Les hommes d’affaires ont visité la plus longue chaine de production en Asie à l’usine de SINOTRUK. (DR)

ERATRUCK et ses clients en Chine: les marques SINOTRUK et YUTONG s’ouvrent aux transporteurs burkinabè

Du 19 au 28 janvier 2018, une délégation d’hommes d’affaires burkinabè évoluant dans le secteur des transports et des BTP s’est rendue en Chine sur l’initiative du Groupe ERATRUCK, avec l’appui de sa filiale ERATRUCK Burkina Faso. L’objectif de la mission commerciale était de permettre à des hommes d’affaires déjà clients et prospects de s’entretenir directement avec les premiers responsables du Groupe ERATRUCK Co., Ltd, et ses partenaires (SINOTRUK et YUTONG), sur place en Chine, et de visiter leurs usines de fabrication. Toute chose qui vise à renforcer les relations d’affaires déjà existantes ou à en créer de nouvelles. Deux usines chinoises ont été visitées: SINOTRUK à Jinan et YUTONG à Zhengzhou.

Un parc de camions commercialisés par ERATRUCK au Burkina. (DR)

Le séjour des hommes d’affaires burkinabè en Chine a été ponctué de visites d’usines de fabrication, d’unités d’assemblage, ainsi que des entretiens B to B avec les responsables des sociétés. Arrivée dans la ville de Jinan le dimanche 21 janvier 2018 dans la soirée, la délégation composée d’une vingtaine d’hommes d’affaires a été accueillie par les responsables du Groupe ERATRUCK Co., Ltd; la société de commercialisation de camions SINOTRUK, d’engins de BTP et des bus de marques YUTONG. Selon les dirigeants d’ERATRUCK, cette mission vise à fidéliser leurs clients, à en recruter de nouveaux, à renforcer la notoriété d’ERATRUCK Burkina Faso, à permettre aux clients et prospects de mieux connaître les produits des différentes marques et ainsi à renforcer la notoriété de SINOTRUK et de YUTONG au Burkina Faso. Rasmané Gildas Sawadogo, responsable commercial d’ERATRUCK Burkina, explique que SINOTRUK et YUTONG souhaitent occuper le marché burkinabè en termes de fourniture de camions et de bus. Les besoins dans le secteur s’accroissent chaque année; d’où l’importance de permettre aux différents partenaires de toucher du doigt les réalités de fabrication des produits.

La délégation accueillie au musée de SINOTRUCK. (DR)

Le séjour a débuté par la visite du siège du Groupe ERATUCK Co., Ltd. L’enthousiasme se lisait sur les visages dès le début. Au cours de la brève cérémonie, le président-directeur exécutif de la division Afrique de SINOTRUK, Zhang Yuzonga, a souhaité la bienvenue à la délégation burkinabè. Pour lui, cette visite est non seulement un honneur pour SINOTRUK, mais aussi un signe qu’il est possible de faire de bonnes affaires avec les hommes d’affaires du pays des Hommes intègres. Il a, par la suite, expliqué que l’intention est de tisser des relations d’affaires solides avec les patrons burkinabè.
A sa suite, Karim Démé, du point focal de la République populaire de Chine et DG d’ECR/BTP, a dit toute sa satisfactionde voir tenir une telle rencontre. Les débuts n’ont pas été aisés avec les sociétés chinoises de fabrication, dit-il, du fait de l’absence de relations diplomatiques avec le Burkina Faso. « Au début, nous avons fait du porte-à-porte pour convaincre les sociétés burkinabè » qui nous ont fait confiance, confie-t-il. La présence d’ERATRUCK au Burkina a énormément simplifié et facilité les rapports entre les acteurs. Alors, « nous avons fait confiance à ERATRUCK ; il faut qu’ERATRUCK continue de nous faire confiance», a lancé M. Démé. Issoufou Maiga, directeur général de la SOTRACOF, a embouché la même trompette pour faire remarquer qu’il y a beaucoup d’espoir, et que les responsables d’ERATRUCK ne devront «pas décevoir».

A la plus longue chaine d’Asie

Une séance de travail au siège de SINOTRUK. (DR)

L’objectif principal de la mission était de tisser des bonnes relations d’affaires. La délégation a donc pris d’assaut les usines pour des visites de terrain afin d’échanger avec les techniciens, non sans passer par l’imposant musée de la marque SINOTRUK où elle a été émerveillée par la technologie. Elle s’est ensuite rendue à l’usine de SINOTRUK, une véritable bâtisse qui engloutit des milliers d’ouvriers, dans un tintamarre inexplicable. China National Heavy Duty Truck Group Co., Ltd (CNHTC), fondé en 1956, a fabriqué son premier camion lourd chinois en 1960, explique le directeur Afrique de SINOTRUK. A la plus longue chaine de fabrication de camions en Asie qu’est l’usine de Jinan ; chaque six (6) minutes, un camion de marque SINOTRUK est monté, apprend-on. Aujourd’hui, la CNHTC produit des camions lourds et moyens, et livre ses produits à travers le monde. A la société YUTONG, spécialisée dans la fabrication de bus, basée à Zhengzhou, la délégation a été accueillie par le directeur général, Mikau Ma; mais la société a été présentée par Zola Zuo, représentant commercial de la division Afrique Nord-Ouest, qui a en outre conduit la visite guidée. Installée sur une superficie de 1.000.000 m2, elle évolue aussi dans la formation. L’une des dernières trouvailles de YUTONG est la fabrication de bus entièrement électriques ou semi-électriques capables de parcourir de longues distances sans se décharger, explique Zola Zuo. La présence de YUTONG sur le marché est indiscutable; car en 2017, elle a capté 30% du marché chinois et commercialise à ce jour avec des sociétés burkinabè. Elle possède plusieurs usines, et celle visitéemonte 200 bus par jour. YUTONG a exporté 80.000 bus hors de la Chine courant 2017.

Des bonnes affaires en perspective

Des bus de marque YUTONG circulent déjà au Burkina. (DR)

A l’issue du séjour, même si un protocole n’a pas été signé entre les deux parties, les résultats sont au-delà des attentes. Les rencontres B to B ont permis à chaque opérateur économique de décliner ses attentes et d’espérer une meilleure attention de la part des sociétés chinoises. Karim Démé a foi que les relations seront meilleures et bénéfiques à l’avenir, au grand bonheur de tous. «Nous achetions des camions d’autres marques, mais ce que nous avons vu avec SINOTRUK et YUTONG est très remarquable, et nous tenons à leur dire un grand merci », a souligné l’administrateur général du groupe TSR/GTI, Rasmané Sana, qui entend acheter «des centaines de bus cette année»; et donc, «ce n’était pas du temps perdu», conclut-il. Hamidou Ouédraogo, représentant de GTOF, soutient quant à lui que la visite aura été un pas de gagné, car toucher du doigt la technologie des camions est un encouragement à tisser des relations d’affaires.
Quant à Ali Ouédraogo, directeur général de SOFAS qui bénéficie depuis quelques années des services d’ERATRUCK, il a saisi l’occasion pour inviter les hommes d’affaires burkinabè à ne pas hésiter à faire des affaires avec ERATRUCK, car «ils sont vraiment à la hauteur de nos attentes ».
Correspondance particulière

Commentaires
Numéro d'édition: 244

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.