Des mouvements de femmes dessinent un monde souhaitable, sans compromis sur la santé et les droits

Par Musimbi Kanyoro, présidente-directrice générale du Fonds mondial pour les femmes

Dans le monde d’aujourd’hui, la santé et les droits des femmes en matière de sexualité et de procréation régressent, attaqués par ceux qui détiennent le pouvoir. Prenez la politique de Mexico, ou la règle du bâillon mondial. Imposée et étendue par l’administration américaine, cette dernière prive de milliards de dollars de financement des services essentiels de santé tels que la contraception ou le dépistage de MST dans le monde.

Cependant, les femmes ne se contentent pas d’attendre que le changement advienne : malgré leurs droits et leur santé chaque jour bafoués, des mouvements populaires et groupes de femmes œuvrent partout dans le monde. Ils veillent à ce que les filles et les femmes aient non seulement accès aux services essentiels de santé dont elles ont besoin dans leur communauté, mais acquièrent également une meilleure connaissance de leur corps, de leurs droits, des lieux où les faire valoir et de la manière de se protéger de la violence et des discriminations.

Chaque jour, dans mon rôle de présidente-directrice générale du Fonds mondial pour les femmes, je croise des gens qui m’inspirent. Lorsque je voyage et rencontre des femmes et des fillettes au Bangladesh, en Colombie ou à San Francisco, j’ai espoir dans le futur. Je trouve inspiration dans leurs nouvelles idées, leur activisme audacieux, leur consentement à prendre des risques, leur propension à trouver des solutions hors des sentiers battus, et leur indéfectible engagement pour faire changer la société.

Les partenaires bénéficiaires du Fonds mondial pour les femmes mènent la marche aux quatre coins du monde. Pas seulement pour enrayer le recul des droits des femmes, mais également pour faire avancer des solutions fortes et créatives et contribuer à façonner le monde que nous voulons. Ces mouvements de femmes sur le terrain mettent en branle une évolution durable en faisant bouger les normes liées au genre, en se battant pour de meilleures lois et politiques, en donnant aux filles et aux femmes les moyens de revendiquer leurs droits et de devenir des leaders.

En août dernier, un mouvement féminin du Chili a mené la charge et obtenu une petite victoire légale dans leur lutte pour le droit à l’avortement, longue de dizaines d’années : le Tribunal constitutionnel a voté la légalisation de l’avortement dans trois cas précis, assouplissant l’interdiction totale d’avorter dans le pays et rétablissant un droit que les femmes avaient perdu trente ans plus tôt sous la dictature militaire.

Nous sommes aujourd’hui à un tournant. Ma conviction est que ce que nous faisons, ou ne faisons pas, pour et avec les filles et les femmes du monde, possède un énorme potentiel.

Que pouvons-nous faire pour aider les groupes et mouvements de femmes à affronter les régressions, mais aussi à étendre les droits en matière de santé sexuelle et génésique ?

Tout d’abord, nous devons laisser ces groupes et mouvements de femmes tenir les rênes. Il est important d’écouter les filles et les femmes et de leur faire confiance sur ce dont elles ont besoin dans leurs communautés. C’est un des principes fondamentaux ancrés au cœur de la mission du Fonds mondial pour les femmes. Je pense que le monde serait plus beau si nous les écoutions et suivions leurs idées davantage.

Ensuite, rien n’est plus rentable que de placer les ressources financières directement entre les mains des femmes. Nous devons accroître le financement des groupes et mouvements de femmes dans le monde afin qu’ils puissent continuer de mener ce travail vital.

Enfin, nous devons tous devenir des défenseurs de la santé et des droits sexuels et génésiques des femmes, partout dans le monde. Dénoncez les politiques préjudiciables telles que la règle du bâillon mondial. Relayez la voix des femmes qui mènent le changement dans leur communauté ou dans le monde, comme le font les femmes du Chili. Faites circuler l’information sur les actions des femmes qui font bouger les choses en matière de droits et de santé. Exigez de votre gouvernement et de vos élus de meilleures politiques pour les femmes.

Nous avons tou.te.s un rôle à jouer. Le moment n’a jamais été aussi propice pour se joindre aux mouvements en faveur des droits et de la santé. Ensemble, faisons advenir le monde que nous voulons. Un monde où chaque fille, chaque femme, sera forte, en sécurité, puissante et entendue – sans exception.

Commentaires
Numéro d'édition: 1

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.