Pour Adama Soro, depuis 2012, près de 10 milliards de F CFA ont été injectés directement dans l’économie locale (région du Sahel), dont 2,7 milliards de FCFA pour la seule année. (DR)

Mine d’Essakane : Une retombée de 1.045 milliards de F CFA

• 273,5 milliards de FCFA pour le budget de l’Etat

• 622 milliards de FCFA pour les fournisseurs et sous-traitants

• 254 femmes pour 2.192 emplois nationaux

 

A la faveur de la tenue des 72 heures de l’ingénieur minier organisées du 5 au 7 octobre 2017 par le club des ingénieurs miniers de l’Ecole nationale supérieure d’ingénieurs de Fada N’Gourna, Adama Soro, surintendant des affaires corporatives d’IAMGOLD Essakane SA, a donné une communication sur le thème: «Contribution des mines à l’économie nationale: le cas Essakane».
Il a commencé par décrire le rôle que l’Etat doit jouer dans l’intégration du secteur minier à l’économie nationale. Selon le communicateur, ce rôle passe par la mise en place d’un cadre législatif et fiscal innovant, d’un plan stratégique de développement intégrant le secteur minier et de bonnes pratiques de gouvernance dans le secteur. Enfin, cette intervention de l’Etat devrait prendre en compte l’amélioration des connaissances géologiques et du potentiel minier national.
Abordant l’impact économique du secteur minier au Burkina Faso, Adama Soro rappelle qu’en 2000, le Burkina Faso exportait à peine une tonne d’or. Mais en 2009, avec 11,6 tonnes exportées, l’or détrônait le coton en tant que principal source de devises. L’or confortera cette position jusqu’en 2016 où le Burkina Faso a enregistré 38,17 tonnes d’or exportées contre 36,3 tonnes en 2015. Au cours de la même année, la contribution du secteur à la formation du produit intérieur brut a été évaluée à 8,3% contre 6,8% en 2015. Quant aux recettes d’exportation, elles ont atteint 1.022,8 milliards de FCFA contre 908,5 milliards de F CFA en 2015. Toujours en 2016, la contribution du secteur aux recettes fiscales était de 189,9 milliards de F CFA.
Pour le cas spécifique de la mine d’or d’Essakane, il a rappelé qu’elle a débuté sa production en juillet 2010 pour une durée de vie prévisionnelle de 15 ans.
Les investissements initiaux réalisés dans la construction et l’expansion de la mine se chiffrent à 408 milliards de FCFA, dont 228 milliards de FCFA pour la phase de construction et 180 milliards de F CFA pour les travaux d’expansion.
En 2016, Essakane a produit plus de 400.000 oz, soit environ 13,6 tonnes d’or pour un chiffre d’affaires de 318 milliards de F CFA.
Au plan des emplois, en août 2017, la mine employait 2.276 personnes, dont 254 femmes (11,16%). Dans l’effectif global, on dénombre 2.192 employés nationaux, soit 95,47% de l’effectif, et 103 employés expatriés (4,53%). Les 37,17 % des employés proviennent de la région du Sahel (846 employés) dont 31 % (281) pour les villages situés à moins de 15 km de la mine. En plus, elle employait par mois environ 50 employés journaliers venant des villages impactés. Enfin, la mine génère environ 1.000 emplois indirects dans la région du Sahel composés, entre autres, de vigiles communautaires, d’ouvriers de réparation de maisons, de fournisseurs de biens et services.

Plus de 1.000 milliards en 6 ans
Depuis son entrée en production, en 2010, jusqu’en fin 2016, la retombée économique d’Essakane pour le Burkina est évaluée à 1.045 milliards de FCFA dont 273,5 milliards de FCFA de contributions directes au budget de l’Etat et 771 milliards de FCFA de contribution à toute la chaine de valeur économique. Plus en détails, on retient que sur les 273,5 milliards de FCFA versés au budget de l’Etat entre 2010 et 2016, les royalties représentaient 27,5% de la somme, l’impôt sur le bénéfice représentait 24%  et les droits de douane 16%. Les 771 milliards de F CFA injectés dans la chaine de valeur économique ont concerné les 500 fournisseurs et 800 sous-traitants, pour un montant de 622 milliards de FCFA.
Les salaires et autres taxes sociales  ont absorbé 139 milliards de FCFA et les investissements communautaires 10 milliards de FCFA. Si l’on tient uniquement compte de l’impact économique d’Essakane, par le biais des achats nationaux, on note que le montant y injecté a doublé entre 2011 et 2016.
Depuis 2011, la mine a passé des commandes d’un montant de plus 500 milliards FCFA sur le marché national, dont 102 milliards F CFA au cours de l’année 2016.

Elie KABORE


Quelle est la part des achats locaux pour la région du Sahel ?

Depuis 2012, près de 10 milliards de F CFA ont été injectés directement dans l’économie locale de la région du Sahel, dont 2,7 milliards de F CFA pour la seule année 2016. Ces achats ont concerné la viande de bœuf pour un montant mensuel de 345,6 millions de F CFA, la pintade locale pour 36 millions de F CFA par mois, la viande de mouton pour 30 millions de FCFA par mois; soit un total de 411,600 millions de F CFA par mois ; rien que pour l’approvisionnement local en viande. La mine a également passé des commandes d’un montant de 108 millions de F CFA par mois pour les légumes. o
Essakane: un partenaire au développement sûr

Adama Soro a présenté le Projet Eau et Croissance économique durable dans le Sahel, plus connu sous le nom «Triangle d’eau», que la mine met en œuvre dans la région du Sahel. La première phase du projet, étalant sur la période 2016-2019, est cofinancée par la Coopération canadienne, pour environ 6 milliards de FCFA; par la mine pour plus d’un milliard de FCFA et par la fondation One Drop pour plus d’un milliard de FCFA. Essakane a déjà entamé les démarches pour trouver des financements pour la deuxième phase.

Retombées de la mine d’Essakane pour le Burkina sur la période 2010-2016 :

Commentaires
Numéro d'édition: 224

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.