Hamidou Ouédraogo, président de l’ESO. (DR)

Football : Les résistants du Nord

• Objectif: la D1

• L’argent est le nœud gordien

 

L’actualité sportive dans la région du Nord est marquée par le début du championnat de la D2. Quatre clubs évoluent dans cette catégorie, au nombre desquels l’Union sportive du Yatenga (USY), l’Association sportive Espérance club de Ouahigouya (AS-ECO), Football à lendemains meilleurs (FALEM), tous basés dans la province du Yatenga, et l’Union sportive de Tema-Bokin, dans le Passoré.
A travers les états-majors de ces différents clubs, le maitre-mot est et demeure la montée en D1, malgré les difficultés de tous ordres. C’est une veillée d’armes dans les clubs du Nord en cette saison  sportive, ou du moins, c’est le constat que l’on peut faire eu égard aux efforts que consentent ces entreprises sportives.
L’association Footbaal Espérance club de Ouahigouya promue et soutenue par le député Noufou Ouédraogo s’active pour se faire une place au soleil dans ce championnat. Pour son secrétaire général, Hamidou Ouédraogo, le club se porte bien: «Avec trois matchs joués, on aurait dû avoir 9 points, mais on en a eu 4. Mais nous estimons que ce n’est pas alarmant, puisque c’est un début et il faut reconnaitre que tout début n’est pas facile». Porté sur les fonts baptismaux en 2014, FALEM a fait une chevauchée fantastique qui satisfait plus d’un dans la cité de Naaba Kango: «On a joué les matchs de troisième division pour la montée en deuxième division. Cette année, c’est notre deuxième année en D2. On s’est fixé pour objectif de passer en D1 et même si même on n’y arrive pas, l’essentiel c’est de jouer parmi les 5 premiers. Pour cette saison qui vient de démarrer, on a obtenu une victoire face à l’AFAC de Bobo, un match nul contre le BPS de Koudougou et une défaite face à l’USY»,  explique le secrétaire général du club, Issa Zampaligré.


Le quatrième match du plus jeune club du Yatenga s’est soldé par une défaite face à l’UFFA de Matroukou sur le terrain du RCB, le dimanche 19 novembre dernier. Si du point de vue organisationnel les clubs tiennent le coup, ce n’est pas le cas au plan financier. Toute chose qui n’est pas sans conséquence sur la bonne marche des activités des clubs. C’est surtout le cas pour l’Union sportive du Yatenga qui, plusieurs fois, a été sauvée par des fils du terroir. A cela s’ajoute la crise due à l’élection contestée du nouveau bureau; lequel bureau a été désavoué par le maire de Ouahigouya qui n’a pas hésité à mettre en place un bureau de crise. Après les tractations, un modus vivendi a été trouvé, confirmant ainsi Boukary Barry dit Godré et Seydou Ouédraogo dit Brésilien respectivement au poste de président et de secrétaire général du club. A en croire justement le nouveau secrétaire général, l’USY doit se doter d’instruments pour mieux assurer sa viabilité.
«Nous venons de déposer nos valises. Il nous faut un peu de temps pour répondre à certaines questions», dit-il. Mais le nouveau SG ne nie pas les problèmes d’ordre organisationnel qui ont secoué le club et qui ont impacté négativement ses chances de monter en D1 la saison écoulée. Adama Sinaré, chef de Desk Sport de la radio Voix du Paysan a une vue globale sur le sport-roi dans le Nord. « De façon générale, la saison sportive a démarré dans la région du Nord avec des ambitions de part et d’autre, mais le principal goulot d’étranglement est sans doute l’insuffisance de moyens financiers. Les équipes ont commencé avec les moyens de bord, avec les cotisations des membres du bureau, parce que la subvention de la Ligue n’est pas encore tombée. C’est le manque de moyens qui est répété à tous les niveaux et qui constitue un handicap. Il y a aussi l’absence de bureau des supporters.
Parmi ces quatre clubs, aucun n’a un bureau de supporters digne de ce nom. Un bureau de supporters qui puisse tenir des assemblées générales pour élire des présidents. Il faut que les clubs initient des activités extra pour avoir des moyens», conseille-t-il. Dans la province du Passoré, l’Association sportive de Tema-Bokin est, elle aussi, en ordre de bataille pour la montée en D1. Créé en 2012 sous l’égide d’El adj Sayouba Sawadogo, ce club se dit serein cette saison. En effet, en quatre journées, il totalise trois matchs nuls et une victoire.
Une situation qui n’est pas fameuse selon le président de la section football du club, Tasséré Ouédraogo. Pour lui, la montée en première division est un impératif cette année. Il en veut pour preuve l’engagement des joueurs, des dirigeants et surtout l’union sacrée de toute la population de Tema-Bokin autour de club. Même si des difficultés financières et matérielles sont à signaler, le club entend braver toutes ces péripéties pour atteindre ses objectifs.

Ali Foulga KONFE

Commentaires
Numéro d'édition: 229

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.