Le directeur général de la mine d’Essakane, Bruno Lemelin, a assisté au 12e CCME

Mine d’or d’Essakane : Près de 2 milliards de FCFA au profit de 4 communes

• 39% d’employés issus de la région du Sahel

• Début de réhabilitation progressive du site minier

 

Entre 2014 et 2017, la mine d’or d’Essakane a financé directement des projets de plans communaux et régionaux de développement à hauteur de 1,818 milliard de F CFA, dont 690 millions de FCFA pour la seule année 2017.
Si entre 2014 et 2016 seules les communes de Falagountou, de Dori et de Gorom-Gorom en étaient bénéficiaires; la mine a par la suite étendu son soutien à la commune de Markoye (en 2016) et au conseil régional du Sahel en 2017.
Le récapitulatif des sommes reçues indique que les plans communaux de Falagountou et de Gorom-Gorom ont reçu chacun 725 millions de F CFA dont 225 millions de F CFA en 2017. Sur les 210 millions de F CFA que la commune de Dori doit globalement recevoir, elle a déjà reçu 90 millions de F CFA représentant le montant du financement de l’année 2017.
Markoye est à sa deuxième année de financement. Cette commune a bénéficié de 78 millions de F CFA. Pour la première année de financement, le conseil régional du Sahel a bénéficié de 80 millions de F CFA.
Toutes ces informations ont été portées à la connaissance des populations des 4 communes le jeudi 30 novembre 2017, à Dori, à la faveur de la tenue de la 12e session du Comité de communication de la mine d’Essakane (CCME).
Ce comité a été mis en place par la mine et sert de cadre d’information, de dialogue et de concertation entre elle et les populations des 4 communes. A chaque session du CCME, la mine fait le point de ses réalisations et étale les perspectives devant les maires des communes.
Pour la session du 30 novembre 2017, il a été procédé à la présentation des projets réalisés par chaque commune avec l’appui reçu.
La commune de Dori a investi dans l’eau potable, l’assainissement et dans les infrastructures marchandes.
En 2017, la commune de Falagountou a investi dans le sport, la santé, la culture, l’énergie solaire, la coopération, la formation, l’environnement, l’agriculture, etc. Quant à Gorom-Gorom, elle a investi dans l’eau potable, la santé, l’état civil, l’éducation, les routes, l’énergie solaire, etc. Markoye a focalisé son financement sur les secteurs de l’eau, de la santé, sur la femme, l’éducation, la formation, etc.
Enfin, les financements de 2017 au profit du conseil régional ont été investis dans les équipements médicaux au profit du CHR Dori pour 55 millions de F CFA, l’étude de faisabilité du pont de Falagountou pour 20 millions de F CFA, la formation sur l’appropriation de la décentralisation par les conseillers régionaux pour 4,4 millions de F CFA.

Plan de développement du territoire de la mine
Le 12e CCME a également servi de cadre de présentation de l’état d’avancement de la mise en œuvre des 3 axes du plan de développement du territoire de la mine.
Au titre de ce plan, on cite, par exemple, la construction de l’ouvrage de franchissement entre Pétabarabé-Oudalan et Essakane Site, composé d’une route de 9,7 km, de radiers et de dalots, pour un montant de 347,947 millions de FCFA.

A chaque session du CCME, les populations participent massivement aux exposés avant de poser des questions.

Il y a eu la signature d’un protocole d’entente entre la mine et la mairie de Falagountou suite à la modification du plan minier. Ce protocole prévoit la création d’un sous-comité de négociations des critères d’éligibilité à la compensation; y compris la compensation des champs, de la productivité, des arbres, des structures temporaires.
Le point des achats locaux a aussi été fait. Sur un objectif de 3 milliards de F CFA cette année; au 30 septembre 2017, la mine a investi la somme de 2,124 milliards de F CFA (71%) dans les achats locaux, essentiellement dans la restauration, les matériaux de construction et les notes des entrepreneurs, la sécurité, les produits d’entretien, la communication, les frais de consultance, la sécurité, etc.
La situation des emplois a aussi été abordée au cours de cette session. De janvier à novembre 2017, la mine a employé 2.202 personnes dont 104 sont des expatriés, représentant 4,72% de l’effectif. Sur l’ensemble des travailleurs, 859 proviennent de la région du Sahel (39,01%) et 292 (13,26 %) de localités situées à 15 km de la mine.
Durant l’année 2017, la mine a permis à 100 jeunes d’effectuer des stages en son sein. Parmi eux, 23 provenaient de la région du Sahel.
En 2018, Essakane compte mettre en apprentissage 60 jeunes auprès de l’Agence nationale pour la promotion de l’emploi (ANPE), avec des possibilités de stage à la mine à la fin de la formation.

Elie KABORE


Réhabilitation progressive de la mine

Des présentations, on retient que la mine prend des initiatives de restauration du site en vue de sa fermeture. Ce programme de réhabilitation minière progressive à Essakane se déploie par une série de tests et d’expérimentations. La mine s’investit aussi dans la production des énergies renouvelables, par la réalisation de 2 biodigesteurs domestiques pilotes et la réalisation, dans le but de contribuer à protéger l’environnement et à lutter contre la désertification. La mine a aussi réalisé des pépinières villageoises dont les arbres, composés d’espèces locales, servent non seulement à reboiser le site, mais aussi les forêts villageoises.

Commentaires
Numéro d'édition: 231

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.