Biotechnologie et biosécurité: «Ce que je pense de la session d’information des parlementaires»

François B. Traoré, agriculteur burkinabè

Ce mercredi 23 mai 2018, j’ai été invité en tant qu’agriculteur à une session d’information et de sensibilisation d’un groupe de parlementaires sur la biotechnologie et la biosécurité. C’est l’occasion pour moi de féliciter et d’encourager notre recherche qui a été pionnière pour que cette technologie soit mieux comprise et utilisée par les agriculteurs dont je fais partie ; et ce travail a commencé depuis les années 2003. Face à des problèmes de résistance du parasitisme dans la culture du coton, le Burkina, à l’époque, a pris sa responsabilité en utilisant la biotechnologie dans le coton. La filière coton (sociétés cotonnières et producteurs) s’est sérieusement engagée et a effectivement prouvé que cela résolvait le problème. Quelques années après, les sociétés cotonnières ont trouvé que la fibre du coton génétiquement modifié était courte, et c’est la raison qui a mis fin à la culture du coton génétiquement modifié. Je trouve qu’on aurait pu laisser les chercheurs continuer à travailler pour résoudre ce problème, car même les inventeurs de cette technologie sont passés par des étapes. C’est dommage que tous les travaux se soient arrêtés au niveau de la recherche sur le coton génétiquement modifié. Pendant cette session, les chercheurs, tour à tour, se sont investis à développer l’historique de la biotechnologie agricole, celle sur les moustiques génétiquement modifiés et les précautions prises en matière de sécurisation de la population et l’environnement.
Pour ce qui est de la biotechnologie agricole, j’ai retenu à titre d’exemple que le maïs était à l’état sauvage dans la nature et n’avait même pas une forme d’épi comme c’est le cas aujourd’hui. Nos ancêtres, dans la quête de nourriture, l’ont prélevé et entretenu ; et cela a fini par donner un épi. Et c’est de l’épi de nos ancêtres que le maïs a été transformé en semences améliorées par les chercheurs. A partir de ces semences améliorées, il a été transformé en maïs génétiquement modifié ; et cela dans plusieurs pays développés ou en voie de développement parmi lesquels les États-Unis d’Amérique, le Brésil, l’Inde, l’Afrique du Sud, la Chine et l’Allemagne. Dans certains de ces pays, les agriculteurs ne représentent pas plus de 5% de la population. Mais, en faisant confiance à leur recherche, ils ont nourri correctement les hommes, et nourrissent même les animaux avec des grains. Et comme en Afrique nous sommes souvent affamés, ils nous envoient leurs restants que nous mangeons sans poser de questions. Nous avons aussi des enfants instruits parmi lesquels des chercheurs. Quelqu’un a dit: «Mamadou et Binéta sont devenus grands». Certains de nos chercheurs auraient pu monnayer leur savoir dans les grands pays, mais ils ont préféré travailler pour la patrie. En tant qu’agriculteur, je souhaite qu’on leur fasse confiance et qu’on les laisse travailler. Des pays qui étaient en voie de développement comme la Chine et l’Inde sont passés par là. Ils ont réussi à enrayer la famine chez eux et être cités parmi les puissances du monde.

Ma préoccupation en matière de biosécurité
En matière de biosécurité, j’ai écouté toutes les méthodes mises en place pour sécuriser l’homme et la nature dans l’utilisation de la biotechnologie, et je me suis rendu compte que la méthode utilisée pour leur élaborer a été participative. Ceux qui veulent la biotechnologie, ceux qui s’en inquiètent et ceux qui ne la veulent pas du tout ont participé à cette cession. Pour moi, cela constitue un outil solide. Ma préoccupation à ce niveau est qu’il ne faut pas instaurer des règles de sécurité qui empêchent les chercheurs de travailler, car s’ils ne peuvent pas travailler, nos problèmes resteront tels. Et quand nous aurons faim ou serons malades, nous fermerons les yeux sur l’importation. Après les différentes présentations, les préoccupations des parlementaires ont été entendues et des explications leur ont été fournies par les chercheurs. J’ai constaté que ce sont des parlementaires suffisamment responsables qui étaient à l’écoute. Ils ont même souhaité qu’il y ait une session d’information de la part des mêmes chercheurs, avec tous les parlementaires. Ils ont également regretté que dans plusieurs domaines, le Burkina soit souvent le premier à prendre des initiatives, mais rarement nous persévérons. Je pense que ce pays qu’on appelle le Pays des hommes intègres doit s’assumer pour sauver son peuple ; et cela en commençant par les décideurs parlementaires qui, à l’Assemblée, doivent arrêter leurs guéguerres, contribuer à conscientiser la population pour une meilleure compréhension et prendre des décisions qui permettent l’épanouissement de la population, car ce peuple burkinabè est un peuple laborieux.

 


Concernant l’expérimentation du moustique génétiquement modifié

J’ai été édifié par ce que j’ai appris, car ce sont des chercheurs conscients qui ont bien estimé les dégâts causés par les moustiques. Plusieurs sont moyens utilisés de nos jours pour les combattre. Parmi ces moyens, on peut citer les moustiquaires imprégnées pour lesquelles on a vu la limite du fait du taux de mortalité de la population liée au paludisme qui est toujours assez élevé. La méthode en développement est de travailler à arrêter la multiplication des moustiques femelles qui, non seulement, pondent les œufs, mais qui sont également les transmetteurs du paludisme aux humains. Je fais partie des 86% de la population du Burkina qui vivent en milieu rural et, dans ce milieu, le taux de mortalité est extrêmement élevé. Si on veut doter toute cette population de moustiquaires imprégnées, non seulement ce n’est pas garanti, mais en plus cela coûte très cher. Je souhaite donc que nous encouragions ces chercheurs à continuer leur travail en finançant conséquemment la recherche. Si nous ne le faisons pas, nous serons obligés de dépenser pour les moustiquaires et pour les soins aux malades. Ce qui n’empêchera pas la mort.

 

En tant que vétéran agricole
Ouagadougou, le 25 mai 2018
TRAORE B. François,
agriculteur burkinabè
Docteur honoris causa de l’Université de Gembloux
www.francoistraore.blogspot.com
E-mail: dadilotbf52@yahoo.fr  
Skype:dadilotbf52   
Facebook: dadilotbf52
(+226) 70 95 34 45- (+226) 78 50 16 25
Burkina Faso

Commentaires
Numéro d'édition: 261

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.