Ville de Ouagadougou : Le CHAFB découvre les opportunités d’affaires

• Infrastructures urbaines, loisirs et parkings

• Réseaux de voiries et d’assainissement

 

C’est autour du thème «le développement économique de la ville de Ouagadougou» que le Club des hommes d’affaires franco-burkinabè (CHAFB) a tenu son dîner-débat ce 3 mai 2018 à Ouagadougou. Pour ce faire, les membres de l’organisation que dirige actuellement Philippe Prudent, DG de Total Burkina, avaient pour invités le maire Armand Béouindé et le responsable-pays de la BAD, Pascal Yembiline. La Banque africaine de développement (BAD) accompagne, en effet, des projets de développement dans la capitale burkinabè, et son représentant est venu apporter, aux côtés du maire, des explications sur les opportunités d’affaires de cette intervention. «Ouagadougou est, certes, la ville capitale politique ; mais c’est aussi la capitale économique sans que cela ne soit une revendication. C’est un constat ! Nous avons 66 mille entreprises au Burkina Faso, et jusqu’à 71% de ces entreprises ont leurs sièges à Ouagadougou», a indiqué le directeur chargé du développement économique de la mairie, dans sa présentation. En s’inspirant du Plan national de développement économique et social (PNDES), le référentiel national, le Conseil municipal de Ouagadougou s’est doté d’un programme sur la période 2016-2021. Ce programme a identifié des besoins tels que l’aménagement de voiries, celui du réseau d’assainissement, des réalisations sociales, des infrastructures marchandes et d’autres aménagements urbains qui caractérisent une ville. A ce niveau, la ville ambitionne notamment de se doter d’aires de stationnement et de parkings pour les gros véhicules. Il est inscrit également dans ce plan la réalisation d’une fourrière, de parcs d’attraction, d’abattoirs, d’un cimetière et d’une piscine municipale. La ville entend aussi réhabiliter la Maison du Peuple, réhabiliter des gares routières comme celles de l’Est, de Ouagarinter, de construire la gare de Tampouy et une autre dite gare de l’Ouest au quartier Boulmiougou, sur la route de Bobo-Dioulasso. Pour ce qui concerne le volet de mobilité, le projet de renforcement des capacités de la société de transport urbain avec lot de 200 nouveaux bus est presque bouclé. Toutefois, il est prévu de mettre en place un circuit touristique dans la ville avec des cars spécialement dédiés à cette activité touristique, et de construire des parkings à fonctionnement continu. Ces parkings, dont certains seront situés au niveau des terminus des bus pour recevoir les engins des usagers du bus, devraient éviter de rejoindre le terminus à pieds et permettre de continuer son déplacement avec un moyen jugé plus économique et plus sécurisé. D’ici la fin du mandat en 2021, il est prévu au total l’aménagement de 130 km de voiries et le pavage de 500 km de rues dans la commune. Côté assainissement, c’est au total un réseau de 600 km qui est envisagé.

Karim GADIAGA


Les propositions seront reçues et étudiées

Pour la mise en œuvre du programme de développement de la ville de Ouagadougou, la mairie attend l’implication du secteur privé. Ce, en tant que prestataire de services, gestionnaire, bailleur de fonds, etc.
Pour l’instant, il ne s’agit pas, dans tous les cas, de projets bouclés comportant des fiches techniques. Et la mairie se dit ouverte à étudier toute proposition qui lui sera soumise dans le sens de ce programme. La participation du privé pourra permettre de faire des études, d’établir des relations PPP pour la réalisation, l’exploitation, l’expertise ou le financement.

Commentaires
Numéro d'édition: 251

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.