Marchés des assurances : Que nous réserve le rapport 2017 ?

 

Assurance Vie, assurance non Vie et réassurance ; ce marché est occupé par 16 sociétés qui se disputent les parts de marché avec plus ou moins de succès. Dans les coulisses, le rapport 2017 sur ce secteur est en finalisation, et la hiérarchie de 2016, apprend-on, a été bousculée au milieu du tableau, tant en assurance Vie que en assurance non Vie. Les leaders, eux, s’accrochent. En attendant ce rapport final, voici les grands traits du rapport 2016 auquel L’Economiste du Faso vient d’avoir accès. Le marché est en croissance depuis quelques années, et cette tendance pourrait se maintenir en 2017.
Les chiffres de 2016 font ressortir un chiffre d’affaires de 65,99 milliards de FCFA, soit une hausse de 13,95% par rapport à 2015. Cette hausse représente environ 8,08 milliards de FCFA supplémentaires. L’année 2015 affichait une croissance de 13,51% par rapport à l’année précédente. C’est dire que le secteur est dans une dynamique de croissance. Le taux moyen annuel sur les 5 dernières années est de 10,01%.



Les bons chiffres de 2016 sont tirés par l’assurance non Vie qui représente plus de 2/3 du chiffre d’affaires du secteur avec 66% du marché. Le chiffre d’affaires des activités de ce segment s’élève à 43,75 milliards de F CFA en 2016 contre 38,62 milliards de F CFA en 2015 ; soit en progression de 13,28%. D’après le rapport de l’APSAB : « Cette progression reste au-dessus du taux de progression moyen annuel de 10,22% des cinq (05) dernières années. Cependant, la croissance de 2016 est inférieure à celle de 2015 qui se situait à 16,96%. » La répartition du chiffre d’affaires par branche indique que l’assurance automobile, avec 28,77%, et l’assurance Vie individuelle, avec 19,66%, restent les moteurs du marché en 2016 devant la branche accidents corporels/maladie (ACM), avec 16,77% (voir tableau 2).
Quant au taux de pénétration de l’assurance, représenté par la part du revenu consacré à l’assurance, il est de 1,55% en 2016 contre 1,43% en 2015.
A ce niveau, il y a de la marge; tout comme au niveau de l’autre indicateur qui mesure la densité d’assurance (dépense annuelle moyenne par tête en produits d’assurance) qui, lui, affiche 3.464 F CFA en 2016 contre 3.139 F CFA en 2015; soit un gain de 325 F CFA de plus, et en croissance de 10,45%.
Dans le rapport 2016, une menace sur les branches Santé des sociétés d’assurances avait été identifiée pour 2017.
Il s’agit de la révision des tarifs au niveau de l’APROCCLLIB (Association des promoteurs de cabinets médicaux, cliniques et polycliniques au Burkina).
Cette révision n’est pas encore effective.
Elle aurait pour conséquence une détérioration des résultats de la branche. Des discussions seraient toujours en cours entre les partenaires pour cela.

FW


Assurances : «Vie» et «non Vie»

L’assurance Vie
C’est un placement financier qui permet au souscripteur d’épargner de l’argent dans l’objectif de le transmettre à un bénéficiaire lorsque survient un événement lié à l’assuré : son décès ou sa survie. Ce produit d’épargne permet au souscripteur de percevoir des intérêts sur son contrat, en fonction du capital investi.  En cas de vie du souscripteur, il reste le bénéficiaire et titulaire des fonds, et peut récupérer librement le capital et les intérêts.
En cas de décès du souscripteur, le contrat sera dénoué et le capital et les intérêts seront transmis à le (ou les) bénéficiaire(s) de son choix (enfants, conjoint, concubin, frères et sœurs, etc…) (source E-patrimoine)
Assurance non Vie
Une assurance nonVie regroupe toutes les assurances, hormis les contrats d’assurance Vie. Elle concerne l’ensemble des conventions prudentielles qui ne sont pas liées ou conditionnées directement par la vie de l’assuré, regroupées sous l’appellation IARD (Incendie-Accident et Risque divers).

Commentaires
Numéro d'édition: 246

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.