Le rapport annuel de la BCEAO a noté une baisse des principaux indicateurs du marché financier régional en décembre 2017, par rapport à 2016. (Ph: DR)

Réseau bancaire de l’UMOA: 6 nouvelles institutions créées

• 144 établissements de crédit en fin 2017

• Contre 138 en 2016

• L’activité portée par les crédits

La Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a validé en mars 2018 son rapport annuel. L’institution d’émission commune des Etats membres de l’UMOA, chargée d’assurer la gestion de la monnaie commune, de leurs réserves de change et de mettre
en œuvre la politique monétaire commune, a fait un point sur la situation des établissements de crédit et des institutions de microfinance.
Selon leur définition, sont considérées comme Etablissements de crédit (EC), les personnes morales qui effectuent à titre de profession habituelle des opérations de banque : ce sont les sociétés qui effectuent des opérations de banque, la réception de fonds du public, les opérations de crédit, ainsi que la mise à disposition de la clientèle et la gestion de moyens de paiement. Les établissements de crédit sont agréés en qualité de banque ou d’établissement financier à caractère bancaire. Du rapport annuel de la BCEAO, il ressort que le réseau bancaire de l’Union monétaire s’est consolidé au cours de l’année 2017. Ainsi, en fin 2017, l’Union comptait 6 établissements de crédit de plus qu’en 2016. Une hausse dans le secteur bancaire qui porte le nombre des établissements de crédit agréés à 144 en fin 2017, contre 138 au 31 décembre 2016. L’activité du système bancaire n’a pas seulement évolué par le nombre de nouvelles banques dans l’UMOA, mais aussi par une croissance des ressources et des emplois. En fin novembre 2017, les emplois ont progressé de 5,98% (+1.645,5 milliards de FCFA) par rapport à leur niveau de fin décembre 2016. Ce dynamisme repose principalement sur les crédits (+1.146,6 milliards de FCFA ; +6,8%) et les autres emplois (+498,8 milliards de FCFA; +4,64%). Quant aux ressources, elles ont crû de 1.653,4 milliards de FCFA, soit de 6,8%, au cours de la même période ; tirées essentiellement par les dépôts et emprunts (+1.034,6milliards de FCFA; +5,0%).
Mauvaise nouvelle par contre au niveau de la trésorerie. Déficitaire depuis 2013, la trésorerie s’est légèrement améliorée (+7,9 milliards de FCFA), mais elle reste déficitaire avec -3.142,9 milliards de FCFA au 30 novembre 2017.
La banque centrale a aussi fait le point sur la qualité du portefeuille des établissements de crédit.
Ainsi, à la période d’analyse – au 30 novembre 2017-, la qualité du portefeuille des banques ressort dégradée comparativement à celle de fin décembre 2016. «Le taux brut de dégradation du portefeuille ayant augmenté de 1,3% pour ressortir à 15,2%. Le taux net s’est, quant à lui, établi à 6,3%».

Microfinance : plus de 4.800 points de services
En plus de la situation des banques dans l’UMOA, la BCEAO a fait le bilan du secteur de la microfinance. On apprend donc dans le rapport que ce secteur a poursuivi son dynamisme au cours de l’année 2017. En effet, sur la base des informations disponibles, avec un effectif de 623 Systèmes financiers décentralisés (SFD), le nombre de points de services est passé de 4.156 en fin décembre 2016 à environ 4.853 en fin juin 2017. De plus, le nombre de bénéficiaires des prestations des institutions de microfinance est ressorti à près de 13,6 millions de personnes en fin juin 2017, contre 12,7 millions personnes en fin décembre 2016, soit une hausse de 7,1%. L’activité d’intermédiation financière des SFD s’est également renforcée. En effet, les dépôts collectés se sont établis à 1.216,1 milliards de FCFA en fin juin 2017, contre 1.079,1 milliards de FCFA en fin décembre 2016, soit un accroissement de 12,7%. Ils représentent environ 6,9% des dépôts collectés par les établissements de crédit de l’Union au cours de la période sous revue. S’agissant de l’encours des crédits octroyés par les institutions de microfinance, il a augmenté de 6,5%, passant de 1.072,6 milliards de FCFA en fin décembre 2016 à 1.142,2 milliards de FCFA en fin juin 2017, représentant environ 7,0% des crédits accordés par les établissements de crédit de l’Union. En revanche, note la BCEAO, la qualité du portefeuille des crédits des SFD s’est relativement détériorée, ressortant à 72,3 milliards de FCFA en fin juin 2017, contre 61,6 milliards de FCFA au 31 décembre 2016.


Evolution sur le marché financier régional

Le rapport annuel de la BCEAO a noté une baisse des principaux indicateurs du marché financier régional en décembre 2017, par rapport à 2016. Le premier indicateur est la capitalisation boursière. Elle s’est élevée à 9.805,8 milliards de FCFA au 30 décembre 2017, contre 10.215,5 milliards de FCFA au 30 décembre 2016, soit une baisse de 4% imputable au recul du compartiment des actions. En effet, la capitalisation du marché des actions est passée de 7.706,3 milliards de FCFA en fin décembre 2016 à 6.836,2 milliards de FCFA au 29 décembre 2017, en baisse de 11,3% ; tandis que celle du marché des obligations a progressé au cours de la même période de 460,3 milliards de FCFA, en ressortant à 2.969,5 milliards de FCFA au 29 décembre 2017. Le volume des transactions a également enregistré un repli au cours de la période sous revue, passant de 2.315.818 titres échangés au 30 décembre 2016 à 362.640 titres échangés en fin décembre 2017. Les indices BRVM se sont également orientés à la baisse en 2017. L’indice BRVM 10, principal indice boursier, et l’indice composite se sont établis respectivement à 219,65 points et 243,06 points au 30 décembre 2017, fléchissant respectivement de 16,1% et 16,8% par rapport à fin décembre 2016.

NK

Commentaires
Numéro d'édition: 262

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.