Déjà en campagne!

Le président du Faso est-il déjà en campagne pour 2020? La question est posée depuis son intervention télévisée pour répondre aux questions de nos confrères de la télévision BF1, de Burkina Info et de la TNB dans le cadre du point à mi-mandat de sa gestion. Si on se réfère à la réponse sans esquive donnée par le président du Faso, à l’occasion, à la question de savoir s’il briguera la présidence en 2020, il n’y a plus de doute; puisqu’il s’appuie sur le fait que la loi le lui permet: «Dans la loi, j’ai droit à un deuxième mandat. Je me battrai pour la réalisation de mon programme, et je me représenterai en 2020». Voici la porte donc ouverte au candidat du parti majoritaire. Et, pour une bonne partie de l’opinion, le président du Faso, s’il avait l’ombre d’un doute, aurait répondu qu’il était encore trop tôt pour aborder le sujet et, cela, pour deux raisons: il n’est seulement qu’à mi-parcours de son mandat, et les résultats de son référentiel de développement, le PNDES, ne sont qu’à peine perceptibles.
Le sondage sur son bilan à mi-parcours, réalisé dans le cadre du Présimètre et présenté par le CGD à Bobo-Dioulasso dans le cadre d’Africapacités, le 27 juin 2018, montre un faible niveau de satisfaction populaire; même si les sondés restent relativement confiants quant à la suite du mandat. En ouvrant de cette façon, et précocement, la campagne 2020, l’homme doit avoir une sacrée confiance en son bilan définitif d’ici cette date butoir. Et, il donne ainsi un message clair à ses partisans et à ses contempteurs: il entend rester maitre du jeu.
Mais, deux ans et demi, c’est très long ! En réalité, il n’aura qu’un an et demi pour tenter de convaincre définitivement partisans et adversaires de l’impact du PNDES. En attendant, aucun faux pas ne lui sera toléré dans la gestion de l’insécurité alimentaire qui touche 2 millions de Burkinabè et, surtout, dans la maitrise de la situation sécuritaire dans le Nord du pays. Sur ces deux sujets sensibles, s’il flanchait, ses adversaires ne seront pas que de l’opposition.

Abdoulaye TAO

Commentaires
Numéro d'édition: 259

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.