Gestion des carrières: bientôt un nouveau référentiel

• Qui s’appelle le RIME

• Mettre fin au corporatisme

• Les syndicats sont dubitatifs

 

Les Textes d’organisation des emplois spécifiques (TOES), ce sont ces outils juridiques qui régissent actuellement les plans de carrières de près de 170.000 salariés du public au Burkina Faso.
Face à ce que le gouvernement qualifie de «surenchère» des travailleurs, à savoir les multiples grèves constatées depuis un certain temps, ce référentiel juridique présente de nombreuses insuffisances. Pour les surmonter, le gouvernement Paul Kaba Thiéba a sorti un nouveau référentiel qu’est le Répertoire interministériel des métiers de l’Etat (RIME). Le RIME définit l’ensemble des emplois de la Fonction publique d’Etat, regroupés en familles d’emplois, puis en métiers, et consacré par un décret. Toujours au stade de projet, le ministère en charge de la Fonction publique qui le pilote a dévoilé quelques pans du RIME aux hommes de médias. C’était le 5 avril 2018 à Ziniaré, localité située à 35 km de la capitale.
Selon la chargée d’études dudit ministère, Mariam Nacambo, avec le RIME, le ministère a recensé dix métiers au Burkina Faso que sont: «Promotion et Protection des droits humains» ; «Education, Formation et Promotion de l’emploi» ; «Santé humaine et animale» ; «Infrastructures»; «Communication, Culture et Tourisme»; «Gouvernance administrative»; «Administration économique et financière»; «Eau, Agriculture et Environnement»; «Mines et Energies» et «Métiers structurants». Mariam Nacambo souligne que le RIME permettra de stabiliser les emplois à travers une nomenclature normalisée basée sur une logique fonctionnelle et non institutionnelle comme c’était le cas avec les TOES.
De façon pratique, dit-elle, avec le RIME, il s’agira d’assurer la résilience aux mutations institutionnelles dues aux scissions et aux fusions des départements ministériels, d’assurer une gestion plus flexible des carrières, de mettre en exergue le caractère systémique de l’administration, de résoudre le problème d’absence de carrière pour certains emplois, de rendre plus efficace et moins coûteux la «fonction recrutement» par la promotion interne par rapport au recrutement systémique et de créer la possibilité d’enrichissement des tâches afin de prendre en compte l’évolution de l’environnement de l’emploi.
Dans la mise en œuvre du RIME, il est prévu la possibilité de mobilité entre familles d’emplois à travers le mécanisme de passerelles à l’intérieur du métier ou entre métiers.
Prenant appui sur les possibilités de passerelles qu’offre le RIME, il peut être envisagé une nouvelle variante de recrutement, notamment le recrutement interne. Ce sera une application de la passerelle intra-métiers qui consistera à offrir la possibilité aux agents, par concours, d’accéder à des emplois relevant d’autres familles d’emplois et même d’autres métiers.
Cette perspective aura l’avantage d’être non seulement moins coûteuse en ce qu’elle permettra de réduire le recours aux concours directs pour combler certains besoins, mais aussi de renforcer le caractère systémique des emplois publics et de réduire le cloisonnement corporatiste que l’administration connait en ce moment.

RD


Le RIME consacre 10 métiers, 87 familles d’emplois et 230 emplois

Le RIME organise les différents emplois de la Fonction publique en métiers et en familles d’emplois. Sa structuration actuelle fait ressortir 10 métiers, 87 familles d’emplois et 230 emplois qui sont proposés pour porter les missions de service public. Il faut noter que le présent projet ne rencontre pas l’assentiment des syndicats.

Commentaires
Numéro d'édition: 247

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.