C’est la DGI qui a contribué le plus à la collecte des recettes internes, avec 1.580,26 milliards de FCFA mobilisés en fin mai 2018, correspondant à 48,50% des ressources internes. (DR)

PNDES: 56% de mobilisation de ressources

• 8.615,82 milliards de FCFA mobilisés

• Avec plus de contribution de la DGI en recettes internes

• Mais des recouvrements en deçà des attentes

Quel est le niveau de mobilisation des ressources dans le cadre du Plan national de développement économique et social (PNDES) en 2 ans et demi de sa mise en œuvre ? Entre le 1er janvier 2016 et le 31 mai 2018, le niveau global de mobilisation des ressources est de 8.615,82 milliards de FCFA; ce qui correspond à un taux global de mobilisation de 56%. Les financements proviennent de 3 grandes sources: les ressources propres de l’Etat, les ressources extérieures et les financements alternatifs. Ce bilan a été fait au cours de la conférence internationale sur la mise en œuvre du PNDES tenue du 9 au 10 juillet 2018. Les ressources propres de l’Etat ont été mobilisées à hauteur de 3.258,55 milliards de FCFA dont 1.231,97 milliards de F CFA en 2016, 1.397,63 milliards de FCFA en 2017 et 628,95 milliards de F CFA de janvier à mai 2018. Elles proviennent des régies de recettes que sont principalement la Direction générale des douanes (DGD), la Direction générale des impôts (DGI) et la Direction générale du trésor et de la comptabilité publique (DGTCP).
C’est la DGI qui a contribué le plus à la collecte des recettes internes, avec 1.580,26 milliards de FCFA mobilisés en fin mai 2018, correspondant à 48,50% des ressources internes. Cette somme a été mobilisée à hauteur de 595,02 milliards de FCFA en 2016, 673,29 milliards de FCFA en 2017 et 311,95 milliards de FCFA de janvier à mai 2018.
Après la DGI, la DGD a mobilisé entre janvier 2016 et le mai 2018 la somme de 1.313,14 milliards de F CFA, représentant ainsi 40,30% des ressources internes mobilisées. Le détail par année indique qu’en 2016, elle a mobilisé 488,14 milliards de F CFA, contre 575,21 milliards de F CFA en 2017 et 249,79 milliards de F CFA pour les 5 premiers mois de 2018. Quant à la DGTCP, les 11,21% de ressources internes mobilisées par elle du 1er janvier 2016 au 31 mai 2018 correspondent à 365,15 milliards de F CFA dont 148,81 milliards de FCFA en 2016, 149,13 milliards de F CFA en 2017 et 67,21 milliards de F CFA pour 2018 (janvier à mai).
A l’analyse de ces résultats, un gap (-16,2%) par rapport aux prévisions du PNDES a été constaté. On peut en conclure donc que le niveau de performance reste en deçà des attentes. Le défi majeur réside dans la prise de mesures idoines pour renforcer le recouvrement des ressources internes par les régies de recettes.
Le PNDES a été adopté le 20 juillet 2016 comme nouveau référentiel des interventions en matière de politiques économique et sociale. En effet, le gouvernement a tenu en décembre 2016, à Paris, la conférence des partenaires du Burkina Faso afin de susciter leur adhésion à ce nouveau référentiel de développement.


Ressources extérieures et financements alternatifs

Lors de la conférence internationale sur la mise en œuvre du Pndes, il a été question de financements innovants. Un expert commis pour exposer sur le sujet, en l’occurrence Pierre Claver Damiba, a laissé entendre que des possibilités existent. Cependant au vu de l’agenda et du timing du PNDES 2018-2020, il serait difficile de les mettre en œuvre. C’est ainsi qu’il a suggéré de voir du coté des bénéfices réalisés par certaines sociétés d’Etat comme la Lonab, de revoir le système fiscal éventuellement, les taxes sur le secteur minier ou au niveau du fonds vert sur climat pour l’autofinancement.
Parmi les sources de financement innovant, l’actionnariat populaire a été également proposé, tout comme les Eurobonds, initiés par des Etats comme le Nigeria ou le Kenya. Mais selon les experts, cette niche nécessite un gros travail de planification.

Elie KABORE

Commentaires

Numéro d'édition: 261