Karidiatou Dao/Ouédraogo, juriste de formation, est inspecteur du trésor, titulaire d’un master en Gestion des ressources humaines. Elle dirige le FAPE depuis février 2015. (DR)

Supplément : Karidiatou Dao/Ouédraogo, directrice générale du FAPE  : «Au Nord, nous sommes sollicités pour des projet dans l’élevage»

* 15 projets financés en 2017

* Pour 45 millions de FCFA

* 63 emplois créés

 

L’Economiste du Faso : Une des missions principales du FAPE est l’appui à la création d’emplois, à la promotion et à la consolidation des emplois déjà existants, par le financement des projets. Pour ces deux dernières années, quel bilan peut-on faire de son action?
Karidiatou Dao/Ouédraogo, DG du FAPE : Au cours de l’année 2016, nous avons financé 270 projets pour une enveloppe de 640.100.000 FCFA ; ce qui a permis la création et la consolidation de 2.100 emplois. Notre approche de 2016 nous a permis de relever le taux de satisfaction des demandes de 39% en 2015 à 62% en 2016. En 2017, notre ambition était de faire mieux. Aussi, à ce jour, ce sont 540 projets qui ont été financés pour une enveloppe globale de l’ordre de 1.366.550.000 FCFA qui se répartit sur l’ensemble du territoire du Burkina. Nous avons ainsi contribué à créer 1.661 emplois et à en consolider 2.851.

Comment se décline ces résultats dans la région du Nord ?
Les activités du FAPE dans la région du Nord sont similaires à celles qui se mènent dans toutes les autres régions. La particularité de cette région se situe dans le potentiel économique qui se concentre dans le secteur de l’élevage. Aussi, la grande majorité des demandes que nous recevons provient du secteur de l’élevage. Les montants injectés pour le financement des projets de la région dépendent directement de la qualité des dossiers à nous soumis et de la demande exprimée. Dans l’enveloppe globale du fonds, cela représente une proportion d’environ 5% de nos financements. Il est facile de comprendre ce taux au regard du fait que cette région présente surtout des dossiers dans le secteur de l’élevage. Aussi envisageons-nous de mener des actions fortes pour y impulser une nouvelle dynamique dans les années à venir.

Quels sont les résultats engrangés ces deux dernières années ?
C’est un bilan assez modeste qui rejoint le constat fait ci-dessus ; mais pour 2016, 11 projets ont été financés pour un montant global de 21.000.000 FCFA, principalement dans le secteur de l’élevage (6 projets) et 34 emplois ont été créés/consolidés.
Pour cette année 2017, ce sont 15 projets qui sont financés à hauteur de 43.500.000 FCFA principalement dans le domaine de l’élevage (11 projets sur 15) pour 63 emplois créés et 23 emplois consolidés.
En 2017, outre les activités courantes du FAPE, le gouvernement du Burkina a initié et lancé le PAE/JF en vue de répondre à la problématique du chômage même en milieu rural. Le FAPE ayant pris part à cet ambitieux programme, il a financé 46 bénéficiaires à hauteur de 46.200.000 FCFA, permettant la création et/ou la consolidation de 120 emplois dans la région.

Ces financements du FAPE ont-ils des impacts visibles sur le terrain ?
Bien sûr ! Nos financements ont un impact positif sur l’activité économique et financière, car ils permettent aux bénéficiaires de générer des revenus, d’épargner et même d’investir. Les secteurs de l’agriculture/élevage permettent d’engranger des bénéfices individuels plus importants que les autres secteurs, alors que le commerce et les prestations de services procurent davantage de revenus au niveau national. Les impacts sociaux sont eux aussi positifs, car ils permettent de rehausser le nombre d’employés des structures bénéficiaires de financements et d’améliorer substantiellement les conditions de vie des ménages.
Une étude d’évaluation des impacts des financements du FAPE menée en 2015 sous la supervision du MJFIP a corroboré ces éléments.

Quelles sont les difficultés que le Fonds rencontre sur le terrain ?
A ce niveau, il y a quelques difficultés à recouvrer l’entièreté des fonds prêtés. Mais le niveau de recouvrement s’améliore. Il est à corréler avec difficultés liées au suivi et à l’appui-conseil car, dans la région, le potentiel est grand, mais il tarde à s’exprimer. Dans nos perspectives, nous envisageons de consolider nos interventions dans la région. Il s’agira essentiellement de :
Renforcer le recouvrement
Renforcer notre visibilité et les formations des promoteurs
Accentuer le suivi et l’appui-conseil
Organiser des campagnes de sensibilisation visant à nous rapprocher de notre public cible.

La majorité de nos promoteurs dans la région a plus de 35 ans. Nous visons particulièrement la jeunesse de la région afin d’inverser cette tendance pour dynamiser l’économie tout en participant à la réduction du chômage.

Propos recueillis par FW


Le FAPE en bref

Le Fonds d’appui à la promotion de l’emploi (FAPE) a été créé en 1998 pour apporter une réponse à la question du chômage et de la pauvreté. Il a mué en Fonds national de financement (FNF) en 2008, puis en Etablissement public de l’Etat (EPE) en 2014.
Ses principales missions sont :
L’appui à la création d’emplois, à la promotion et à la consolidation des emplois déjà existants par le financement des projets
Le suivi et l’encadrement des promoteurs ayant bénéficié d’un financement FAPE
La recherche et la gestion des financements.
Il représenté dans les chefs-lieux des 13 régions au sein des Guichets uniques de financement (GUF) du MJFIP.
Forte d’une équipe de 50 personnes, le FAPE compte en son sein des profils variés et complémentaires ayant pour ambition l’atteinte des objectifs assignés à la structure.

Commentaires
Numéro d'édition: 228

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.