras valides constitués par la jeunesse étaient le groupe d’action des travaux les plus durs. Les femmes jouaient des rôles très importants dans ces familles. Malgré qu’elles venaient de familles différentes, elles étaient vite intégrées.
Le mariage constituait un lien social entre différentes familles et villages. Après les indépendances, il y a eu plusieurs formes d’organisations, groupements et associations.
Mais, depuis 2017, l’USCCPA a travaillé à transformer toutes ces structures en coopératives. D’où l’intérêt de cette formation qui s’est d’abord déroulée dans les coopératives de base ; et le 14 et 15 mai étaient pour la formation des représentants des différentes structures de l’union des coopératives. Lors de cette formation, il fallait aussi faire la différence entre une coopérative et une société privée. J’ai compris que la différence se trouve essentiellement dans la forme de gouvernance ; comment les décisions sont prises et comment le bénéfice est reparti. Selon les formateurs, dans une coopérative où les règles de gouvernance sont bien déterminées et pratiquées, le bénéfice se fera forcément sentir sur tous les membres de la coopérative et leur environnement, et c’est ce qui fait que la vie de la coopérative est plus longue que celle d’une structure privée, car le partage d’expériences facilite la relève.
A la fin de la formation, tous les participants ont exprimé leur satisfaction et se sont engagés à faire de cette formation une lumière pour l’USCCPA et ses coopératives.

Commentaires

Numéro d'édition: 263