Journées de la commande publique: Stimuler les acteurs du secteur

• Pour une meilleure contribution au PNDES

• 72 h de réflexion

• Afin de lever les goulots d’étranglement

L’atelier de Bobo visait à offrir un cadre de réflexions et de stimulation des acteurs en vue de contribuer à l’atteinte des résultats du Plan national de développement économique et social. (DR)

Bobo-Dioulasso a abrité du 12 au 14 juillet 2018 la première édition des Journées de la commande publique (JCP), cadre de réflexions et de stimulation des acteurs en vue de l’amélioration continue du système de commande publique. Et c’est la salle de conférences du centre Muraz qui a accueilli l’atelier dont les conclusions devraient déboucher sur des recommandations pertinentes.
La cérémonie d’ouverture a été présidée par le secrétaire général de la région des Hauts-Bassins, Bernard Beba, représentant le gouverneur. Placées sous le thème «la commande publique, un levier stratégique dans l’atteinte des résultats du Plan national de développement économique et social (PNDES)», les premières Journées de la commande publique réunissent la société civile, le secteur public et le secteur privé.
Pendant 72 heures, plus de 350 participants se sont penchés sur trois sous-thèmes, à savoir «la commande publique comme levier stratégique de développement économique et social : rôle de la société civile», «la commande publique comme levier stratégique de développement économique et social : rôle du secteur privé» et «la commande publique comme levier stratégique de développement économique et social: rôle du secteur publique».
La commande publique; composée des marchés publics, des délégations de services publics et des partenariats public-privé; représente une part importante de l’activité économique. Elle représente donc un instrument important dont la mise en œuvre réussie permettra d’atteindre les objectifs du PNDES.
L’atelier de Bobo visait à offrir un cadre de réflexions et de stimulation des acteurs en vue de contribuer à l’atteinte des résultats du Plan national de développement économique et social.
Pour le l’ARCOP (Autorité de régulation de la commande publique), ces 72 heures permettent d’offrir une plateforme de réflexions sur une thématique d’actualité constituant un véritable centre d’intérêt pour les parties prenantes à la commande publique, de se faire connaitre mutuellement en réunissant sur un même site les acteurs de la commande, y compris les partenaires techniques et financiers majeurs mettant en œuvre des procédures spécifiques de passation de marchés, de stimuler la recherche de l’excellence dans la passation et l’exécution de la commande publique par la reconnaissance et la récompense du mérite et enfin d’améliorer la visibilité et la perception du secteur de la commande publique par l’occupation de l’espace médiatique national. Les différents intervenants à la cérémonie d’ouverture des premières Journées de la commande publique (JCP) ont salué non seulement la tenue de cet atelier, mais aussi la pertinence du thème et des sous-thèmes qui seront débattus. Au programme de ces premières journées de la commande publique, des échanges-débats, mais aussi et surtout une Nuit de la commande publique au cours de laquelle des lauréats seront récompensés (nous y reviendrons).


Impressions des participants

Bernard Beba, secrétaire général de la région des Hauts-Bassins
«Ces premières Journées permettront à tous les acteurs impliqués dans la chaine de la commande publique de discuter afin d’identifier les goulots d’étranglement et de les lever afin d’avoir des infrastructures de qualité qui puissent nous permettre d’avancer sur le chemin du développement. La concertation est importante car, chaque année, il y a de nouvelles difficultés qui surviennent, et auxquelles il faut de nouvelles solutions».

Hallassane Siénou, représentant du président de la Chambre du commerce du Burkina, parrain de ces Journées
«Le secteur privé adhère totalement à ces Journées. Cet organe, s’il n’existait pas, il aurait fallu le créer, car il est le levier entre le secteur privé et l’administration. C’est un organe important dans l’exécution des marchés publics, et il est question aujourd’hui de travailler à le renforcer, à lui donner plus de moyens afin d’être plus efficace et pertinent dans la prise des décisions. Dans l’exécution de l’ensemble des projets du PNDES, l’ARCOP est un maillon essentiel pour réguler l’ensemble des marchés qui viendront à être attribués».

Tahirou Sanou, secrétaire permanent de l’ARCOP
«Les JCP sont une tribune, un cadre d’échanges, de réflexions et de stimulation en vue d’améliorer l’efficacité du système national de la commande publique. Parmi les innovations, nous avons la Nuit de la commande publique qui permettra de récompenser les meilleurs acteurs aussi bien du secteur privé que du secteur public. Cette Nuit vise à inciter les acteurs à plus de performances dans l’exécution de leurs tâches dans le système de la commande publique. Il s’agit d’une innovation majeure qui vise la quête permanente de la bonne exécution de la commande publique».


L’ARCOP, dix ans déjà !

Juillet 2008-juillet 2018, l’Autorité de régulation de la commande publique (ARCOP) fête ses 10 ans d’existence. Dix années au cours desquelles l’ARCOP a joué sa partition en tant qu’acteur majeur du paysage institutionnel de la commande publique au Burkina; avec ses succès, mais aussi des attentes encore plus nombreuses.

 

Commentaires
Numéro d'édition: 261

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.